«Sociétés anonymes et bien commun» par Jean-René Moret (1)

Jean-René Moret vendredi 19 juin 2020

L’Évangile de Jésus-Christ a quelque chose à dire dans toutes les sphères de la société. Jean-René Moret, pasteur FREE et théologien, en est convaincu. Il le montre en suggérant aux poltiques une réforme du droit des sociétés afin que nos entreprises et nos emplois ne soient pas victimes de prédateurs financiers peu scrupuleux. Une prise de position à découvrir !

À l’heure où j’écris, on entend diverses protestations choquées par rapport aux entreprises qui ont bénéficié de mesures de chômage partiel, et qui versent des dividendes parfois considérables à leurs actionnaires. Et il y a de quoi s’insurger ! L’État, donc la collectivité, met à disposition des sommes importantes pour élargir cette mesure destinée à protéger l’emploi – à ce que les entreprises ne se trouvent pas forcées de licencier leurs employés dans une période de creux temporaire – et les mêmes entreprises versent des participations au bénéfice à leurs actionnaires. Une entreprise qui peut verser des dividendes n’est a priori pas en pénurie de liquidité, et ne risque pas sa survie en conservant ses employés. De là à conclure que ces entreprises donnent à leurs actionnaires l’argent qui devrait leur permettre de garder leurs employés, il n’y a qu’un pas, légitimement franchi.

Tout aux mains du capital

Cependant, tout en s’indignant de cela, il faut comprendre que, dans notre système et notre situation, les entreprises qui versent ces dividendes jouent peut-être tout autant leur survie que si la faillite menaçait. En effet, les entreprises cotées en bourse, qui ne distribuent pas un bénéfice satisfaisant au goût des marchés, risquent fort de voir les cours de leurs actions s’effondrer, ce qui les expose à être rachetées et vendues en pièces détachées. En effet, du moment que la valeur boursière d’une entreprise est notablement moindre que ses actifs, un prédateur peut s’en emparer en achetant une majorité des actions. Il est alors libre de disposer de ses destinées, fût-ce en la dépeçant et en laissant ses employés sur le carreau. Tout cela est la conséquence ultime de notre système capitaliste, où de toutes les parties prenantes à une entreprise, seul celui qui a fourni – ou plutôt possède – le capital a le dernier mot.

D’abord utiles au bien commun !

Il faut alors réfléchir à la question du rôle des entreprises. Le système de la société anonyme répond nettement : « Faire de l’argent pour les propriétaires/investisseurs ». Mais en considérant plus largement l’utilité sociale des entreprises, je dirais plutôt qu’elles servent à ce que les travailleurs puissent mettre leur temps, leurs forces et leurs compétences à profit en produisant des biens et des services utiles à la population, et en en tirant une rémunération équitable. Si cette vue me semble de bon sens, je l’ancre également dans la perspective chrétienne d’un être humain créé à l’image de Dieu, créatif et doté de capacités qui doivent servir au bien commun.

Il est certes légitime que ceux qui fournissent le capital reçoivent aussi un retour sur leur investissement, et que l‘entrepreneur qui a pris les risques et les initiatives ait un statut différent des autres travailleurs. Cependant, la concentration du pouvoir décisionnel ultime entre les mains des actionnaires constitue un déséquilibre flagrant. Cela entraîne que des entreprises aux comptes équilibrés, aux produits utiles, et précieuses pour leurs employés sont mises en danger du moment que leurs actionnaires peuvent espérer un rendement plus élevé pour leur argent. On se rappellera à ce sujet la saga de Swissmetal à Reconvilier, avec son usine menacée de fermeture et le long combat de ses employés, ou le site de Novartis à Nyon, lui aussi promis à la déchiqueteuse, et sauvé par des propositions de ses employés, non sans promesses d’avantages étatiques. Du reste, bien d’autres problèmes contemporains ont la même source, comme l’obsolescence programmée, nécessaire pour maximiser les profits, mais délétère pour la planète dont on surexploite les ressources, pour les clients qui doivent sans cesse racheter les mêmes biens, et pour les employés qui n’ont plus la satisfaction du travail bien fait, mais ne sont plus que des moyens de production pour vendre de la camelote.

Réformer le droit des sociétés

Si le système présent de la société anonyme est responsable des maux que je lui attribue, que pouvons-nous faire ? Pour chacun, quelles que soient ses responsabilités, il faut retrouver et défendre une mentalité où la contribution au bien commun passe avant la maximisation du profit, et où les partenaires sociaux reçoivent leur juste part d’attention et de préoccupation. Et pour les entrepreneurs, éviter autant que possible de disperser la propriété de leur entreprise entre les mains d’actionnaires qui n’ont plus de lien avec les buts de l’entreprise, comme d’ailleurs certaines sorties de bourse en ont montré l’exemple. À mon sens, il faut en outre des évolutions au niveau juridique, par exemple en permettant des structures de sociétés où ceux qui fournissent leur force de travail et leurs qualifications ont aussi leur mot à dire, même et surtout dans les décisions cruciales pour le destin de leur entreprise. Il n’est pas juste que ceux qui ont acquis le capital deux jours auparavant aient plus de poids que ceux qui ont fait vivre une société, parfois depuis des décennies. Quels politiciens, quels juristes oseront se lancer dans un tel projet de réforme ? L’appel est lancé, courage et reconnaissance à qui y répondra !

Jean-René Moret
Pasteur dans l’Église évangélique de Cologny (FREE)
 
Note
1 Cette prise de position est parue sur le site du « Courrier » le mercredi 17 juin.

Laissez une réaction

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Opinion - avertissement

Les signataires de ces textes sont soit des membres de l’équipe de rédaction de lafree.ch soit des personnes invitées.
Chacun s’exprime à titre personnel et n’engage pas la FREE.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

24 juin

  • «La mission dans la Bible» avec Timothée Joset (Ciel! Mon info)
  • «A la poursuite de votre lion» avec Camille Kursner (SPPA)

1er juillet

  • «La mission dans l'histoire» avec Timothée Joset (CMI)
  • «Améliorer nos relations avec les autres» avec Camille Kursner (SPPA)

myfreelife.ch

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !