Genève : Philippe Decourroux et le Dr Denis Mukwege lancent le Collectif I Respect Women

mardi 28 novembre 2017

Samedi dernier, un chanteur suisse et un médecin congolais de renommée internationale ont lancé un collectif qui invite à respecter les femmes. Au travers d’une soirée chargée en émotions, Philippe Decourroux et Denis Mukwege ont appelé à changer le monde des relations entre femmes et hommes. Notamment en signant une charte.

Le 25 novembre, à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard de femmes, le chanteur Philippe Decourroux et le médecin congolais Denis Mukwege ont lancé le Collectif I Respect Women. 500 personnes ont assisté à un concert-conférence dans le Centre Vie et foi d’Ambilly, près de Genève.

Comme un prophète de l’Ancien Testament

Adoptant une posture de prophète de l’Ancien Testament, Philippe Decouroux a ouvert la soirée avec une série de chants porteurs d’espérance face aux injustices sociales, mais aussi très engagés dans la dénonciation d’une indifférence lâche que l’on rencontre souvent dans notre société. En interprétant des chants comme « Il y a toujours quelqu’un » ou « Parce qu’on est là ensemble, parce qu’on ne veut pas se résigner », il a rappelé comment l’engagement chrétien représentait un moyen de changer nos réalités, de « changer le monde ». « Lorsque l’on parle des femmes victimes de violence, on ne se rend souvent pas compte de la destruction qu’elles ont vécue, a lancé celui qui dénonce la traite des êtres humains depuis une dizaine d’années. Ces violences laissent des marques indélébiles dans leur vie. »

Le chanteur jurassien a concédé que son combat pouvait paraître utopique, mais, à la suite des Martin Luther King ou Nelson Mandela, il souhaite travailler à un changement des mentalités, notamment au travers de la charte que plus de 200 personnes ont déjà signée et qui invite à incarner une exemplarité masculine à l’endroit des femmes. Philippe Decourroux a interprété en final de son introduction « A contre-courant », une chanson qui lançait à merveille le parrain de la soirée : le Dr Denis Mukwege.

« Se taire en RDC, c’est refuser son humanité ! »

« Ce soir, je suis en train de faire une séance de thérapie », a lancé le gynécologue-obstétricien congolais en ouverture de propos. Très ému à l’écoute des chansons de Philippe Decourroux, celui qui est surnommé « l’homme qui répare les femmes » a souligné que les personnes rassemblées dans le Centre Vie et foi étaient là « ensemble pour un monde plus juste, pour bannir les inégalités et pour faire la différence ».

Prenant appui sur le prophète Esaïe, Denis Mukwege a affirmé que pour l’amour de Dieu il ne se taira pas (Esaïe 62.1). « Se taire aujourd’hui en RDC, c’est refuser son humanité ! Beaucoup aimeraient que nous nous taisions devant les atrocités commises contre les femmes, mais nous ne nous tairons pas. Nous irons jusqu’au bout ! »

Interpellant directement le public présent, Denis Mukwege l’a invité à quitter son indifférence. « Des millions de personnes attendent votre voix, a-t-il lancé. Vous êtes ici pour dire non aux violences faites aux femmes, qu’elles se trouvent dans le Kivu, en France ou en Suisse, qu’elles soient noires ou blanches de peau, qu’elles soient riches ou qu’elles soient pauvres… »

Quitter les traditions misogynes

Le médecin-pasteur a ensuite invité les hommes à se mettre debout. « Parce que chacun est né d’une femme, parce qu’aujourd’hui on transforme le corps des femmes en champ de bataille, parce que les mères de l’humanité sont en danger ! » Denis Mukwege a ensuite encouragé les hommes à ne pas perpétuer les traditions misogynes de leur société, mais à les changer. « Les violences sexuelles sont des pratiques barbares, a-t-il encore souligné. Nous devons respecter les femmes parce qu’elles sont l’égal des hommes, parce que, tout comme les hommes, elles sont créées à l’image de Dieu. »

Dans un sursaut final, le médecin congolais a invité à « créer un monde où hommes et femmes vivent dans un équilibre positif. Les hommes doivent leur montrer du respect. »

Le chanteur Philippe Decourroux a repris le micro et terminé la soirée par une chanson qui clamait : « Un jour viendra où les livres seront ouverts. Un jour viendra où les ténèbres fuiront devant la lumière. Un jour viendra où les comptes seront réglés… Et moi je serai là, mais de quel côté ? »

Serge Carrel

Les interventions de Philippe Decourroux et du Dr Denis Mukwege seront bientôt diffusées sur la chaîne chrétienne Theotv.

Pour signer la pétition du Collectif I Respect Women.

Serge Carrel

Serge Carrel est au bénéfice d’une formation double: théologique et journalistique. Après dix ans de pastorat en France et en Suisse romande, il a travaillé huit ans comme journaliste aux émissions religieuses de la RTS. Aujourd’hui formateur d’adultes et journaliste en lien avec la Fédération romande d’Eglises évangéliques (FREE), il essaie de tirer le meilleur parti de ce double ancrage. Que ce soit dans le cadre du FREE COLLEGE, de lafree.ch, de Vivre ou de la fenêtre chrétienne de MaxTV.

Formation reçue

Master en théologie (UNIL, 1986)
Centre romand de formation des journalistes (RP, 1996)

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « Oui, la relève de l’Eglise passe par les femmes »

    Ven 16 septembre 2022

    Nel Berner, 52 ans, est dans la dernière ligne droite de ses études en théologie à la HET-PRO. Pour elle, la Bible est favorable au ministère féminin. Et les communautés doivent reconnaître avoir besoin tant d’hommes que de femmes à leur tête.

  • Prostitution à Zurich : l’Eglise en première ligne

    Mar 23 août 2022

    Entre 3'000 et 5'000 personnes se prostituent dans des conditions indignes à Zurich, où une passe oscille entre 20 et 50 francs. En cause : la pauvreté aggravée par la pandémie, épinglent Sœur Ariane et le prêtre Karl Wolf, qui leur apportent quotidiennement nourriture et chaleur humaine. Un reportage diffusé dimanche 28 août dans Hautes Fréquences, sur RTS La Première.

  • « Auras-tu été toi ? »

    Lun 20 juin 2022

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

  • Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Ven 20 mai 2022

    Anaël Bussy vient de démarrer comme ébéniste indépendant à Chevilly, près de La Sarraz. Parmi ses premières réalisations, des plateaux en bois, destinés à la distribution de la Sainte-Cène.

eglisesfree.ch

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !