Un Sud-Africain blanc au cœur du concert « Stop pauvreté 2015 »

mercredi 03 mai 2006

Le 6 mai, un Sud-Africain, un Sénégalais, un groupe de pop-rock lausannois ainsi qu’une cinquantaine de choristes romands donneront lors d’un concert de « World Music » le coup d’envoi de « Stop pauvreté 2015 ». Cette campagne souhaite motiver les chrétiens dans la lutte contre la pauvreté en relation avec les 8 Objectifs du Millénaire pour le développement de l’ONU. Le guitariste Pat Berning, le joueur de kora, Antoine Diompy, et le groupe T-Time seront de la fête.

« Aujourd’hui en Afrique du Sud, la plupart des activités jeunesse des Eglises tournent autour de la lutte contre le sida ». Pat Berning est un musicien blanc originaire d’Afrique du Sud. Il interviendra lors du concert « Stop pauvreté 2015 » au Centre culturel du Chêne à Aubonne, le 6 mai prochain. Domicilié actuellement en France, Pat Berning se réjouit du fait que les Eglises sud-africaines inscrivent leur action dans la perspective du 6e Objectif du Millénaire pour le développement de l’ONU : « Combattre le VIH/sida, le paludisme et d’autres maladies ».

De la réconciliation à la lutte anti-sida
Lorsqu’il était animateur-jeunesse en Afrique du Sud durant les années 80, les préoccupations étaient tout autres. « Avec l’association « Jeunesse pour Christ », nous travaillions à la réconciliation de la société, en un temps où l’apartheid sévissait encore », explique-t-il. Dans cette perspective, la musique jouait un rôle important. Elle permettait de rassembler les gens au-delà de la couleur de leur peau, de les faire chanter ensemble et de faire tomber les barrières de séparation et de méfiance qui marquaient la société. Aujourd’hui, Pat Berning se veut une voix du Sud en Europe francophone. Il espère qu’un concert comme « Stop pauvreté 2015 » permettra de faire avancer la cause de la lutte contre la pauvreté sur la planète et la prise de conscience des gens du Nord devant les ravages colossaux du sida en Afrique.

Des titres d’un CD fraîchement pressé
Lors du concert « Stop pauvreté 2015 », Pat Berning interviendra en solo. Il présentera plusieurs titres de son cinquième CD fraîchement pressé : « Au pays des jours sans fin ». Il sera aussi accompagné d’une chorale d’une cinquantaine de Romands qui chanteront avec lui en zoulou. Cette soirée intitulée « Music against Poverty » sera ouverte par T-Time, un groupe lausannois qui donne dans le pop-rock. Antoine Diompy, un musicien venu du Sénégal, effectuera ensuite une démonstration de kora, une sorte de harpe africaine.

Le lancement de « Stop pauvreté 2015 » en Suisse romande
Ce concert marquera le lancement en Suisse romande de la campagne « Stop pauvreté 2015 », une initiative des Eglises évangéliques qui relaie les Objectifs du Millénaire pour le développement de l’ONU, une initiative baptisée au plan international : le « Défi Michée ». Le concert « Stop pauvreté 2015 » prend aussi place dans le cadre des rencontres annuelles « Eglises en mission » de l’Union des AESR qui se déroulent du 5 au 7 mai à Aubonne. Il est coorganisé par l’école de musique Psalmodia à Crissier. (c)

Pour davantage d’infos :
-
http://www.aesr.ch/eem/index.php?type=EEM06.
-
http://www.psalmodia.net/crissier/index.htm.

  • Encadré 1:

    Concert de World Music autour de « Stop pauvreté 2015 » le 6 mai
    Une kora sénégalaise, un chanteur d’origine sud-africaine, un groupe de pop-rock lausannois et une chorale de 50 Romands qui chantent en zoulou… C’est le menu d’un concert d’exception qui marquera le lancement de la campagne « Stop pauvreté 2015 » en Suisse romande. Une campagne qui s’inscrit dans la lutte de l’Alliance évangélique mondiale contre la pauvreté sur la planète (Défi Michée).
    Au programme : Pat Berning (Afrique du Sud-France), Antoine Diompy (Sénégal), T-Time (Lausanne)…
    Ce concert aura lieu le samedi 6 mai au Centre culturel du Chêne à Aubonne à 20h.
    Organisation : Psalmodia Crissier et les AESR dans le cadre d’Eglises en mission.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !