StopPauvreté promeut une check-list pour des voyages d’affaires solidaires et durables

vendredi 10 février 2017

Les voyages d’affaires en avion pourraient parfois être avantageusement remplacés par des vidéoconférences. Un questionnaire en ligne, proposé par l’organisation évangélique StopPauvreté, constitue une intéressante aide à la décision.

« Il est impossible de renoncer à l’usage de l’avion dans le domaine des voyages d’affaires, explique Wiebke Suter-Blume, responsable du développement durable à StopPauvreté en Suisse allemande (www.stoparmut.ch). Mais, avec la check-list que nous venons de publier, nous voulons montrer que l’avion est utilisé de manière trop systématique lors de ces voyages. »

Diplômée d’un Master of Business Administration (MBA), avec certification en développement durable, de l’Université de Luneburg (Allemagne), Wiebke Suter-Blume a conçu ce questionnaire. Il permet d’évaluer si un vol d’affaires peut être considéré comme compatible avec le développement durable, ou seulement acceptable, ou carrément incompatible. Il est disponible en ligne (www.stayorfly.org).

La check-list est destinée aux personnes qui utilisent régulièrement l’avion pour leurs déplacements professionnels. Elle permet au voyageur d’évaluer la compatibilité de son vol avec les principes de développement durable. Le résultat est obtenu en pondérant divers facteurs économiques, sociaux, écologiques et éthiques.

Voyage ou vidéoconférence ?

En pratique, le questionnaire permet de décider si un voyage d’affaires est indispensable ou s’il pourrait être avantageusement remplacé par une vidéoconférence. Il aide également les organisateurs de rencontres internationales à décider si le fait d’inviter un délégué constitue une décision responsable ou non. « Car deux allers-retours entre Zurich et New York produisent autant de gaz à effet de serre qu’un résident suisse durant une année », estime l’équipe de StopPauvreté.

La check-list s’adresse aux voyageurs d’affaires, mais elle n’est pas sans intérêt pour des touristes qui désirent s’envoler vers des destinations lointaines. « La problématique est différente, parce qu’un touriste a toujours la possibilité de renoncer à l’avion », précise Wiebke Suter-Blume. Cependant, les critères évoqués dans le questionnaire permettent malgré tout d’optimiser un vol, sur le plan du développement durable. Cela concerne, par exemple, le choix d’un itinéraire ou la contribution au développement d’une région visitée.

StopPauvreté est un mouvement lancé par le Réseau évangélique suisse (RES). Il est rattaché au Défi Michée de l'Alliance évangélique mondiale. Le travail de StopPauvreté est double : d’une part, il sensibilise les chrétiens au problème que représente la pauvreté ; d’autre part, il soutient le travail de l’Organisation des nations unies (ONU) en matière de lutte contre la pauvreté et de développement durable.

La check-list en allemand, français et anglais.

Le mouvement StopPauvreté.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !