×

Message

Failed loading XML...

Népal : Marianne Brocqueville va bien. Elle se remet d’un choc émotionnel fort

vendredi 01 mai 2015

Le tremblement de terre qui a frappé la région de Katmandu au Népal à fait selon les derniers chiffres publiés plus de 5'000 victimes. Une membre d’une Eglise de la FREE vit dans ce pays depuis plusieurs années. Marianne Brocqueville est en bonne santé, mais très choquée émotionnellement, vu que ce n’est pas le premier tremblement de terre qu’elle traverse.

« J’ai bien dormi cette nuit et j’essaie de répondre à mes nombreux emails ! » Il est 13h ce mercredi dans l’Hôpital de Tansen au Népal, à 120 km au sud-ouest de la ville de Pokhara. Marianne Brocqueville, une envoyée du Service de missions et d’entraide (SME), le département humanitaire et développement de la FREE, répond via Skype. « Emotionnellement, le tremblement de terre de samedi dernier a été très dur à supporter. Cela m’a rappelé celui de Sichuan en Chine le 12 mai 2008, qui avait fait près de 80'000 morts. L’intensité des secousses était comparable… Je n’ai pu m’empêcher de partir en larmes et de sentir tout mon corps se crisper et mettre du temps à revenir à la normale. »

A Pokhara pour une conférence

Samedi dernier Marianne Brocqueville participait à une conférence à Pokhara dans un hôtel récemment construit. Dès les premières secousses, tous les participants se sont précipités dans le jardin de l’hôtel et n’ont assisté qu’à la chute de quelques tuiles. Dans cette région du centre du Népal, les dégâts semblent peu importants. « A Pokhara, je n’ai pas vu d’immeubles complètement démolis », relate cette laborantine qui développe un projet soutenu par la DDC, la Coopération suisse.

A l’Hôpital de Tansen, quelques victimes du tremblement de terre ont été accueillies, mais il n’y a pas l’affluence que connaissent les hôpitaux de Katmandu. Deux médecins de Tansen, sont partis dans la région de l’épicentre du séisme pour secourir les blessés et mesurer l’étendue des dégâts. Les nouvelles qu’ils ont fait parvenir à l’hôpital relèvent les énormes dégâts causés aux habitations, mais le peu de blessés rencontrés. « C’est que le tremblement de terre est intervenu peu avant midi, souligne Marianne Brocqueville, alors que la plupart des gens se trouvaient dans les champs. Imaginez si le tremblement de terre était intervenu au milieu de la nuit ! » lâche-t-elle. En fait, on ne connaîtra effectivement l’étendue des dégâts, y compris humains, que dans plusieurs jours voire plusieurs semaines.

Pas besoin de personnel médical supplémentaire

Marianne Brocqueville a reçu plusieurs courriels d’infirmiers ou d’infirmières qui proposaient leurs services. Elle décline ces propositions, soulignant qu’il y a déjà au Népal de nombreuses personnes compétentes dans le domaine médical. De retour à Tansen depuis lundi, Marianne constate que son quotidien ne subit pas de changements majeurs à cause du tremblement de terre. « Il faut continuer le travail, explique-t-elle. Les étudiants sont toujours là, il faut les enseigner, comme d’habitude… Mais avec une irritabilité plus grande dans l’air, à cause de la pression que le tremblement de terre et les nouvelles secousses induisent sur chacun. Nous avons besoin de patience… et de prière ! » souligne cette femme dans la cinquantaine, dont les émotions sont souvent à fleur de peau.

A l’Hôpital de Tansen depuis 2013

Marianne Brocqueville est impliquée dans le laboratoire d’analyses de l’Hôpital de Tansen depuis 2013. Avec le soutien de la DDC, elle y a développé un label de qualité et ouvert une école de laborantins (1) qui vient de recevoir, après plusieurs mois d’attente, l’autorisation officielle du gouvernement d’accueillir des étudiants. Marianne Brocqueville vit depuis plus de vingt ans entre le Népal, la Chine et le Tibet, où elle réalise des projets de développement.

Serge Carrel

Note
1 Voir l’article de Claude-Alain Baehler : « Népal : une école de laborantins pour l’Hôpital de Tansen ».

  • Encadré 1:

    Le SME ouvre un compte « Urgence Népal »

    Les deux missions avec lesquelles Marianne Broqueville est en relation développent actuellement des projets d’aide d’urgence et d’aide à la reconstruction. Tous les dons sont bienvenus.

    Le Service de missions et d’entraide de la FREE transmettra les dons reçus intégralement à ces deux missions : United Mission to Nepal (UMN) et International Nepal Fellowship (INF).

    Les coordonnées du compte : 
    SME, 1162 Saint-Prex, CCP 12-1401-1, mention : Urgence Népal.

Serge Carrel

Serge Carrel est au bénéfice d’une formation double: théologique et journalistique. Après dix ans de pastorat en France et en Suisse romande, il a travaillé huit ans comme journaliste aux émissions religieuses de la RTS. Aujourd’hui formateur d’adultes et journaliste en lien avec la Fédération romande d’Eglises évangéliques (FREE), il essaie de tirer le meilleur parti de ce double ancrage. Que ce soit dans le cadre du FREE COLLEGE, de lafree.ch, de Vivre ou de la fenêtre chrétienne de MaxTV.

Formation reçue

Master en théologie (UNIL, 1986)
Centre romand de formation des journalistes (RP, 1996)

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

  • Un·e responsable des finances (10%)

    Lun 29 janvier 2024

    Plus grande fédération d’Eglises évangéliques en Suisse romande, la FREE offre un cadre de travail dynamique et défiant, en lien étroit avec les autres acteurs du milieu chrétien évangélique romand, suisse et international. Dans ce cadre, la FREE recherche un·e responsable des finances.

  • Rencontre générale : une fédération utile

    Mer 29 novembre 2023

    La Rencontre générale du 25 novembre 2023 a permis de remercier Stéphane Bossel pour 23 ans d’engagements divers et importants dans la FREE. Elle a aussi permis à l’équipe de direction de partager quelques priorités, notamment le sens, les valeurs et la plus-value que la FREE peut offrir aux Eglises.

  • Rencontre générale de la FREE : l’équipe de direction souffle sa première bougie

    Sam 08 avril 2023

    La Rencontre générale de la FREE, qui a eu lieu le 1er avril 2023 à Aigle, a permis à la nouvelle équipe de direction de dresser un bilan, après tout juste une année de fonctionnement. Et ce qui saute aux yeux, c’est le grand nombre des défis à relever.

  • FREE : une première « Journée stratégique »

    Ven 03 février 2023

    Les personnes qui exercent un rôle dans la FREE se sont réunies en janvier pour réfléchir à la mise en œuvre de la nouvelle « gouvernance à autorité distribuée » (1). Retour sur une « Journée stratégique » conviviale et studieuse.

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !