«Les prises de position du Mouvement de Lausanne et la crise écologique», une chronique StopPauvreté/Radio R de Serge Carrel

Serge Carrel lundi 16 mars 2020

Comment la crise écologique est-elle appréhendée dans les grandes déclarations du Mouvement de Lausanne ? Entre les années 1970 et 2010, trois grands congrès internationaux rassemblant des responsables évangéliques de toute la planète ont publié, sous l’égide du Mouvement de Lausanne, des déclarations qui font office de « balises ». Examen de ces textes sous l’angle de la crise écologique. Chronique Radio R/StopPauvreté signée Serge Carrel, à découvrir en audio ou par écrit !

Depuis les années 70, le mouvement évangélique au sens large dit sa foi… et bien entendu sa perception de la crise écologique en lien avec les congrès du Mouvement de Lausanne. La Déclaration de Lausanne en 1974, le Manifeste de Manille en 1989, l’Engagement du Cap en 2010… autant de prises de position de référence issues de grands congrès évangéliques internationaux.

Une sensibilité qui grandit progressivement

En 1974, ces évangéliques sont rassemblés à Lausanne en Suisse par l’évangéliste américain Billy Graham. Et sous la conduite du théologien anglican John Stott, ils publient la Déclaration de Lausanne sur l’évangélisation du monde et la manière d’être témoin du Christ (1). Dans cette déclaration, rien à proprement parler sur la question écologique.

En 1989, le Mouvement de Lausanne rassemble des évangéliques du monde entier à Manille aux Philippines. A l’issue de ce congrès, le Manifeste de Manille est publié et il s’intitule « Proclamer le Christ jusqu’à ce qu’il vienne ». On perçoit l’orientation du Mouvement de Lausanne à rassembler les évangéliques autour de ce qui est le cœur de leur mission : l’annonce de l’Evangile à tout être humain… Et dans ce document, la thématique écologique apparaît à quelques reprises (2)… Mais il faut reconnaître que c’est un peu entre les lignes qu’elle se laisse entrevoir…

Le tournant de « L’Engagement du Cap »

Le troisième document rassembleur est « L’Engagement du Cap », un document adopté en 2010 à Cape Town en Afrique du Sud. Il est le fruit du travail préparatoire de Christopher Wright, un spécialiste britannique de la réflexion éthique dans l’Ancien Testament. Ce document comprend deux parties. Tout d’abord une confession de foi, puis un appel à l’action… aussi dans le domaine écologique (3). Et ce qui est intéressant, c’est que deux ans plus tard, 57 théologiens, scientifiques et personnes de terrain se sont retrouvés en Jamaïque pour approfondir la question et publier : « Evangile et protection de l’environnement. Appel à l’action » (4).

Dans la structure de ce dernier document, on retrouve les deux dimensions de confession de foi et d’appel à l’action de « L’Engagement du Cap ». Deux convictions marquent la confession de foi. Tout d’abord l’affirmation que « la protection de l’environnement est un aspect de l’Evangile qui entre dans le cadre de la seigneurie du Christ ». Ensuite l’affirmation que la crise écologique est « une crise pressante qui doit être résolue de toute urgence par notre génération ».

Une action radicale pour faire front au changement climatique

Il y a aussi un appel à l’action en dix points. Cette déclaration « Evangile et protection de l’environnement » invite notamment à l’adoption d’un style de vie simple, à une action radicale pour faire front au changement climatique, à produire de la nourriture de manière durable, et à développer une économie en harmonie avec la création de Dieu.

Pour les signataires de ce document, notamment Dave Bookless, le directeur théologique d’A Rocha International, et Frédéric Baudin, pasteur et membre fondateur d’A Rocha France, il s’agit de faire de l’engagement écologique un véritable « combat spirituel » – c’est leurs termes ! Ce combat doit passer par une repentance par rapport à notre négligence à prendre soin de la création et par une intercession pour que Dieu apporte la guérison à notre terre… en ne restant pas les mains dans les poches, bien entendu !

Serge Carrel

Notes
1 La Déclaration de Lausanne (1974). Les déclarations principales du Mouvement de Lausanne sont disponibles dans un livre : Jean-Paul Rempp (dir.), Evangéliser, témoigner, s’engager. Les documents de référence du Mouvement de Lausanne, Charols, Excelsis, 2017, 304 p.
3 Mouvement de Lausanne, L’Engagement du Cap. Une confession de foi et un appel à l’action, Marpent, BLF, 2011, 112 p. Voir dans la confession de foi : « Nous aimons le monde de la création de Dieu » (I, 7, A, p. 33-34) et dans l’appel à l’action : « La paix du Christ pour sa création souffrante » (II, B, 5, pp. 62-63). Voir aussi la version web.
4 Consultation internationale du Mouvement de Lausanne : « ‘Évangile et Protection de l’environnement’. Appel à l’action ».

Laissez une réaction

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

  8 avril

  • «Il m'a donné un nom» avec Christine Gallay (CMI)
  • «Les projets de l'Eternel» avec Emmanuel Ziehli (Vitamine B)
15 avril
  • «Apprendre de la création» avec Dave Bookless (Intelligence de la foi)
  • «Yeshua» avec Chuch for the Nations (Music Zone)

myfreelife.ch

  • Mettre la crise en crise

    Mar 31 mars 2020

    En cette période de confinement, la vie de foi est une ressource qui nous pousse à ne pas nous enfermer « dans le bunker de la peur et de la protection ». C’est notamment ce qu’a dit Panteleimon Giannakopoulos, professeur de psychiatrie à l’Université de Genève qui répondait aux questions de Gabrielle Desarzens dans l’émission Babel du 22 mars dernier.

  • «Chronique de la salle de bain #8» : «En chacun de nous sommeillent deux loups...» (Marie Ray)

    Jeu 26 mars 2020

    Un indien raconte à son petit-fils une parabole sur le coeur de l'homme: il y aurait en celui-ci deux loups... un bon et un mauvais. Lequel va gagner? C'est la réflexion que nous propose Marie Ray à l’occasion de sa huitième « Chronique de la salle de bain ». Un clip à découvrir.

  • Coronavirus : la fragilité des personnes en souffrance psychique mise à l’épreuve

    Jeu 26 mars 2020

    Les moments de partage se sont multipliés à La Maison Béthel, qui accueille des adultes en fragilité psychique passagère ou chronique. « La parole soulage. Et notre population doit pouvoir dire. Et se dire », résume jeudi 26 mars Claude-Alain Nuti, l’un de ses deux aumôniers.

  • « Ma femme va mieux. Nous avons gardé confiance en Dieu »

    Ven 20 mars 2020

    Diagnostiquée positive au coronavirus il y a deux semaines, Liliane Meylan est au CHUV « et va un peu mieux depuis deux jours », confie vendredi 20 mars à Lausanne son mari Jean-Jacques. Asthmatique et atteinte par trois fois de tuberculose pulmonaire au cours de sa vie, sa remise sur pied n’était pas gagnée !

eglisesfree.ch

  • Coronavirus : les mesures à prendre proposées par la FREE et l'OFSP

    Ven 06 mars 2020

    Comme plusieurs unions ou fédérations d’Eglises, la FREE a proposé à ses Eglises membres de prendre les mesures suivantes en lien avec la propagation du coronavirus ou covid-19. Voici ce qui a été indiqué aux responsables des Eglises membres.

  • Partenariat avec la Ligue pour la lecture de la Bible

    Ven 12 avril 2019

    Le 6 avril 2019, lors de la Rencontre générale de la FREE, Philippe Thueler, Secrétaire général de la Fédération, a annoncé officiellement le partenariat entre la Ligue et la FREE pour la formation et le coaching des églises pour ce ministère.

  • Qui contacter en cas de soupçon d'abus sexuels sur les mineurs?

    Dim 03 mars 2019

    En complément à la nouvelle charte des moniteurs de l'enfance de la FREE, voici la liste des services et associations à contacter, selon les cantons, en cas de soupçon d'abus sur un mineur.

  • Lieux de culte : plutôt adaptés que neutres

    Mer 18 décembre 2019

    « Pour être missionnels, doit-on désacraliser nos lieux de culte ? » Tel était le thème de réflexion de l’après-midi, lors de la Rencontre générale de la FREE, le 23 novembre 2019 à Nyon. Cette réflexion a été introduite, le matin, par une méditation de Myriam Matthey, pasteure dans l’Eglise évangélique « La Fraternelle », à Nyon. Ensuite, durant l’après-midi, une table ronde a rassemblé Marc Gallay, pasteur dans l’Eglise évangélique de Lonay, François Kunz, architecte à Genève et Jacques André, pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny. Il ne sera, semble-t-il, pas nécessaire de « désacraliser » nos lieux de cultes et de les transformer en salles polyvalentes pour les rendre missionnels. Par contre, ils auront souvent besoin d’être adaptés.

Blogs évangéliques

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !