Liban : le mariage des enfants dans le collimateur de Catherine Mourtada

jeudi 23 août 2018

C’est l’une des conséquences de la crise syrienne : toujours plus de jeunes réfugiées se font marier à 12 ou 13 ans. Le fléau concerne aussi des Libanaises issues de milieux défavorisés. Dans le quartier sud de Beyrouth, à Hey L’Gharby, Catherine Mourtada se bat pour l’éducation et la formation de ces adolescentes. Une émission à écouter dimanche 26 août sur RTS La Première.

Le centre d’éducation et de santé Tahaddi  de Catherine Mourtada se dévoile derrière un lourd portail coulissant bleu clair. Les habitations du quartier qui l’abrite n’ont souvent ni électricité ni eau courante. Plusieurs familles syriennes ont trouvé refuge dans ces ruelles poussièreuses. « Les jeunes filles qui se marient de manière précoce sont souvent issues de milieux défavorisés, explique Catherine Mourtada, une enseignante vaudoise installée depuis plus de 20 ans au Liban. Les parents ont de la peine à trouver du travail et à avoir assez d’argent pour nourrir leurs enfants. Une fille qui se marie c’est ainsi une bouche de moins à nourrir. Les réfugiés qui se trouvent dans un pays étranger ont aussi une peur plus grande qu’il arrive quelque chose à la jeune fille : qu’elle soit enlevée, ou qu’elle tombe amoureuse d’un jeune homme que la famille n’aurait pas choisi. »

Traumatisme

Avec la crise syrienne, le nombre de ces mariages d’enfants a beaucoup augmenté. Selon une dernière étude menée en 2017, on a assisté à une hausse de 9% de ces mariages parmi les jeunes Syriennes réfugiées au Liban depuis le début de la guerre, mais aussi de 1,4% parmi les Libanaises. Dans l’enceinte de Tahaddi, Fadia, 38 ans, explique avoir eu 5 garçons depuis son mariage célébré à 13 ans. Elle confie ne pas avoir su ce qui l’attendait le jour de ses noces, non sans ajouter son intention de se battre pour qu’aucun de ses fils ne se marie de façon précoce. « Il y a peu, une jeune femme de 22 ans, mère d’une enfant de 8 ans, est venue me raconter que le jour de son mariage, alors qu’elle avait 13 ans, on l’a amenée chez le coiffeur sans rien lui dire, raconte encore Catherine Mourtada. Elle était contente d’être bien habillée. Puis un de ses oncles est venu vers elle et l’a embrassée. Ses parents lui ont dit qu’elle devait partir avec lui, qu’elle allait devenir sa femme. Cela a été un traumatisme horrible. Ces mariages sont très rarement satisfaisants. Les filles doivent arrêter l’école. Elles ne peuvent pas se former professionnellement. Beaucoup de femmes qui participent à nos cours d’alphabétisation, d’informatique ou de couture réalisent un rêve : celui d’acquérir des compétences qui leur permettront par la suite de gagner de l’argent, d’être financièrement indépendantes. » L’émission Hautes Fréquence de dimanche 26 août, à 19h sur RTS La Première, donne la parole à Catherine Mourtada ainsi qu’à divers acteurs concernés par la problématique.

Gabrielle Desarzens

 

Publicité
  • 29 septembre: venez fêter les 25 ans de l’Escale à Saint-Prex!

    Ven 21 septembre 2018

    Le 29 septembre de 9h à 15h, le Marché aux puces du service d’aide humanitaire l’Escale, à Saint-Prex, sera spécial. Il sera marqué par la commémoration des 25 ans de l’association. Alors, rendez-vous au chemin du Glapin 8 pour faire la fête et, pourquoi pas, de bonnes affaires.

  • Lettre à Lucie, responsable d’un groupe de jeunes, à propos du sens de la vie

    Jeu 20 septembre 2018

    Le débat sur le sens de la vie traverse tous les âges. Ce questionnement est souvent le plus intense durant la période des études. Voici une lettre à une jeune chrétienne engagée dans l’une de nos Eglises. Elle devrait permettre à des jeunes, mais aussi à d’autres, de mieux entrevoir le débat entre agnostiques, athées et chrétiens.

  • Alister McGrath : de l’athéisme à la théologie chrétienne

    Jeu 20 septembre 2018

    Il est passé de l’athéisme à la foi chrétienne. Au point aujourd’hui d’être un théologien protestant évangélique de renommée internationale. Alister MacGrath était à Fribourg du 20 au 22 juin dernier. Ce théologien britannique anglican était l’invité principal des rencontres du Centre d’études foi et société de la Faculté de théologie de l’Université. Rencontre.

  • Criminalisation de la solidarité : de l’importance de mettre de l’huile dans les rouages !

    Jeu 20 septembre 2018

    L’acquittement cette semaine de Flavie Bettex, cette jeune ergothérapeute de 27 ans, condamnée dans le canton de Vaud pour « délit de solidarité », ramène un peu de sérénité dans le monde de l’asile et de la pastorale des requérants déboutés. Voilà qui dessine aussi un horizon plus serein pour le pasteur évangélique Norbert Valley, condamné en août dernier par la justice neuchâteloise. Enfin dans les zones grises de l’asile, la justice reconnaît le rôle de ceux qui « mettent de l’huile dans les rouages » !

  • Criminalisation de la solidarité : de l’importance de mettre de l’huile dans les rouages !

    Jeu 20 septembre 2018

    L’acquittement cette semaine de Flavie Bettex, cette jeune ergothérapeute de 27 ans, condamnée dans le canton de Vaud pour « délit de solidarité », ramène un peu de sérénité dans le monde de l’asile et de la pastorale des requérants déboutés. Voilà qui dessine aussi un horizon plus serein pour le pasteur évangélique Norbert Valley, condamné en août dernier par la justice neuchâteloise. Enfin dans les zones grises de l’asile, la justice reconnaît le rôle de ceux qui « mettent de l’huile dans les rouages » !

  • « L’avortement reste une question controversée » par Wilf Gasser, président des évangéliques suisses allemands

    Jeu 13 septembre 2018

    Samedi 15 septembre, les manifestants  la «Marche pour la Vie» se rassembleront sur la Place fédérale à Berne pour parler des conséquences de l’avortement sur les femmes, les couples et les familles. Ces dernières années, cette manifestation a suscité des contre-manifestations violentes. Le Dr Wilf Gasser, président du Réseau évangélique suisse allemand, rappelle que cette question reste controversée, qu’une certaine forme d’«eugénisme» est en train d’apparaître en Suisse, et que cette manifestation n’a rien à voir avec l’extrême-droite ! Point de vue d’un homme dont la maison a connu, voilà deux ans, des déprédations en lien avec cette manifestation !

  • Votations du 23 septembre : une prise de position en faveur de la vie avec Roger Zürcher

    Lun 27 août 2018 icon-comments 2

    Le 23 septembre, les Suisses se prononceront sur deux initiatives qui ont trait à l’alimentation : l’initiative dite « Pour des aliments équitables » et l’initiative « Pour la souveraineté alimentaire ». Dans le contexte de sa campagne 2018-2019 autour du réchauffement climatique, StopPauvreté a demandé à l’ingénieur agronome Roger Zürcher de répondre à quelques questions autour de ces objets de votation. Alexis Bourgeois, le nouveau coordinateur romand de StopPauvreté, mène l’interview. Prise de position.

  • Mauritanie : un blogueur « blasphémateur » illégalement retenu en prison

    Lun 25 juin 2018

    La situation des blogueurs dans les pays musulmans est précaire. Lorsqu’ils se permettent de critiquer la religion musulmane ou le prophète Muhammad, certains sont emprisonnés sous prétexte de blasphème ou d’apostasie. Christian Bibollet attire notre attention sur le sort d’un blogueur mauritanien Mohamed Cheikh Ould Mkheitir, en détention administrative depuis sa relaxe, suite à une condamnation à mort.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !