×

Message

Failed loading XML...

"Jésus revient ! Et alors ?" par Claude-Alain Baehler

lundi 31 août 2015

Claude Ignerski prédit l'enlèvement « secret » de l’Eglise en septembre. Même si son discours était sérieux, cela devrait-il changer quelque chose à notre manière de vivre ?

Si tout se passe comme Claude Ignerski (1) le prédit, l'enlèvement « secret » de l’Eglise est pour ce mois de septembre. Cet adepte du prémillénarisme dispensationnaliste prétribulationniste, une construction intellectuelle censée décrire la fin des temps selon la Bible, explique que des signes et des révélations divines ne laissent aucun doute à ce sujet (2).

Nous avons été habitués à des fins du monde successives, annoncées par le couturier Paco Rabanne, par des interprètes brillants du calendrier Maya et par d'autres encore. Mais, dans ce domaine, les chrétiens ne sont pas en reste (3).

Des croyants imaginatifs

Au XIXe siècle, par exemple, le prédicateur baptiste étasunien William Miller a annoncé le retour de Jésus-Christ pour 1843, puis 1844. Après un moment de déception, ses nombreux adeptes sont retournés dans leurs Eglises d'origine. Mais quelques-uns ont découvert que Jésus était quand même venu ce jour-là – spirituellement ! D'autres ont rebondi en disant que Miller ne s'était pas trompé de date, mais d'événement : Dieu avait commencé son œuvre de jugement, déterminant le compte des sauvés. C'est sur cette base que le mouvement adventiste a démarré. Il a été soutenu, entre autres, par les quelque 2000 visions extatiques d'Ellen White.

De leur côté, les Témoins de Jéhovah ont prévu le retour de Jésus-Christ en 1874, puis en 1914. Ils ont également prédit la grande tribulation pour 1914, 1915, 1918, 1920, 1925… avant de finalement renoncer à se prononcer.

Dieu au banc des accusés

Mais l'un des plus beaux tours de passe-passe en matière de retour du Christ revient à l’Eglise néo-apostolique (4). En 1951, Johann-Gottfried Bischoff, troisième apôtre-patriarche de cette organisation, a commencé d'enseigner que Jésus-Christ reviendrait sur terre de son vivant. Mais il est mort le 6 juillet 1960 à Karlsruhe.

Le lendemain de son décès, les responsables de l’Eglise néo-apostolique ont publié une lettre destinée aux communautés. L'un des paragraphes était surprenant : « Nous avons tous cru et espéré avec une pleine conviction que le Seigneur, selon la promesse faite à l’apôtre-patriarche, enlèverait les siens encore du vivant de ce dernier. Telle était également la foi inébranlable de l’apôtre-patriarche, de laquelle il a témoigné à son entourage jusqu’à sa dernière heure ici-bas. Lui-même, nous, ainsi que tous les frères et sœurs en fidèle communion avec lui, n’avons jamais douté que le Seigneur tiendrait, en temps voulu, la promesse qu’il lui avait faite. C’est pourquoi, nous nous trouvons devant la décision insondable de notre Dieu et nous nous demandons pourquoi il a modifié sa volonté. »

Incapables d'admettre qu'ils ont fait des prévisions fondées sur du vent, les prophètes de la fin s'ingénient à recalculer, réinterpréter ou, carrément, traiter Dieu de menteur. Gageons que Claude Ignerski trouvera comme les autres une explication adaptée.

Bienheureuse ignorance

Lorsque le Christ nous parle de son retour, il précise : « Quant au jour et à l'heure où cela se produira, personne ne les connaît, ni les anges du ciel, ni même le Fils; personne, sauf le Père, et lui seul » (Mt 24.36). Puis il recommande : « Tenez-vous donc en éveil, puisque vous ignorez quel jour votre Seigneur viendra » (Mt 24.42). Idéalement donc, un chrétien ne devrait rien avoir à changer dans sa manière de vivre, en prévision du retour de Jésus-Christ. S'il n'en était pas ainsi, c'est que quelques problèmes spirituels restent à régler.

[Notes]

(1) Claude Ignerski est l’auteur de Révélations de la fin des temps. Septembre 2015. 7 preuves irréfutables de la date de l’enlèvement de l’Eglise. Il tient également un site internet.

(2) Voir l'éditorial de Serge Carrel sur lafree.ch : « L’enlèvement de l’Eglise, c’est pour septembre prochain et l’Antichrist s’appelle ‘Prince William’ ! »

3 Voir l’article détaillé de Jean-Jacques Meylan « Le Seigneur revient bientôt : une mise au point ! ».

4 L'Eglise néo-apostolique n'a rien en commun avec les Eglises apostoliques.

Opinion - avertissement

Les signataires de ces textes sont soit des membres de l’équipe de rédaction de lafree.ch soit des personnes invitées.
Chacun s’exprime à titre personnel et n’engage pas la FREE.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • Sélina Imhoff : « Prends soin de ta vie et marche ! »

    Lun 25 janvier 2021

    Dimanche 24 janvier, la pasteure Sélina Imhoff a apporté la prédication du culte radiodiffusé sur RTS Espace 2 depuis l’église évangélique FREE de Meyrin. A partir des textes de Marc 5 : 22-43, elle a voulu communiquer qu’à l’heure où la pandémie isole les plus vulnérables, « il n’est jamais trop tard pour que la vie de chacun prenne un sens nouveau ». Voici le texte de sa prédication :

  • Karin et Eric Stauffer : à plein temps au service des couples en difficulté

    Ven 15 janvier 2021

    Loin de songer à la retraite, Karin et Eric Stauffer quittent leur ministère pastoral dans l’Eglise évangélique des Uttins (FREE), à Yverdon-les-Bains, et se lancent à plein temps dans « Couple à cœur », un ministère d’accompagnement de couples chrétiens en difficulté.

  • Deux cultes radiodiffusés depuis l’Eglise FREE de Meyrin : « Une joie ! »

    Jeu 14 janvier 2021

    Les dimanches 24 et 31 janvier, les pasteurs Sélina Imhoff et Philippe Henchoz présideront « avec joie » les cultes qui seront radiodiffusés sur RTS Espace 2 depuis l’Eglise évangélique FREE de Meyrin (GE). Les thématiques de leur prédication s’inscrivent dans une veine d’encouragement en ce temps de pandémie.

  • Le Christ s’est arrêté au Mormont

    Ven 18 décembre 2020

    La première « zone à défendre » (ZAD) de Suisse occupe la colline du Mormont, sur les communes vaudoises de La Sarraz et d’Eclépens, pour empêcher l’entreprise de ciment Holcim de s’étendre. Luc Badoux, pasteur du lieu, est allé à la rencontre des militants comme aussi la diacre Lyne Gasser. Un Noël chrétien au Mormont ? Reportage diffusé le 20 décembre 2020 sur RTS La Première.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !