×

Message

Failed loading XML...

Le sociologue Frédéric de Coninck sera le premier invité de la nouvelle FSE 2

vendredi 04 novembre 2005
La Formation au service dans l’Eglise relance ses activités. Le 3 décembre, elle propose une journée de formation (formule 2) avec Frédéric de Coninck à tous ceux qui sont intéressés par une réflexion sur la manière dont les évangéliques sont présents dans le monde d’aujourd’hui. Ce sociologue enseigne à l’Ecole nationale des Ponts et Chaussées en région parisienne. Il a publié de nombreux ouvrages de réflexion biblique et sociologique. Frédéric de Coninck est membre d’une Eglise mennonite.

« Agir comme en exil », c’est le titre de la prochaine rencontre de la Formation au service dans l’Eglise. Cette journée de réflexion accueillera le sociologue français Frédéric de Coninck pour une formation sur notre manière d’agir dans la société aujourd’hui.
Voilà 4 ans, Frédéric de Coninck publiait un ouvrage, « Nous sommes tous des exilés ! », qui pose les fondements de sa réflexion actuelle sur la manière dont les chrétiens peuvent être présents dans la société.

La royauté en Israël n’est pas l’unique référence
Cet ouvrage compte parmi les petits livres qui ne paient pas de mine – il ne fait que 125 pages ! – mais qui, une fois parcourus, remplissent de satisfaction. D’abord parce qu’il offre une étude d’un livre biblique, celui d’Ezéchiel, qui « booste » la réflexion. Le biblique peut être tout à fait passionnant ! D’autre part parce que ce petit ouvrage renouvelle la manière dont les évangéliques se pensent dans la société comme dans la politique.
Souvent ces dernières années en Suisse, les évangéliques ont pensé l’Etat helvétique comme chrétien. Doté d’un préambule à la Constitution fédérale invoquant le Dieu tout-puissant, porteur de valeurs inspirées d’une histoire marquée par un certain christianisme, cet Etat ne pouvait que ressembler à la royauté en Israël. D’où parfois des discours très nostalgiques ou alors des velléités d’imposer à tous des principes éthiques chrétiens.
En méditant le livre d’Ezéchiel, Frédéric de Coninck montre que le Dieu d’Israël s’est donné à voir dans toutes sortes de circonstances socio-politiques. De l’Etat, quasi théocratique, sous des David ou Salomon, à l’exil à Babylone, dans un contexte ultraminoritaire pour les juifs d’alors.
Cette entrée en minorité pour Ezéchiel, ce fils de prêtre du Temple de Jérusalem, ne s’est pas faite sans difficultés. A Babylone, la capitale de l’Empire babylonien, notre homme est un « nobody » de première catégorie. A Jérusalem, comme fils de prêtre, il avait une trajectoire de vie toute tracée, un statut social qui faisait de lui un notable de la cité, des rentrées pécuniaires assurées au vu du statut qui était le sien... A Babylone, c’est la chute dans l’anonymat le plus complet.

Un show à l’hollywoodienne
Pour sortir cet homme de son marasme, Dieu doit utiliser les grands moyens. Un show à l’hollywoodienne où il se montre au milieu de roues et d’être ailés à vous couper tant le souffle que la capacité de description. Ce sera la thérapie d’un Dieu qui fait exploser le cadre de référence qu’Ezéchiel avait appliqué sur lui. « Tu es mon Dieu à Jérusalem. Ailleurs, je ne sais pas trop qui tu es... » Cette thérapie conduira Ezéchiel du statut d’exilé prostré dans son désarroi, à celui de communicateur de la Parole de Dieu, puis à celui de prophète sentinelle qui donne le goût de la reconstruction à un peuple en panne d’espérance. Historiquement, la reconstruction du Temple ne viendra pas des personnes restées à Jérusalem, mais bien des exilés qui auront appris à « muscler » leurs convictions fondamentales, en se frottant au panthéon babylonien avec ses Marduk, ses Shamash et ses Ishtar...
Dans « Nous sommes tous des exilés ! », Frédéric de Coninck plaide pour que les chrétiens quittent une certaine nostalgie de l’Etat chrétien et découvrent la saveur de pouvoir vivre pleinement le statut d’exilés minoritaires. « Il est certain que l’exil favorise un affaiblissement de la religion rituelle. En exil, Ezéchiel, aussi préoccupé par le Temple qu’il puisse être, arrive, malgré tout, à une annonce de ce que les auteurs du Nouveau Testament affirmeront avec force : en tout lieu Dieu habite au coeur de ceux qui l’accueillent, pour les renouveler et les faire marcher en nouveauté de vie » (p.120).

Une journée à ne pas manquer!
Le 3 décembre, Frédéric de Coninck partira de ces convictions développées dans son propos sur Ezéchiel. Il nous fera également part de ses recherches sur la manière dont les chrétiens dans l’histoire ont lié leur réflexion à leur action, puis il proposera des contributions sur la manière d’agir avec le Père, à la suite du Fils et sous l’impulsion de l’Esprit. Ce travail de réflexion très ample devrait déboucher sur la publication en 2006 d’un livre intitulé : « Agir, travailler, militer. Une théologie de l’action ».
Serge Carrel

Frédéric de Coninck, Nous sommes tous des exilés !, Paris, Empreinte, 2001, 125 p.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • Sélina Imhoff : « Prends soin de ta vie et marche ! »

    Lun 25 janvier 2021

    Dimanche 24 janvier, la pasteure Sélina Imhoff a apporté la prédication du culte radiodiffusé sur RTS Espace 2 depuis l’église évangélique FREE de Meyrin. A partir des textes de Marc 5 : 22-43, elle a voulu communiquer qu’à l’heure où la pandémie isole les plus vulnérables, « il n’est jamais trop tard pour que la vie de chacun prenne un sens nouveau ». Voici le texte de sa prédication :

  • Karin et Eric Stauffer : à plein temps au service des couples en difficulté

    Ven 15 janvier 2021

    Loin de songer à la retraite, Karin et Eric Stauffer quittent leur ministère pastoral dans l’Eglise évangélique des Uttins (FREE), à Yverdon-les-Bains, et se lancent à plein temps dans « Couple à cœur », un ministère d’accompagnement de couples chrétiens en difficulté.

  • Deux cultes radiodiffusés depuis l’Eglise FREE de Meyrin : « Une joie ! »

    Jeu 14 janvier 2021

    Les dimanches 24 et 31 janvier, les pasteurs Sélina Imhoff et Philippe Henchoz présideront « avec joie » les cultes qui seront radiodiffusés sur RTS Espace 2 depuis l’Eglise évangélique FREE de Meyrin (GE). Les thématiques de leur prédication s’inscrivent dans une veine d’encouragement en ce temps de pandémie.

  • Le Christ s’est arrêté au Mormont

    Ven 18 décembre 2020

    La première « zone à défendre » (ZAD) de Suisse occupe la colline du Mormont, sur les communes vaudoises de La Sarraz et d’Eclépens, pour empêcher l’entreprise de ciment Holcim de s’étendre. Luc Badoux, pasteur du lieu, est allé à la rencontre des militants comme aussi la diacre Lyne Gasser. Un Noël chrétien au Mormont ? Reportage diffusé le 20 décembre 2020 sur RTS La Première.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !