Affaire Lutz-ICF : le photographe retire définitivement « In Jesus’Name » et accepte les mesures provisionnelles

mercredi 24 avril 2013 icon-comments 4

Le photographe Christian Lutz retire définitivement le livre In Jesus’Name de la vente, sans attendre la fin de la procédure judiciaire. Avec son éditeur Lars Müller, il accepte les mesures provisionnelles interdisant son livre consacré à l’Eglise évangélique ICF de Zurich. Malgré cela, l’avocat des plaignants poursuit ses démarches en justice. Interview réalisé mardi 23 avril à Genève.

Pourquoi retirez-vous définitivement votre livre de la vente et acceptez-vous les mesures provisionnelles de la justice zurichoise ?
Du point de vue judiciaire, cette affaire risque de durer très longtemps et de coûter très cher. En fait, tout tourne autour du consentement. J’ai beau prouver que je côtoyais de près 14 des 21 plaignants et que j’étais intégré et le bienvenu. Comme je n’ai pas le consentement « express » de chacun, il est possible en justice qu’à la toute fin un juge dise que je n’ai pas réussi à lui prouver que j’avais le consentement de tous.
Donc le livre ne peut pas exister sous cette forme. Il nous faut accepter ce jugement provisionnel. Nous renonçons à diffuser ce livre, mais nous réalisons une exposition sans les photos des protagonistes qui ont porté plainte. Et c’est, à mon sens, sur le terrain artistique que peut vraiment se créer le débat, non sur le terrain judiciaire.

Votre éditeur a-t-il facilement accepté d’entrer dans une telle démarche ? Du point de vue pécuniaire, c’est une perte sèche…
In Jesus’Name a été financé par l’Office fédéral de la culture et par différentes instances de soutien à la culture… Au moment de produire le livre, les dépenses occasionnées par sa réalisation étaient quasi couvertes, sinon la question se poserait en d’autres termes.
Pour mon éditeur, ce serait une perte bien plus lourde s’il devait traverser tout le procès, sans soutien financier et juridique. On parle là de sommes qui avoisinent plusieurs centaines de milliers de francs. ICF a peut-être accepté d’entrer dans un tel procès parce que les « visiteurs » de cette Eglise étaient particulièrement nombreux à porter plainte.

Parmi les photos qui font l’objet d’une plainte, il y a celle où l’on voit une jeune femme qui tient un micro et qui est très émue…
Il y a 19 images à propos desquelles une plainte a été déposée. Effectivement, celle-ci est du nombre. Il s’agit d’une photo qui a été prise lors d’un baptème au Celebration Hall d’ICF à Zurich, dans l’ancien bâtiment…

Et on peut imaginer que cette femme est en train de parler de ce qui l’a amenée à la foi chrétienne ?
Pour moi, c’était une image importante. Lorsqu’on a entre 35 et 40 ans, ce n’est pas rien de se faire baptiser. Ce jour-là, je suis autorisé à photographier par les « managers » d’ICF. J’observe ce qui se passe et il y a effectivement une charge émotionnelle forte dans cet instant. La notion de l’intime doit être passée à la loupe au sein d’ICF. Vous voyez à l’arrière-plan de cette image des témoins qui filment et qui photographient ainsi que des écrans qui diffusent son visage en direct. Rien à voir donc avec un huis-clos, loin des regards de personnes extérieures.
Pour moi, il s’agit d’une image en accord avec ce que les « visiteurs » d’ICF racontent lorsqu’ils se font baptiser. Ils laissent symboliquement leur passé dans l’eau du baptême.

Avez-vous approché cette personne pour lui demander si elle acceptait que vous publiiez cette photo ?
Non, c’était une célébration de baptêmes en série. A partir du moment où j’avais l’autorisation du staff d’ICF, je n’ai pas jugé bon de le faire. Mais en justice, c’est l’un des points qui pose problème. L’autorisation d’un tiers, en l’occurrence du staff d’ICF, ne dispense pas d’obtenir l’autorisation de l’individu photographié.
L’Eglise qui a soigneusement orchestré ces plaintes a tenu compte de ce fait aussi. Elle sait très bien que ce n’est pas parce qu’elle donne une autorisation que je peux publier une photo d’individus.

Quelle autre photo fait problème ?
Ce qui est intéressant, ce sont les descriptions de ces images, qui ont été transmises à la justice par l’avocat des plaignants. Le baptême est apparemment une notion très importante dans le milieu évangélique. Les visiteurs d’ICF le font souvent assez rapidement et peu importe la forme. Nous sommes dans un camp d’hiver et il est difficile d’aller dehors dans une rivière pour baptiser quelqu’un, alors ils le font à l’intérieur...

Il s’agit d’une photo où on voit une jeune femme en train d’en baptiser une autre dans une baignoire pleine d’eau…
On rompt ici avec les mises en scène religieuses traditionnelles. Dans cette petite salle de bain, il y a plusieurs snowbords appuyés contre le mur en arrière-plan. On voit cette fille à genoux dans la baignoire, toute habillée. Elle est accompagnée par une jeune pasteure.
Sur le moment, tout le monde se photographiait. J’ai photographié cette jeune femme de dos, au même titre que d’autres. Dans la description de l’image côté plaignants, on me reproche de mettre en évidence qu’ICF s’adonnerait à des baptêmes de manière peu organisée ou dans des conditions qui ne sont pas adéquates, alors que c’est justement cela qu’ils mettent avant : le fait qu’ils peuvent pratiquer ce rite de manière inattendue.

Avez-vous informé ICF que vous renonciez à diffuser votre livre ?
Oui, cela a été fait par avocats interposés aux alentours du 28 mars.

Et comment cette communauté a-t-elle réagi ?
En fait, tout reste au niveau des avocats. Personnellement, j’ai envie de retourner dans cette Eglise, de pouvoir en parler, de projeter ces images, de donner ma lecture et d’entendre la leur, puis de voir ce qui a pu poser problème, pour que finalement on grandisse tous.

Si vous aviez à revisiter cette tranche de votre vie, feriez-vous quelque chose différemment ?
Je communiquerais davantage encore avec les personnes photographiées. Sur les 21 plaignants j’en connais 14 et sur ces 14, il n’y en a que la moitié qui était vraiment au fait du type de livre que j’étais en train de faire… Ils ont tout de même porté plainte et cela me pose problème ! Par contre avec les 7 autres, j’aurais peut-être dû davantage expliquer qui j’étais et encore plus affirmer mon regard. Je n’étais pas là pour faire la communication d’ICF, mais pour poser mon regard sur leur réalité.  
Mes prochains travaux me demanderont encore plus d’énergie pour faire entendre qui je suis au moment des prises de vue. Non pas soumettre mes images, ni faire signer des décharges, mais créer du relationnel entre photographiés et photographe, pour que les choses ne soient plus aussi problématiques.

Du pont de vue judiciaire, comment les choses vont-elles se poursuivre ?
Nous acceptons de ne pas faire exister ce livre. Néanmoins l’avocat de la partie adverse a entré un dossier de plainte. Il dit que la mesure que nous prenons n’est pas très claire. A partir du moment où le dossier sera analysé par la justice, nos avocats en seront avisés… Personnellement, j’espère qu’il n’y aura pas d’autre comparution, que cela va se régler par des écritures d’avocats et que nous trouverons un terrain d’entente, compte tenu du fait qu’ils ont eu gain de cause.

Personnellement, aimeriez-vous renouer le contact avec les responsables d’ICF ?
Oui, absolument. J’étais à Zurich ces derniers temps et j’aurais bien voulu rencontrer dans le tram l’un ou l’autre, pour pouvoir parler avec eux à masques déposés. Personnellement, je n’ai aucun problème de conscience. J’ai toujours été en accord avec eux du début à la fin par rapport à ce travail photographique. Je n’aurais aucun problème à les entendre et à discuter. Je pense qu’il faut le faire et je m’en réjouis.
Propos recueillis par Serge Carrel

Autre article en lien ce sujet: "Polémique autour d'ICF: le regard de Philippe Gonzalez, sociologue des médias".

  • Encadré 1:

    Une exposition dès juin au Musée de l’Elysée à Lausanne
    Christian Lutz exposera quelques-unes des photos prises dans le cadre d’ICF Zurich au Musée de l’Elysée à Lausanne à partir du 5 juin. Ces photos s’inscriront dans le cadre d’une trilogie autour du pouvoir : politique, économique et religieux. Chacune de ces formes de pouvoir a fait l’objet d’un livre du photographe.

  • Encadré 2:

    Tout sur les photos de In Jesus’Name !
    Le livre est là sur la table. Il a été déposé comme dans un écrin précieux et il m’attend. On me le présente : « C’est le fameux In Jesus’Name que j’ai juste pu acheter avant son interdiction à la vente », lâche la personne qui m’accueille. Je m’attends au pire ! A des photos de personnes en extase, bras grands ouverts, dans des rencontres charismatiques, auxquelles on discerne presque les trous de nez, tant le photographe a zoomé sur un visage béat en communion avec Dieu. A des images de gens qui tombent à la renverse lors de moments de prière avec imposition des mains, comme les affectionnent les cameramen qui veulent des images chocs pour doper leur reportage sur les évangéliques.
    En fait, rien de cela ! Décevant !
    In Jesus’Name contient une série de photos sans légende, en lien avec des activités d’une Eglise de jeunes, qui développe des programmes décoiffants pour les gens qui la fréquentent. On y voit le pasteur principal Leo Bigger, en train de prêcher. Il arbore une combinaison d’astronaute de la Nasa, avec en arrière-plan un astre projeté sur grand écran. Du pain béni pour le photographe !
    On y voit projetée sur grand écran l’échographie d’une jeune maman dont l’enfant a quelques semaines. Une gynécologue de l’Eglise a accepté de déplacer son matériel et réalise cette échographie live lors d’un culte.
    On y voit une Ferrari rouge, entourée d’une foule dans le noir… Manifestement, ICF Zurich ne recule devant rien pour donner du faste à ses « events » !
    Puis il y a aussi ces photos des à-côtés de la vie d’une Eglise de jeunes : cette jeune femme en bikini qui tient un pistolet à eau à la main et qui joue avec d’autres en plein été ; une dame d’un certain âge en train de donner son sang dans une salle où sont disposés plusieurs lits de camp… Et en final un texte signé Julie Gilbert : « Jésus, que fais-tu ce soir ? »
    Pas de quoi fouetter un chat ! Une cinquantaine de photos intéressantes qui donnent un reflet de la vie d’une Eglise qui investit de l’énergie, du temps et des moyens pour dire l’Evangile de Jésus-Christ dans la culture des jeunes d’aujourd’hui. Petit bémol tout de même : la photo de cette jeune femme en pleurs au moment de son baptême. Une photo que, personnellement, je n’aimerais pas voir tomber entre les mains de mon patron ou de collègues.
    Dans un contexte où les convictions personnelles sont en jeu, où les gens se disent en vérité, est-il vraiment contraire à la déontologie du photojournaliste de prendre contact, à la fin de son travail, avec les personnes photographiées ? Puis de leur présenter son projet et de leur demander si la publication de leur photo fait difficulté ? Personnellement, je n’en suis pas sûr.
    SC

4 réactions

  • Luthy Claudine jeudi, 25 avril 2013 21:59

    Bravo Serge pour ce sujet très intéressant et pour le commentaire qui suit. Et merci !

  • Baumann Jacques vendredi, 03 mai 2013 17:18

    Félicitations, Serge, pour ta contribution et ton commentaire qui transmettent une information objective et un commentaire personnel fort équilibrés.

  • Alain Normand vendredi, 03 mai 2013 19:52

    Ces informations sur les désormais fameuses photos de membres ICF sont intéressantes à plusieurs titres. On est en présence de l'attitude d'une Eglise ou mouvement évangélique qui utilise les moyens de communication actuels, dont l'image, mais d'une manière étonnamment protectionniste. On veut montrer ce que l'on vit de l'engagement évangélique, dans une salle, et du ressenti émotionnel qui en résulte, mais à la condition que ces images, parties expressives d'une communication devenue globale, ne quitte pas le lieu de leur manifestation. On veut garder les choses en main, quitte à entamer des procédures judiciaires pour y parvenir. Mais ce faisant que cherche-t-on à protéger ? L'esprit évangélique fait d'humilité et de douceur ? Je me demande si certaines paroles de Jésus, appelant ses disciples à éviter les tribunaux, pourront encore être lues et commentées comme une vérité à suivre, dans les rencontres organisées par ICF ? Une autre question dérange : la tentation d'une dérive chez les responsables de ICF Zurich. Voilà un journaliste sans doute fatigué par toute cette affaire, qui semble avoir développé une certaine sympathie pour plusieurs membres de cette Eglise, et qui jette l'éponge de la diffusion de son livre. Pour finir, il donne satisfaction aux plaignants. Pour un peu, il adopterait ainsi l'attitude évangélique préconisée par Jésus. Il devient donc gênant, à ce stade-ci de son déroulement, de constater que cette affaire "reste entre les mains des avocats". Il serait libérateur qu'elle soit remise enfin entre les mains de Jésus, pour une issue qui signale clairement l'actualité de l'Evangile, aujourd'hui. Dieu bénisse ICF ! Dieu bénisse ce journaliste ! Oui, c'est ce que je souhaite, tout en me demandant lequel des deux marche de fait sur la voie royale ?

  • Bally Claude dimanche, 12 mai 2013 19:10

    Merci pour l'info qui m'intéresse.Il me semble que l'on est toujours plus intelligent après..... Mon souhait : que ça serve à quelque chose Puis que l'on fasse une distinction dans les relations entre personne et le travail sur le terrain .La communication est toujours à construire !

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

12 février
  • «Répondre de sa foi au quotidien» avec Yannick Imbert (Intelligence de la foi)
19 février
  • «Le christianisme est-il démodé? » avec David Bohomme (One’Talk)
  • «Monsieur Amar: les discriminations dont sont victimes les musulmans européens dans leur pays d’origine » (Ciel! Mon info)

myfreelife.ch

eglisesfree.ch

  • Lieux de culte : plutôt adaptés que neutres

    Mer 18 décembre 2019

    « Pour être missionnels, doit-on désacraliser nos lieux de culte ? » Tel était le thème de réflexion de l’après-midi, lors de la Rencontre générale de la FREE, le 23 novembre 2019 à Nyon. Cette réflexion a été introduite, le matin, par une méditation de Myriam Matthey, pasteure dans l’Eglise évangélique « La Fraternelle », à Nyon. Ensuite, durant l’après-midi, une table ronde a rassemblé Marc Gallay, pasteur dans l’Eglise évangélique de Lonay, François Kunz, architecte à Genève et Jacques André, pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny. Il ne sera, semble-t-il, pas nécessaire de « désacraliser » nos lieux de cultes et de les transformer en salles polyvalentes pour les rendre missionnels. Par contre, ils auront souvent besoin d’être adaptés.

  • Rencontre générale: vers un nouveau modèle de financement de la FREE

    Mer 18 décembre 2019

    La Rencontre générale de la FREE, dans sa nouvelle formule, a en bonne partie été consacrée à la présentation d’un nouveau modèle de financement. Quant au thème de réflexion de la journée, il était consacré aux bâtiments d’Eglises, leurs caractéristiques « missionnelles » ou non.

  • Inondations au sud du Laos: le riz vient à manquer dans certains villages

    Jeu 05 décembre 2019

    Les inondations du début du mois de septembre dernier dans les six provinces du sud Laos sont passées inaperçues pour la majorité des Européens. Trois mois après, les cicatrices laissées par cette catastrophe restent profondes.

  • Soutenez l'Action de Noël 2019 au Sénégal et en France

    Jeu 05 décembre 2019

    Vous pouvez soutenir ces deux projets et obtenir des informations supplémentaires à leur sujet sur les sites internet www.eglisesfree.ch et www.sme-suisse.org.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !