Conférence «Où sont les femmes ?»: enjeux, constats et pistes pour favoriser le pastorat féminin

Table ronde/ Conférence Où sont les femmes/ HET-PRO
Table ronde/ Conférence Où sont les femmes/ HET-PRO (Salomé Haldemann-Richir) icon-info
vendredi 10 mai 2024

Ce n'est pas tous les jours que les Eglises de la FREE sont le sujet d'une étude pour un travail de master. Le 27 avril, dans le cadre de la Conférence "Où sont les femmes?" à St-Légier, Lisa Zbinden a présenté les grandes lignes de son travail sur le pastorat féminin au sein de la fédération. Alors que les Unions et Fédérations d'Eglises s'inquiètent pour la relève des postes pastoraux, des pistes ont été évoquées pour faciliter l'accès au pastorat aux femmes.

Pourquoi des femmes formées en théologie ont-elles de la peine à accéder à un ministère pastoral ? Comment expliquer ce «plafond de vitrail» et surtout, comment le dépasser? Ce sont à ces questions qu’ambitionnait de répondre la rencontre « Où sont les femmes ? » du 27 avril, à St-Légier. Organisée par la HET-PRO en partenariat avec le Centre de formation Bienenberg, la Start Up Ministries, l’association Servir Ensemble et le Réseau évangélique suisse (RES), la conférence a été suivie pour une soixantaine de personnes, en majorité des femmes.


Professeur en formation pratique à la HET-PRO, Michel Siegrist a ouvert la Conférence en dressant les enjeux: d’un côté, des étudiantes brillantes se forment en théologie à la HET-PRO, tout en se demandant si elles vont trouver un poste rémunéré à l’issu de leurs études. Et de l’autre, des Unions et Fédérations d’Eglises constatent qu’elles vont manquer de pasteurs et se demandent comment assurer la relève.

Un travail de recherche focalisé sur la FREE

Devant une assistance attentive, Lisa Zbinden a présenté son travail de master en Sciences de la société/Etudes de genres intitulé «Le pastorat féminin dans les Eglises de la FREE : l’écart entre discours et pratiques». La recherche de la jeune femme, qui a fréquenté une Eglise membre de la Fédération romande d'Eglises évangéliques, portait sur la façon dont est vécu et perçu le ministère pastoral féminin au sein de la fédération. Pour cela, elle avait interviewé en 2021 Philippe Thueler, alors secrétaire général de la FREE, ainsi que quatre pasteures en exercice, une théologienne, une étudiante de la HET-PRO et un pasteur opposé au pastorat féminin.

Les raisons du « plafond de vitrail »

Lisa Zbinden a d’abord relayé ce chiffre évocateur : si la plupart des évangéliques se disent ouverts au pastorat féminin, dans le contexte romand, seul un pasteur sur dix est une femme. Un «plafond de vitrail» (versus « le plafond de verre » dans les entreprises) empêche les femmes d’accéder à un poste pastoral. La jeune femme l’explique par différents éléments, comme le manque de rôles modèles dans les Eglises ou la notion de soumission mari-femme transposée à la communauté : difficile de s’imaginer pasteure si toutes les femmes devraient être soumises à tous les hommes, relève Lisa Zbinden.

Un choix courageux

La titulaire d'un master parle aussi de « complémentarité tronquée » : hommes et femmes sont considérés égaux en droit et en dignité, mais les qualités associées aux femmes sont moins valorisées. Ces obstacles amènent une part des candidates à se disqualifier elles-mêmes ou à s’orienter vers d’autres rôles dans l’Eglise, souvent dans le soin à la personne (enfance, mission etc). Il existerait aussi une certaine discrimination à l’embauche, surtout si la femme postule seule. «Une faible minorité de femmes parviennent toutefois à surpasser ces obstacles et font le choix courageux – et pionnier – de devenir pasteures. Néanmoins, dès leurs débuts, elles sont pénalisées et doivent en faire plus pour être acceptées dans ce milieu masculin», relève Lisa Zbinden dans sa conclusion.

L’important ? Travailler avec ses dons et trouver sa place

Après cette présentation, une table ronde a donné la parole à la pasteure de l’Eglise évangélique baptiste de Genève, Stéphanie Fritz, à Myriam Matthey, pasteure à l’Eglise (FREE) La Fraternelle et à Nathalie et Nicolas Riard, couple pastoral de l’Armée du Salut. Chacune a pu évoquer les obstacles rencontrés dans son parcours et ses défis. Pour Myriam Matthey, s’il y a un «plafond de vitrail» dans la FREE, c’est pour obtenir un poste à plein temps. Et la pasteure de Nyon d’ajouter : « face à la pénurie de relève, c’est aussi notre responsabilités à nous les femmes pasteures de postuler pour du 100%. »

Au sein du couple pastoral Riard, c’est Nathalie qui a la vocation pour la prédication. Pour cette pasteure salutiste, «l’idéal est que chaque conjoint travaille dans ses dons et trouve sa place». Epanouie dans son ministère à plein temps, Stéphanie Fritz encourage les aspirantes pasteures: « Si Dieu t’appelle, il te montrera la voie. Sois disponible à le servir et reste toi-même, dans ton identité de fille du Roi ».

En dernière partie d’après-midi, l’équipe organisatrice a avancé différentes pistes visant à favoriser les ministères féminins dans les Eglises ; et les participants et participants ont été invités à interagir. Certaines de ces idées pourraient être reprises dans la FREE pour permettre à davantage de femmes de devenir pasteures.

  • Encadré 1:

    Témoignage d'une participante

    Isabelle, quels éléments de la Conférence vous ont interpelée?
    Cela m’a réjouie que des femmes pasteures soient engagées, un peu dans tout le milieu évangélique. Ce qui m’a interpelée, ce sont les remarques ou les sous-entendu sexistes auxquels elles ont été confrontées dans leur parcours, et leur force pour résister et persévérer. Je m’attendais à plus de bienveillance dans notre milieu chrétien envers les femmes ayant un appel au pastorat ou à une position de leadership.


    Une piste pour favoriser le pastorat ou leadership féminin ?
    Les prédications devraient être davantage basées sur les femmes de la Bible, pour mettre en lumière ce qu’ont accompli ces héroïnes de la foi – des prophétesses, la juge Déborah, les femmes qui accompagnaient Jésus etc. Hommes et femmes, nous avons besoin les uns des autres, nous sommes complémentaires. Aux yeux de Dieu, les femmes comptent autant que les hommes.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !