mardi, 20 décembre 2016 00:06

Paul Dubuis : « Trois ans de dépression… Dieu a le temps ! »

Written by

Il vient de publier son premier livre. Paul Dubuis raconte dans On finira bien par s’en sortir… une série d’événements qui ont marqué son existence. Certains furent heureux à traverser, d’autres plus difficiles à accepter, notamment trois ans de dépression. Sans pourtant que lui fasse défaut le compagnonnage de Dieu jusque dans les profondeurs de son gouffre intérieur.

20 large

«  Je n’arrivais plus à prier… Je n’avais rien à dire, ni à Dieu, ni aux autres ! Réduit au silence, je maintenais mon esprit dans les Psaumes». Quand on connaît Paul Dubuis, voilà qui a de quoi surprendre. Lui qui est souvent intarissable pour raconter ses dernières aventures ou lâcher un trait d’humour… « La source en moi était éteinte. Les mots me collaient à la bouche. Tout était devenu terne, sans couleur. Il faisait gris en plein jour… »

« Je me voyais déjà à l’AI »

Lorsqu’il se replonge dans les trois ans de la dépression qu’il a connue entre 1987 et 1990, les métaphores fusent pour évoquer ce temps sombre de son parcours de vie. Et pourtant, ce pasteur retraité relève qu’il n’a jamais douté de Dieu. « A cette période, je me voyais déjà à l’AI (Assurance invalidité), ajoute-t-il, ceci malgré toute la bienveillance et le soutien de Simone, mon épouse. »

L’Eglise évangélique de Lavigny a soutenu son pasteur dans la prière… et financièrement ! Puis est « tombée » l’idée d’un temps de formation complémentaire à la Faculté libre de théologie évangélique de Vaux-sur-Seine, en région parisienne. Durant ce séjour en France, la sollicitation d’une petite communauté de remplacer son pasteur pour une courte prédication a constitué un déclic… Et la reconstruction s’est mise en route, comme il le détaille dans On finira bien par s’en sortir… ! « Dieu a le temps, confie Paul Dubuis. On pourrait penser que j’ai perdu le mien pendant trois ans de ma vie, à tourner en rond sans rien faire… J’ai pour le moins appris à accepter ma fragilité et à vivre avec elle. J’ai aussi mieux pris conscience de la portée et de la résonnance de nos paroles quand tout va bien et quand nous sommes triomphants. Notre bien-être écrase parfois ceux qui vont mal ! »

L’Esprit de Jésus ressuscite !

Aujourd’hui à 78 ans, Paul Dubuis garde chevillée à son esprit cette parole de l’apôtre Paul dans son épître aux Romains : « Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité le Christ d’entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous » (Ro 8.11) !

Serge Carrel

Paul Dubuis, On finira bien par s’en sortir…, Saint-Prex, Je Sème, 2016, 168 p. Prix : 25.- + frais de port. A commander ici.

Additional Info

  • Commentaires: Activer
  • Disponibilités (jours): 30
  • Nom de jours ou l'article est payant: 90
Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

  8 avril

  • «Il m'a donné un nom» avec Christine Gallay (CMI)
  • «Les projets de l'Eternel» avec Emmanuel Ziehli (Vitamine B)
15 avril
  • «Apprendre de la création» avec Dave Bookless (Intelligence de la foi)
  • «Yeshua» avec Chuch for the Nations (Music Zone)

myfreelife.ch

  • Jean Ziegler: « Il existe une fraternité de la nuit entre les hommes »

    Lun 06 avril 2020

    Quid du covid-19 dans les camps de migrants ? Ceux-ci y vivent entassés, comme à Lesbos, où le sociologue Jean Ziegler s’est rendu pour dénoncer les conditions indignes qui y règnent1. Et pourtant, même si la pandémie menace dans ces lieux où la promiscuité est un euphémisme, l’ancien rapporteur spécial des Nations-Unies pour le droit à l’alimentation croit que l’Histoire a un sens. Et qu’il existe ce qu’il appelle « une mystérieuse fraternité de la nuit entre les hommes ». Il était au micro de Gabrielle Desarzens dimanche 5 avril dans Babel.

  • Mettre la crise en crise

    Mar 31 mars 2020

    En cette période de confinement, la vie de foi est une ressource qui nous pousse à ne pas nous enfermer « dans le bunker de la peur et de la protection ». C’est notamment ce qu’a dit Panteleimon Giannakopoulos, professeur de psychiatrie à l’Université de Genève qui répondait aux questions de Gabrielle Desarzens dans l’émission Babel du 22 mars dernier.

  • «Chronique de la salle de bain #8» : «En chacun de nous sommeillent deux loups...» (Marie Ray)

    Jeu 26 mars 2020

    Un indien raconte à son petit-fils une parabole sur le coeur de l'homme: il y aurait en celui-ci deux loups... un bon et un mauvais. Lequel va gagner? C'est la réflexion que nous propose Marie Ray à l’occasion de sa huitième « Chronique de la salle de bain ». Un clip à découvrir.

  • Coronavirus : la fragilité des personnes en souffrance psychique mise à l’épreuve

    Jeu 26 mars 2020

    Les moments de partage se sont multipliés à La Maison Béthel, qui accueille des adultes en fragilité psychique passagère ou chronique. « La parole soulage. Et notre population doit pouvoir dire. Et se dire », résume jeudi 26 mars Claude-Alain Nuti, l’un de ses deux aumôniers.

eglisesfree.ch

  • Coronavirus : les mesures à prendre proposées par la FREE et l'OFSP

    Ven 06 mars 2020

    Comme plusieurs unions ou fédérations d’Eglises, la FREE a proposé à ses Eglises membres de prendre les mesures suivantes en lien avec la propagation du coronavirus ou covid-19. Voici ce qui a été indiqué aux responsables des Eglises membres.

  • Partenariat avec la Ligue pour la lecture de la Bible

    Ven 12 avril 2019

    Le 6 avril 2019, lors de la Rencontre générale de la FREE, Philippe Thueler, Secrétaire général de la Fédération, a annoncé officiellement le partenariat entre la Ligue et la FREE pour la formation et le coaching des églises pour ce ministère.

  • Qui contacter en cas de soupçon d'abus sexuels sur les mineurs?

    Dim 03 mars 2019

    En complément à la nouvelle charte des moniteurs de l'enfance de la FREE, voici la liste des services et associations à contacter, selon les cantons, en cas de soupçon d'abus sur un mineur.

  • Lieux de culte : plutôt adaptés que neutres

    Mer 18 décembre 2019

    « Pour être missionnels, doit-on désacraliser nos lieux de culte ? » Tel était le thème de réflexion de l’après-midi, lors de la Rencontre générale de la FREE, le 23 novembre 2019 à Nyon. Cette réflexion a été introduite, le matin, par une méditation de Myriam Matthey, pasteure dans l’Eglise évangélique « La Fraternelle », à Nyon. Ensuite, durant l’après-midi, une table ronde a rassemblé Marc Gallay, pasteur dans l’Eglise évangélique de Lonay, François Kunz, architecte à Genève et Jacques André, pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny. Il ne sera, semble-t-il, pas nécessaire de « désacraliser » nos lieux de cultes et de les transformer en salles polyvalentes pour les rendre missionnels. Par contre, ils auront souvent besoin d’être adaptés.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !