Covid-19: pas plus de 50 au culte et un solo pour la louange!

vendredi 23 octobre 2020 icon-comments 2

Suite à la conférence de presse du Conseil fédéral de mercredi dernier, le Réseau évangélique suisse a adopté son plan de protection pour nos Eglises. Principales nouveautés : le nombre des participants au culte est limité à 50 dans tous les cantons romands, sauf à Berne et en Valais où il est encore plus restreint. Par ailleurs, une seule personne pourra encore chanter en solo sur scène, avec un accompagnement musical minimal.

 

Le 29 octobre, le Réseau évangélique suisse (RES) a mis à jour son plan de protection contre le coronavirus à l’intention des Eglises évangéliques. Conformément à la décision du Conseil fédéral, les cultes ne pourront accueillir que 50 personnes dans les cantons de Genève, Vaud, Neuchâtel et Jura. Les organisateurs et les enfants de moins de 12 ans ne sont pas compris dans ce nombre.

Un nombre plus restreint à Berne et en Valais

Dans les cantons de Berne et du Valais, le nombre des participants est plus réduit, les autorités cantonales ayant pris des mesures plus contraignantes. Le canton de Berne a décidé de limiter les personnes assistant au culte à 15 et le Valais à 10.

Par ailleurs, les masques de protection doivent être portés par toute personne de plus de 12 ans assistant au culte.

Chant d’assemblée proscrit !

Suite à une question posée à l’Office fédéral de la santé publique par les évangéliques suisses allemands, toute louange chantée devra dorénavant être évitée. Une personne pourra encore chanter en solo sur scène, avec un accompagnement musical minimal. « C’est la douche froide, commente Christian Kuhn, le directeur du RES, mais nous ne pouvons pas contourner cela ! Rappelons-nous, ajoute-t-il, qu’il existe une grande palette de formes de louange autres que le chant : le témoignage à l’action de Dieu, la prière, l’adoration silencieuse, la contemplation, la lecture de la Parole, l’expression artistique autre que le chant… »

D’autres rencontres d’Eglise « au même tarif »

Les rencontres d’étude biblique, de groupes de maison, ou les soirées de groupe de jeunes qui s’inscrivent dans la vie d’une Eglise locale sont considérées comme des rencontres privées avec plan de protection. Elles sont soumises aux mêmes restrictions que les cultes en fonction des cantons.

Dans son communiqué de presse, le RES remercie les évangéliques de Suisse romande de « veiller au bon respect des directives sanitaires qui nous sont proposées, même si elles nous défient ou nous limitent temporairement. La santé de la population est une des grandes préoccupations de nos autorités et c’est aussi le cas pour les Eglises évangéliques. » (c)

 

Le communiqué de presse du Réseau évangélique suisse.

Les nouvelles affiches de l’Office fédéral de la santé (OFSP).

2 réactions

  • Marc Arm vendredi, 30 octobre 2020 16:39

    Dés Lundi 2.11, Neuchâtel, c'est 5 privé/publique.

  • sc vendredi, 30 octobre 2020 17:14

    Merci pour ce complément. Nous reviendrons sur ce sujet en fin de semaine prochaine pour indiquer les normes en présence à ce moment-là...
    Meilleurs messages.

    Serge Carrel

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !