Reconnaissance d’intérêt public (Vaud) : et s’il fallait en être pour mieux débattre des relations Eglises-Etat?

Serge Carrel vendredi 08 décembre 2017

A l’heure où les responsables de la Fédération évangélique vaudoise (FEV) rencontrent les Eglises qui hésitent à signer la Déclaration liminaire en vue de la reconnaissance d’intérêt public, Serge Carrel s’interroge si, tout compte fait, il ne vaudrait pas mieux être au bénéfice de cette reconnaissance pour défendre une certaine idée de la séparation du religieux et de l’Etat dans le canton de Vaud.

Certaines Eglises évangéliques vaudoises émettent des réserves pour signer la Déclaration liminaire qui ouvre le processus de reconnaissance d’intérêt public des évangéliques. Notamment parce qu’elles craignent une intrusion trop marquée de l’Etat dans la vie des Eglises.

Une situation qui se précarise

Face à la question des relations Eglises-Etat qui devrait se reposer bientôt pour l’ensemble des Eglises, n’est-il pas indispensable – paradoxalement ! – d’avoir une relation établie avec l’Etat pour participer de manière pleine et entière à ce débat ? La conseillère d’Etat Béatrice Métraux le relevait lors de ses conférences « Reconnaissance des communautés religieuses : état de la situation » en mars dernier : moins de 60% de la population vaudoise déclare faire partie de l’une des deux Eglises reconnues de droit public, la réformée ou la catholique romaine. Un brin alarmiste à l’endroit des représentants de ces deux Eglises, la conseillère d’Etat soulignait une certaine précarité de leur situation au vu du soutien populaire décroissant dont elles bénéficient.

Défendre un modèle de séparation

Le moment venu, si les évangéliques sont reconnus d’intérêt public, ils pourront participer de plain-pied à ce débat et défendre un certain modèle de relations Eglises-Etat et de laïcité ouverte, dont ils sont porteurs depuis le Réveil de Genève au début du XIXe siècle. Notamment au travers de « réveillés » comme le Vaudois Alexandre Vinet qui, dès les années 20 du XIXe, plaidait pour la liberté de conscience et la séparation de l’Eglise et de l’Etat.

Concrètement, les évangéliques pourraient alors promouvoir une « séparation collaborante », notamment au travers de la mise en place d’aumôneries confessionnelles et non laïques, notamment au travers de la construction d’un dialogue interreligieux promouvant la paix entre communautés.

Directement concernés par ce débat, les évangéliques seraient certainement plus efficaces en étant au bénéfice de la reconnaissance d’intérêt public. Ne le pensez-vous pas ?

Serge Carrel
Responsable du site évangélique d’information lafree.info
Publicité
FREE COLLEGE - Christ

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

16 janvier

  • «L'islam conquérant» avec Shafique Keshavjee (Ciel ! Mon info)
  • «Jessica Dorsey» dans Tchat avec Nath

23 janvier

  • «Shafique Keshavjee: les conditions du dialogue interreligieux aujourd'hui» (Ciel ! Mon info)
  • «Dépasser l'infidélité» avec Christian Reichel (Mieux vivre à deux)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • La boxe percute à l’église !

    Lun 14 janvier 2019

    Des jeunes boxent chaque semaine dans les locaux d’une église évangélique de la FREE. Une façon de faire venir ou revenir les moins de 20 ans à l’église ! Stéphane Hofer, l’instigateur de la formule Box Up Crime Switzerland, espère que l’activité fasse boule de neige. Reportage sur place.

  • L’aumônerie fait sa mue

    Lun 31 décembre 2018

    Que ce soit à l’hôpital, à l’armée ou auprès des jeunes, l’aumônerie est actuellement un chantier ouvert qui veut se professionnaliser et s’éloigner des églises. « Je ne sais pas où cela va nous conduire », réagit lundi 31 décembre Olivier Cretegny, ancien aumônier et président de la FEV (Fédération évangélique vaudoise). Non sans ajouter qu’une Journée de réflexion à l’adresse de tous les aumôniers évangéliques romands est agendée le 30 avril.

  • « Noël donne du sens aux circonstances de nos vies ! »

    Jeu 20 décembre 2018

    Trois personnes différentes, trois époques différentes, trois circonstances différentes. Et pourtant, c’est la même question qui surgit dans les cœurs. Cette question  touche au sens de Noël ; et quand on touche au sens de Noël, on touche au sens de nos vies. Bonne lecture du conte de Gilles Geiser, pasteur à l’église évangélique de Châble-Croix (FREE) d’Aigle !

  • « La véritable histoire de Noël »

    Jeu 20 décembre 2018

    Le début de l’hiver, c’est le début des veillées autour du feu. On s’est longtemps rassemblé au même endroit pour économiser l’huile et le bois, un moment propice pour se raconter des histoires. Philippe Henchoz, pasteur de l’église évangélique de Meyrin (FREE) vous propose ce conte pour votre veillée de Noël.

eglisesfree.ch

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !