Les échanges humains avec le Sud : « un apport essentiel pour une Suisse solidaire » selon Armand Heiniger

lundi 10 juillet 2006
Le rôle des coopérants suisses dans les pays du Sud est souvent peu connu et insuffisamment pris en compte. Pourtant, près de 200 Suisses travaillent actuellement comme expatriés en Afrique, en Asie et en Amérique latine, envoyés par l'une ou l'autre des 25 ONG regroupées dans la plateforme « Unité ». Agriculteur et théologien de formation, avec une grande expérience en matière de coopération, d'immigration et d’asile (surtout par rapport à l'Afrique et à l'Asie), le pasteur des AESR en retraite, Armand Heiniger, est depuis 2003 président d’ « Unité ». Une fonction-clé pour évaluer la situation actuelle des échanges de personnes « Suisse-Sud ». Cet interview a été réalisé quelques semaines après que Armand Heiniger est rentré d'un voyage professionnel en Amérique centrale. Le 6 mai prochain, dans le cadre des rencontres Eglises en mission au Centre culturel du Chêne à Aubonne, il participera notamment à un atelier de l’après-midi sur les échanges de personnes avec le Sud.

Par votre expérience, vous êtes plus spécifiquement lié à l'Asie et à l'Afrique, plus précisément à l'immigration et aux réfugiés en provenance de pays qui ont vécu, durant le dernier demi-siècle, des chocs profonds : le Laos, le Cambodge ou le Congo. Votre engagement actuel dans la coopération signifie-t-il un changement d’orientation ?
Armand Heiniger -
La question de l'immigration et de l'asile, tout comme celle de la coopération au développement, font partie pour moi d'un tout indissociable. Dans mon cas, cet engagement découle d’une exigence de mes valeurs chrétiennes, d’une exigence de l'Evangile en faveur de davantage de justice et d'attention envers les plus pauvres et les plus marginalisés. Notre expérience dans le Sud-Est asiatique, durant et après la guerre anti-coloniale, nous a beaucoup sensibilisés à la réalité d'un monde qui n'a pas grand-chose à voir avec la sécurité du quotidien helvétique. Durant 17 ans, nous avons vécu la souffrance de cette région bouleversée. Nous avons été confrontés à la nécessité de prendre une responsabilité à l’endroit des gens que nous avions côtoyés sur place. Et c'est dans ce contexte que j'ai commencé à collaborer, depuis 16 ans, à « Unité ». D'abord comme expert pour définir les projets et ensuite comme président, ce qui correspond parfaitement à mes convictions de prêter attention aux plus faibles et aux plus « petits »...

Ce que le coopérant laisse au Sud...

Avec une histoire aussi riche en matière de coopération, comment concevez-vous le rôle des volontaires suisses qui travaillent dans le Sud ?
Armand Heiniger -
Durant les quelques années où j’ai été représentant consulaire de la Suisse au Laos, j'ai vu toutes sortes de projets et j'ai pu observer les conséquences de certains d'entre eux, qui ont disparu par la suite. Je suis persuadé que l’échange de personnes est une meilleure option pour travailler avec nos partenaires du Sud et transmettre un esprit de service plutôt qu'une logique de profit.
Le bilan brut de tout coopérant se fait en répondant à la question suivante: « Que reste-t-il après mon départ ? » Fort d’une expérience de 30 ans, je pense que le financement de projets n'est pas la chose la plus extraordinaire qui soit. Il est fondamental de partager des connaissances, un vécu interculturel et notre motivation. Mes expériences en Afrique m'ont montré l'impact des volontaires suisses sur le personnel local. Au plan médical, mais aussi dans d'autres secteurs comme l'agriculture, j'ai été témoin de grandes transformations. Après des temps dramatiques, comme ceux qu'a traversés le Congo, ce qui m’a frappé, c’est que de nombreux acteurs nationaux qui tentaient de promouvoir la reconstruction, avaient été des partenaires de volontaires étrangers. Cette attitude n'est pas l'effet du hasard. Elle naît d'une proximité et d’une compréhension culturelle, que l'on ne peut susciter qu'en coexistant et en partageant son expérience avec l'autre.
Si l'on prend l'image de l'oignon, avec ses nombreuses couches, beaucoup de projets sont importants et touchent les couches externes. La présence d'un volontaire qui vit sur place, qui apprend la langue de la région, qui partage la vie quotidienne, garantit pratiquement toujours d'arriver aux couches les plus profondes de la culture et des personnes rencontrées.

Sensibilité humaine et interculturalité

Outre les potentialités de ces échanges, il existe aussi des risques. Ceux de développer une coopération interpersonnelle, dont le résultat dépendra largement de la qualité et de la maturité du coopérant...
Armand Heiniger -
Sans doute, tout n'est pas succès dans l'échange de personnes. Des gens s'adaptent mal et ne réussissent pas à transmettre ce que j'appelle le « coeur de la coopération ». J'ai assisté à quelques expériences de ce type, y compris avec des ruptures de contrat. C'est pour cela que j'insiste sur le fait que la question « mentale » - dans ses aspects psychologique, spirituel et émotionnel - est bien plus importante que la capacité technique ou professionnelle. Même si, bien entendu, la formation avant le départ est fondamentale.

Que signifie pour vous le concept de « coeur de la coopération » ?
Armand Heiniger –
Le « coeur de la coopération », c’est arriver dans un contexte donné, parfois difficile et très différent, à partager une partie des richesses que l'on possède. Il s’agit en fait de la capacité d'un volontaire à partager l'expérience d'une personne ou d'un groupe social qui n'a pas eu l'occasion de bénéficier d’une formation. Comprendre que cet échange mutuel doit être libérateur, en permettant à cet individu ou à ce groupe d'être autonome et de devenir un facteur dynamique dans sa société...

Comment évaluer réellement ce plus qu'apporte la personne venue d'ailleurs ? Et quelle place occupe ce qu'elle reçoit dans son pays d’accueil ?
Armand Heiniger -
Prenons l'exemple du Congo, un pays profondément sinistré aujourd’hui. J’évalue l'apport des volontaires en analysant ce qui se passe le jour qui suit les destructions. On constate que plusieurs individus ou plusieurs groupes qui ont bénéficié dans le passé de l'appui d'un volontaire ont aujourd'hui une capacité d'initiative, indépendamment de toute présence de personnes venues du Nord.
D'autre part, quand je parle du coeur de la coopération, je comprends cette notion comme un processus de va-et-vient. Un volontaire qui n'est ni capable, ni ouvert à recevoir quelque chose durant son séjour dans le Sud, sera déficient. Une dimension fondamentale pour permettre l’échange, c'est la formation reçue avant le départ en mission. Il faut mettre la priorité sur cette dimension-là et améliorer davantage cette formation. Certaines de nos ONG dans la plateforme « Unité » - E-Changer, par exemple - ont compris son importance et jouent un rôle moteur sur ce terrain.

En regardant l'Amérique centrale

Vous avez effectué récemment un voyage au Nicaragua, comme membre d'une délégation de personnalités suisses qui ont rappelé la mémoire de coopérants assassinés en 1986. Vous avez visité des projets et des volontaires. Quelle impression retirez-vous de cette visite en Amérique latine par rapport à l'échange de personnes ?
Armand Heiniger -
A partir des contacts avec une dizaine de coopérants et leurs partenaires sur place, on a pu constater l'impact du travail effectué par le personnel suisse. On a aussi perçu une évolution par rapport au profil des coopérants d'il y a 20 ans. Ils travaillaient plutôt sur le terrain dans des projets agricoles. Bien qu'il ne cesse d'y avoir des coopérants à la base, il y a aujourd'hui des coopérants conseillers, qui renforcent les institutions. Il y a là une piste très importante: l'appui à des structures existantes pour les améliorer et les renforcer, afin qu'elles soient plus aptes à affronter les nouveaux défis quotidiens.
D'autre part, j'ai été impressionné par la motivation de nos coopérants. On constate qu'ils se sentent bien dans leur rôle, dans leur travail et dans leurs compétences professionnelles et humaines. Cela renforce la thèse de l'importance de la proximité au travers de l'échange. Pour cela, la connaissance de la langue nationale est importante.
Un autre élément, tout aussi important : c'est le rôle des coordinations binationales. L'une d'entre elles, dotée de trois personnes, se trouve à Managua. Nous avons pu la visiter et échanger avec ses membres. La question de la coordination dans le cadre d' »Unité » m'intriguait beaucoup. Et j'en suis resté profondément convaincu.
Ces coordinations jouent un rôle essentiel et très efficace. Tous les coopérants avec lesquels j'en ai parlé l'ont souligné. Un nouveau volontaire a par exemple relevé l'importance de pouvoir compter sur une structure d'accueil. Selon ses dires, il n'aurait pas su que faire à son arrivée sans l'existence des coordinateurs...

Un plus pour une Suisse ouverte

Certains ne sont pas très convaincus de la validité de l'échange de personnes dans le cadre de la coopération suisse. Ils estiment même que cette manière de faire coûte cher. Qu’en pensez-vous ?
Armand Heiniger -
Mieux vaut ne pas se braquer sur les chiffres. On pourrait vite démontrer que les volontaires suisses coûtent bien moins cher que les experts qui vont et viennent. Quant aux résultats, il existe des dizaines d'exemples et d'expériences qui prouvent la validité de ces échanges. A mon sens, la Suisse ne peut pas éviter cette forme de coopération. Il s’agit-là d’un signal clair de sa volonté de service envers les nations et les communautés les plus défavorisées.
D'autre part, on ne peut sous-estimer le rôle actif joué par chacun de ces volontaires, durant son affectation et à son retour, par rapport à l'information sur le Sud et à la sensibilisation de la société civile helvétique. Un exercice tout à fait appréciable, et ce d’autant plus que l'on perçoit aujourd'hui dans notre pays une croissance de la « peur de l'étranger ». Nous sommes dans une phase très restrictive politiquement. L'apport de ceux qui ont vécu à l’étranger et expérimenté l'échange est essentiel pour développer une Suisse sensible et ouverte à l'autre.

Propos recueillis par Sergio Ferrari, collaborateur d’ « Unité »

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

3 juin

  • «Définitivement acquitté!» avec Norbert Valley (Ciel! Mon info)
  • «Guérir de son passé» avec Jacques Poujol (Vitamine B)

10 juin

  • «La paternité de Dieu» avec Paul Hemes (Ciel! Mon info)
  • «La protection divine» avec Anne Emmett (Vitamine B)

myfreelife.ch

  • L’Eglise La Passerelle investie dans le don de nourriture pour près de 500 personnes

    Mer 27 mai 2020

    Dans l’opulente Riviera lémanique, à Vevey, près de 500 personnes viennent chercher chaque semaine des produits alimentaires frais dans les locaux de l’Etape. « Le semi-confinement a plus que triplé le nombre de personnes dans le besoin », commente sur place Jean-Blaise Roulet, pasteur de l’Eglise La Passerelle (FREE), partie prenante de cette aide.

  • « Dieu m’a conduite. »

    Mar 19 mai 2020

    « Travailler dans une œuvre chrétienne n’est pas toujours facile. Il faut savoir pourquoi on est là ! » Rire en cascade et lunettes bien ajustées, Françoise Huguelet tire fin juin sa révérence à la FREE, qu’elle aura servie pendant 13 ans. Rencontre.

  • «Chronique de la salle de bain #9» : «Il était une fois un homme sage et son disciple...» (Marie Ray)

    Lun 11 mai 2020

    Dans un pays lointain d'ici, il y avait un homme parcourant le pays pour partager la Bonne Nouvelle de Jésus, souvent avec son disciple... Un jour, tout bascule et ils se font arrêter et jeter en prison... Quelle sera leur attitude dans cette épreuve? C'est la découverte que nous propose Marie Ray à l’occasion de sa neuvième « Chronique de la salle de bain ». Un clip à découvrir.

  • Sion : le culte "drive-in" passe à la trappe

    Jeu 30 avril 2020

    Après une première très concluante dimanche 26 avril, le culte en mode drive-in à Sion ne peut se répéter : le pasteur Matthias Radloff a reçu mercredi 29 avril une interdiction de la part des autorités cantonales. Il fulmine.

eglisesfree.ch

  • Coronavirus : les mesures à prendre proposées par la FREE et l'OFSP

    Ven 06 mars 2020

    Comme plusieurs unions ou fédérations d’Eglises, la FREE a proposé à ses Eglises membres de prendre les mesures suivantes en lien avec la propagation du coronavirus ou covid-19. Voici ce qui a été indiqué aux responsables des Eglises membres.

  • Partenariat avec la Ligue pour la lecture de la Bible

    Ven 12 avril 2019

    Le 6 avril 2019, lors de la Rencontre générale de la FREE, Philippe Thueler, Secrétaire général de la Fédération, a annoncé officiellement le partenariat entre la Ligue et la FREE pour la formation et le coaching des églises pour ce ministère.

  • Qui contacter en cas de soupçon d'abus sexuels sur les mineurs?

    Dim 03 mars 2019

    En complément à la nouvelle charte des moniteurs de l'enfance de la FREE, voici la liste des services et associations à contacter, selon les cantons, en cas de soupçon d'abus sur un mineur.

  • Lieux de culte : plutôt adaptés que neutres

    Mer 18 décembre 2019

    « Pour être missionnels, doit-on désacraliser nos lieux de culte ? » Tel était le thème de réflexion de l’après-midi, lors de la Rencontre générale de la FREE, le 23 novembre 2019 à Nyon. Cette réflexion a été introduite, le matin, par une méditation de Myriam Matthey, pasteure dans l’Eglise évangélique « La Fraternelle », à Nyon. Ensuite, durant l’après-midi, une table ronde a rassemblé Marc Gallay, pasteur dans l’Eglise évangélique de Lonay, François Kunz, architecte à Genève et Jacques André, pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny. Il ne sera, semble-t-il, pas nécessaire de « désacraliser » nos lieux de cultes et de les transformer en salles polyvalentes pour les rendre missionnels. Par contre, ils auront souvent besoin d’être adaptés.

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !