Service Pâques à Yverdon-les-Bains : des chrétiens au « taquet »

Actualité

Les villes de Genève, Fribourg, Lausanne et Yverdon-les-Bains, ainsi que la région de la Riviera ont été envahies par des t-shirts verts durant le week-end de Pâques. C'était le Service Pâques, un camp de jour qui rassemble jeunes et moins jeunes afin de servir les villes de Suisse romande. Une équipe de l'Eglise évangélique d'Echallens (FREE) a rejoint les deux cents autres chrétiens qui se sont investis dans le Service Pâques à Yverdon. Rencontre.

Par La FREE | le jeudi, 24 avril 2014

Une vingtaine d'enfants et adolescents de 8 à 15 ans ainsi qu'une petite dizaine de responsables de 17 à 40 ans sont venus d'Echallens pour servir la ville d'Yverdon-les-Bains. Cette équipe appelée « Crescendo » a non seulement servi la ville, mais elle est aussi venue en aide à d'autres projets en cours. Camille Zbinden, la responsable de projet, souligne que le service est souvent dévalorisé dans nos Eglises. Cette jeune femme de 20 ans participe au Service Pâques depuis 5 ans. C'est un moyen, selon elle, d'encourager la jeunesse à servir et pas uniquement dans de grands projets. « Le Service Pâques nous permet de sensibiliser les enfants au service pratique qu'ils pourraient faire au travers de l'Eglise, ou alors à la maison » affirme-t-elle. L'équipe Crescendo a donc fait du nettoyage, mais aussi organisé une course aux œufs, ainsi qu'une chasse au trésor. Ses membres ont distribué de la nourriture, sont allés à la rencontre des Roms, et ont aussi prié dans la ville.

Dieu agit au travers de sandwichs
Vendredi saint, une petite partie de l'équipe d'Echallens s'est installée sur la place de la gare à Yverdon. Avec une bombonne d'hélium, ils ont gonflé des ballons, offert aux passants d'écrire sur ceux-ci leurs rêves, puis de les lâcher symboliquement. Ce jour-là, lors du moment de culte personnel qui avait pour thème « Découvrir Dieu », Nicolas Perritaz avait prié pour voir un miracle. Cet adolescent de 15 ans, en dernière année d'école obligatoire, avait quelques doutes en ce qui concerne l'existence de Dieu. Lors de l'activité pratique qui consistait à écrire son rêve sur un ballon, Nicolas rencontre un Rom appelé Paoli. « Je lui ai demandé son rêve, et il m'a dit qu'il avait hyper faim. » Ce jeune garçon se met donc à prier avec Paoli pour qu'il puisse recevoir de la nourriture. Quelques instants après, un des membres de l'équipe Crescendo arrive avec un sandwich pour Paoli. Nicolas n'en revenait pas. « Ces derniers temps, j'avais pas mal de doutes. Les discussions qu'on avait à l'école me remettaient en question. Je suis maintenant convaincu que Dieu existe. » Rencontrer les Roms a été une expérience marquante pour lui, qui a, dès lors, décidé de suivre Jésus, tout en laissant de côté des choses qui le détournent de Dieu.

Des enfants au « taquet »
Camille, elle aussi, a été touchée par la rencontre des Roms. Elle a pu les côtoyer pendant trois jours, non seulement à la place de la gare, là où ils mendient, mais aussi lors d'un repas que l'équipe de Crescendo a préparé pour eux. Certains Roms se sont même joints au culte en commun des Eglises évangéliques d'Yverdon, le dimanche de Pâques. « Je pensais que nous allions les servir, mais en fin de compte, ce sont eux qui nous ont 'servis'. » Elle ajoute avec reconnaissance : « Ils ont prié pour nous, pour notre équipe, pour notre service. Ils partageaient notre foi en tant que chrétiens orthodoxes. » La jeune responsable a aussi été surprise par la motivation de son équipe. « Alors que nous, les responsables, nous profitions de moments calmes pour souffler, les enfants en redemandaient. Ils voulaient sauter ces moments pour aller servir », relève-t-elle avec admiration. « Ils étaient au taquet ! » Cette motivation a été ressentie dans l'entier du Service Pâques à Yverdon. Nathalie Briand, membre du comité, fait part de sa joie à voir des équipes si unies, une jeunesse habitée par un esprit de service et un profond désire de plaire à Dieu. « Personne ne s'est plaint. Cette implication sans compter m'a beaucoup surprise », relève-t-elle.

Déconseillé aux chrétiens satisfaits de leur foi !
Le Service Pâques à Yverdon a donc été un succès. Enfants et ados sont « chauds-bouillants » pour l'édition 2015. Alors que le projet va sur sa neuvième année, les municipalités apprécient l'apport des chrétiens. Pour cette édition 2014, la ville d'Yverdon a octroyé pour la première fois la place Pestalozzi pour une grande fête. Du jamais vu ! Cette marque de confiance de la municipalité est un encouragement à rejoindre son prochain dans nos villes.
Camille Zbinden constate que participer au Service Pâques avec un groupe d'une Eglise est une expérience « géniale ». Selon elle, « on peut voir les répercussions d'année en année dans notre vie d'Eglise. Servir ensemble porte du fruit. » Cependant, la responsable d'Echallens déconseille fortement un tel projet à quiconque est satisfait de sa foi en Jésus-Christ. Quand on fait le Service Pâques, il faut s'attendre à prendre des risques, à sortir de sa zone de confort, et ça malheureusement, tout le monde ne le désire pas !
Antje Carrel, étudiante en lettres

Voir des vidéos du Service Pâques à Yverdon-les-Bains :
- Une flasmob.
- La fête des générations.
La page Facebook du Service Pâques.

  • Encadré 1:

    Le Service Pâques en bref
    Le Service Pâques est un projet lancé par les Fabricants de joie dans le cadre de Jeunesse en mission en 2006 à Yverdon-les-Bains. Depuis, il est organisé dans cinq villes et régions romandes, dont Genève, Fribourg, Lausanne, Yverdon et la région de la Riviera. Ce ministère vise à mobiliser les jeunes autour des besoins de leur ville et des habitants. Didier Crelier, co-fondateur du Service Pâques, affirme qu'il faut inverser la tendance dans nos Eglises. « On s'investit énormément à l'intérieur de nos communautés, au lieu de se tourner vers l'extérieur et d'aller à la rencontre des gens, tout en répondant à leurs besoins », déclare-t-il.