« La Bible : on y croit toujours ! »

vendredi 09 mars 2012

A la fin de l’an dernier, la Commission théologique de la FREE a publié un document intitulé : « La Bible, Parole de Dieu ? » Présentation de celui-ci avec trois membres de cette commission.

Il leur a fallu 2 ans à raison de 4 à 5 rencontres par année pour parvenir à publier le document : « La Bible, Parole de Dieu ? » Cédric Chanson, Nicolas Guillemin, Jean-Jacques Meylan, Anne-Catherine Piguet et Jean Villard, tous membres de la Commission théologique de la FREE, ont présenté à la fin de l’an dernier un document qui, comme l’espère Cédric Chanson, son président, « aidera à asseoir l’autorité de la Bible, non comme une autorité écrasante, mais comme un guide qui permet l’épanouissement de la vie chrétienne ».

« Notre orientation n’est pas polémique, explique Jean Villard de l’Eglise évangélique de Villard à Lausanne, mais il s’agit de souligner ce qui nous paraît précieux et important. » L’idée de publier un document sur « La Bible, Parole de Dieu ? » est née d’un sondage lancé auprès des pasteurs et des équipes de responsables des Eglises de la FREE en 2009. Plusieurs questionnaires sont revenus avec cette question : comment la Commission théologique se positionne-t-elle par rapport à l’inspiration de la Bible ?
 
Quatre fronts desquels se démarquer
S’il fallait indiquer néanmoins quelques fronts polémiques visés par ce document, Cédric Chanson en mentionne trois. Tout d’abord les facultés de théologie protestante de Suisse romande et un certain milieu théologique universitaire qui mettent en question l’autorité de la Bible et son historicité. La perte du rôle central de la Bible dans nos Eglises au profit de l’expérience vécue, ensuite. Enfin, une certaine culture populaire, notamment en lien avec le Da Vinci Code, qui mine la crédibilité de la Bible. « Il est important de refonder notre confiance en la Bible, lâche le président de la Commission théologique et pasteur dans l’Eglise évangélique la Colline à Crissier. On y croit toujours ! »
En écho, Jean-Jacques Meylan, pasteur retraité de la FREE, relève un autre front polémique : la lecture littéraliste de l’Ecriture. « On se trouve dans un débat difficile à ce niveau-là, un peu sur la corde raide, avec des frères et sœurs dans la foi, ajoute-t-il. Mais il importe de souligner qu’un certain littéralisme fait autant de dégâts que certaines positions ‘libérales’ ! »
Au travers de trois chapitres, ce nouveau document affirme trois choses importantes. Tout d’abord le fait que « la Parole de Dieu est plus vaste que l’Ecriture », ensuite « l’importance et la crédibilité de l’Ecriture », enfin sa nécessaire « interprétation ».
 
La Bible contenue dans la Parole de Dieu
L’une des spécificités des milieux évangéliques, c’est de mettre en avant leur profond respect pour la Bible en soulignant que « la Bible est Parole de Dieu ». Le débat avec d’autres chrétiens est vif sur ce terrain, notamment autour de questions comme : la Bible est-elle Parole de Dieu ou contient-elle la Parole de Dieu ? Ou alors, dans certaines circonstances, la Bible devient-elle Parole de Dieu ? En soulignant le fait que Dieu parle de toutes sortes de manières : par la Création, par la conscience ou en s’adressant directement à l’homme, Jean-Jacques Meylan, la cheville ouvrière de cette partie, tente de dépasser ce débat « qui n’en finit pas ». Il renverse la perspective et met en avant le fait que la Bible est contenue dans la Parole de Dieu. « Une telle perspective invite à cesser de voir la Bible comme habitant tout l’espace de la Révélation divine, explique-t-il. Alors, je ne suis plus le héros qui doit défendre une lecture exclusive de l’Ecriture, mais je deviens le ‘servant’ de cette Parole, celui qui avant tout se tient dans une position d’écoute à son endroit. »
Cette perspective, Jean-Jacques Meylan l’a développée à partir d’une retraite de responsables d’Eglise en 2003 où Yohanan Goldman, professeur d’Ancien Testament à la Faculté de théologie catholique de Fribourg, avait plaidé cette inscription de la Bible dans une prise de parole de Dieu beaucoup plus large. Proche des milieux évangéliques, ce professeur d’origine juive avait livré « quelque chose de lumineux », notamment en soulignant que la Bible « est une fenêtre sur le ciel dans le mur d’une parole humaine égarée, loin de Celui qui parle et qui nous crée ».
Ce renversement de perspective n’est pas sans conséquence ! « Il permet de reconnaître une ‘parole de Dieu’ dans un autre contexte religieux, ajoute Jean-Jacques Meylan. Dieu a parlé ailleurs que dans la tradition judéo-chrétienne. On retrouve ainsi dans de nombreuses religions ou chez de nombreux individus des intuitions du Dieu unique, qui se montre bienveillant à l’égard de l’humanité. » Dans cette diversité de paroles que Dieu adresse à l’humanité, « la priorité de la Bible et son autorité, plus grande que ce que l’on trouve dans les autres religions, est due au fait que Dieu s’est révélé dans l’homme Jésus, qui a vécu, qui est mort et qui est ressuscité, complète Jean Villard. Le fait que tant l’Ancien que le Nouveau Testament témoignent de Jésus-Christ donne une autorité insurpassable à la révélation biblique. »
 
La confiance, gage d’une bonne compréhension de la Bible
La deuxième partie du document : « L’Ecriture : son importance et sa crédibilité » précise la manière dont la Bible s’est formée. Elle explique aussi comment un nombre restreint de livres sont devenus ceux dont Jésus et les premiers chrétiens, puis l’ensemble des chrétiens, se sont nourris. Point de vue crédibilité, le document souligne l’importance d’inscrire chaque texte biblique dans le genre littéraire qui lui correspond. « Sans le dire, explique Jean Villard, le principal artisan de cette partie du document, nous marquons là notre différence avec une lecture littérale de la Bible. » En quelques lignes ensuite, le document relève l’importance de l’histoire pour la foi chrétienne et souligne que « la foi et la confiance dans la vérité historique du texte, comme point de départ, n’est pas une crédulité qui nous dispenserait de l’étude et de l’examen sérieux du récit biblique… Procéder à partir du présupposé de foi biblique ne dicte pas les conclusions de l’étude, qui reste à faire ; mais donne une chance de lire au diapason du texte. » Dénier toute vérité historique à la Bible conduirait à faire de la foi chrétienne une philosophie ou une spiritualité inventée par des hommes et réservée à une élite capable de s’y élever ; alors que nous sommes sauvés, forts ou faibles, sages ou inintelligents, par des interventions inattendues de Dieu dans notre histoire.
Face au débat archéologique actuel et aux questions de datation des 5 premiers livres de la Bible, Jean Villard reprend les thèses de l’archéologue Allan Millard, qui affirme que « les vestiges matériels sont neutres : tout réside dans leur interprétation ». Même si les données concernant les patriarches et Moïse sont maigres, les similitudes avec les coutumes de leur époque, telles qu’on peut les reconstruire à partir des données archéologiques, poussent à dire que les récits « sont plausibles et discréditent l’idée qu’un auteur de l’époque d’Alexandre ou des rois hellénistiques ait pu concevoir des récits si conformes aux données historiques » (1).
 
La « soumission cordiale » comme base de l’interprétation
L’interprétation du donné biblique est au menu de la troisième partie du document. Les auteurs soulignent que nous sommes tous dans un geste interprétatif à l’endroit de la Bible et qu’il y a deux démarches d’interprétation : celle qui confesse l’inspiration de la Bible et celle qui ne le fait pas. En final, une mini-méthode d’interprétation est proposée. Elle commence par inviter à la soumission de son cœur à l’Ecriture, à interpréter les textes dans leur contexte, à tenir compte de ce que d’autres ont compris des textes interprétés, à transposer le message dans notre culture, puis, en final, à mettre en place une interprétation centrée sur le Christ.
« Personnellement, j’espère que ce document stimulera la lecture de la Bible et sa mise en pratique dans nos Eglises, souligne Jean Villard. Il pourrait aussi être présenté à l’extérieur comme témoignage du fait que nous ne comptons pas parmi les fondamentalistes, d’ailleurs si souvent caricaturés dans les médias. »
Serge Carrel
 
Note
1) Commission théologique de la FREE, La Bible, Parole de Dieu ? Comprendre aujourd’hui l’inspiration de la Bible et la vérité de son message, p. 12.


Télécharger le document:  « La Bible, Parole de Dieu ? Comprendre aujourd’hui l’inspiration de la Bible et la vérité de son message ».

  • Encadré 1:

    La journée de formation des responsables planchera sur ce document

    Le 21 avril à l’Eglise évangélique de l’Oasis à Morges, la journée de formation des responsables de la FREE se penchera sur le document de la Commission théologique « La Bible, Parole de Dieu ? ». L’occasion de réfléchir à la portée de ce document et d’entendre le théologien français Henri Blocher s’exprimer sur la fiabilité de la Bible et son interprétation dans une perspective évangélique.

     

A voir également

  • La FREE et la HET-PRO signent une convention de partenariat La FREE et la HET-PRO signent une convention de partenariat

    Le 16 mai dernier, la FREE et la Haute école de théologie (HET-PRO) de Saint-Légier ont signé une convention de partenariat. Celle-ci entérine une collaboration qui s’est déjà développée durant de nombreuses années et décrit son futur. Cette signature intervient dans un contexte où les vocations pastorales se font rares.

  • Conférence «Où sont les femmes ?»: enjeux, constats et pistes pour favoriser le pastorat féminin Conférence «Où sont les femmes ?»: enjeux, constats et pistes pour favoriser le pastorat féminin

    Ce n'est pas tous les jours que les Eglises de la FREE sont le sujet d'une étude pour un travail de master. Le 27 avril, dans le cadre de la Conférence "Où sont les femmes?" à St-Légier, Lisa Zbinden a présenté les grandes lignes de son travail sur le pastorat féminin au sein de la fédération. Alors que les Unions et Fédérations d'Eglises s'inquiètent pour la relève des postes pastoraux, des pistes ont été évoquées pour faciliter l'accès au pastorat aux femmes.

  • HelloBible : une IA au service de la Bible HelloBible : une IA au service de la Bible

    Déjà testée par un millier de personnes, l’application HelloBible sera accessible sur Google Play et App Store en juillet. Cette intelligence artificielle permet aux utilisateurs de partager avec elle leurs préoccupations personnelles ou de poser des questions sur la Bible, afin d’obtenir des réponses bibliques sous forme de conversation, qu’ils peuvent approfondir. HelloBible a été imaginée par Éric Célérier, fondateur des sites TopChrétien, ConnaitreDieu ou encore Jesus.net.

  • «Le mal, ‘mystère opaque’», une prédication pour bien poser la question du mal «Le mal, ‘mystère opaque’», une prédication pour bien poser la question du mal

    Le dimanche 12 mai, Henri Blocher, auteur du livre « Le mal et la croix » (1), interviendra à l’Eglise évangélique de la Pélisserie à Genève. Théologien évangélique de renom, il apportera à la fois la prédication au culte et donnera ensuite deux conférences en début d’après-midi sur la « question du mal ». Pour introduire cette journée, Serge Carrel, pasteur et responsable du FREE COLLEGE, a rédigé une prédication qui reprend les principales perspectives de Henri Blocher développées dans son livre sur le mal (2).

  • Le samedi 25 mai: une journée pour mieux enseigner la Bible avec «Langham Preaching» Le samedi 25 mai: une journée pour mieux enseigner la Bible avec «Langham Preaching»

    Réfléchir à la manière de bien enseigner la Bible, voilà le thème de la journée de réflexion organisée le 25 mai prochain au Mont-sur-Lausanne (VD) par « Langham Preaching », en partenariat avec le FREE COLLEGE. L’occasion pour les prédicateurs, les animateurs de groupes de jeunes, de groupes d’enfants et autres de découvrir une manière vivante de présenter la Bible à chacune et à chacun.

Please publish modules in offcanvas position.