Suisse romande : Yinka Oyekan présente «The Turning», une évangélisation de rue prévue en octobre prochain

Serge Carrel lundi 04 février 2019

Du 12 au 26 octobre 2019, une équipe de responsables évangéliques organise deux semaines d’évangélisation dans le nord et dans le sud de la Suisse romande avec le mouvement « The Turning ». Samedi 2 février, Yinka Oyekan, le pasteur de l’Eglise baptiste The Gate à Reading en Angleterre, était à l’Eglise Lazare (UEER) à Bussigny pour lancer l’événement. Rencontre avec le pasteur qui a vu naître « The Turning » dans son Eglise locale.

En deux mots, présentez-nous le mouvement « The Turning »…

En 2016, nous avons eu une campagne d’évangélisation à Reading en Angleterre. Le but était d’aller dans la rue et de témoigner de notre foi aux inconnus que nous rencontrerions. Un évangéliste était là pour motiver les membres de mon Eglise. J’ai réalisé rapidement que Dieu répandait son Esprit de manière particulière à la fois sur les membres de ma communauté et sur les inconnus rencontrés dans la rue. 1850 personnes ont répondu positivement à l’offre de nos membres. 50 sont aujourd’hui engagés dans notre Eglise. Cela a déclenché un mouvement d’encouragement à l’évangélisation que nous avons appelé « The Turning », le « virage » en français.

Qu’est-ce que cette évangélisation a changé dans votre Eglise ?

Avant cet engagement, 40 pour cent de la communauté n’avait jamais amené quelqu’un à Christ. Nous avons une Eglise de 250 personnes au culte le dimanche. Ce n’est donc pas une méga-church, mais après cette mission presque tout le monde a pu dire qu’il ou elle avait amené quelqu’un au Seigneur. Les membres de l’Eglise The Gate ont maintenant confiance dans le fait que le Seigneur est avec eux lorsqu’ils témoignent de leur foi… et que l’Evangile, ça marche !

Avant cette évangélisation, avez-vous mis en place de nombreuses formations pour équiper les membres de votre Eglise en vue du témoignage ?

Nous avons mis en place un enseignement de 45 minutes… et c’est tout ! Nous avons enseigné les gens sur la manière d’être polis lorsqu’ils sortent dans la rue, sur le fait de ne pas débattre avec les personnes rencontrées, et sur l’importance de laisser l’amour de Dieu se manifester… La plupart de mes frères et sœurs dans l’Eglise connaissent déjà l’Evangile. Je n’ai pas à enseigner aux gens ce qu’ils savent déjà. Ce n’est pas l’Evangile qui est un problème, c’est la motivation que nous avons à le partager. L’amour de Dieu a amené Jésus sur la terre, l’amour de Jésus pour nous l’a conduit à la croix. L’unique raison de l’annonce de l’Evangile, c’est parce que Dieu nous aime.

En 2016, avez-vous exposé de manière nouvelle les membres de votre Eglise à cet amour de Dieu ?

Oui. Toutefois pas d’une façon nouvelle ! En 2008, nous avions déjà vécu une visitation particulière de l’Esprit Saint… Lorsqu’en 2016, nous avons vécu une deuxième visitation, nous avons réalisé que l’amour de Dieu voulait entrer de manière nouvelle en relation avec les personnes qui se trouvent en dehors de l’Eglise. C’est en fait l’ingrédient secret du mouvement « The Turning ». Mettre en lien l’amour de Dieu que les chrétiens ressentent avec l’amour de Dieu pour ceux qui ne le connaissent pas.

Lors de cette évangélisation en 2016, nous avons encouragé les gens à venir en soirée rendre compte de cet amour de Dieu qui s’était manifesté au travers de leur journée dans leurs rencontres avec des inconnus. Cet amour a transformé les membres de mon Eglise. Sortir dans la rue avec cet amour a changé ce qu’ils disaient et la manière dont ils le disaient aux personnes qui les écoutaient.

Il y a une chose que vous mettez en avant dans le mouvement « The Turning », c’est le suivi des inconnus rencontrés dans la rue…

C’est déjà très difficile d’amener nos amis dans l’Eglise, mais lorsque quelqu’un répond à l’offre de Jésus dans la rue, cet individu n’est pas disposé à venir dans l’Eglise. En fait : pourquoi y viendrait-il ? Nous avons donc un autre type de suivi à mettre en place. Un suivi marqué par la dynamique du « un à un ». Il importe de passer du temps avec ces inconnus en dehors de l’Eglise, dans un café, dans un groupe ou ailleurs… Ce n’est que lorsque nous avons construit une relation et que nous les avons « coachés » dans le Seigneur qu’il est possible de proposer un cours Alpha ou une autre formation. Quand une relation s’est construite, alors ces inconnus sont prêts à envisager une telle possibilité.

Il importe donc d’avoir d’abord une relation, puis de proposer un groupe plus large…

Oui. Certaines personnes répondent dans la rue, mais elles ne sont pas sauvées. Elles ne sont pas convaincues de leur péché. Il est donc important lorsque vous rencontrez quelqu’un pour la première fois lors d’un café de découvrir ce qu’il ou elle a vécu dans la rencontre dans la rue… Et c’est l’occasion de répéter une petite proclamation de l’Evangile. Quand ces inconnus sont convaincus de leur péché, ils sont sauvés. Mais nous essayons de leur donner une formation de disciple avant même qu’ils soient sauvés.

Qu’est-ce que cette expérience vous a apporté personnellement ?

Avant cette expérience en 2016, j’étais, ce que l’on appelle – modestement ! – un expert en implantation d’Eglises et en évangélisation. Quand le « Turning » est intervenu, j’ai réalisé que je n’en savais pas autant que je le pensais. J’ai été complètement surpris par ce que le Seigneur faisait. Quand Dieu touche quelque chose, cela le transforme pour toujours. Le « Turning », c’est quelque chose que Dieu a touché. Par nos propres capacités, ce n’est pas possible de mettre en place ce qui s’est passé. Comment un être humain pourrait-il faire cela ? Nous lisons beaucoup de choses en lien avec des dynamiques de réveil… Mais voir le Seigneur nous faire confiance comme cela, cela rend très humble ! C’est quelque chose qui remplit de crainte, parce que vous ne souhaitez pas vous mettre en travers de ce que Dieu fait et endommager son travail.

Est-ce la fin du pastorat ?

Non, mais la crainte du Seigneur m’habite. Dieu nous surprend. Il est saint et il aime la sainteté. Nous autres pasteurs, nous devons nous revêtir d’intégrité et marcher dans la sainteté. Si le Seigneur bénit et que vous vivez dans le péché, c’est comme si le Seigneur vous détruisait. Pour goûter à la bénédiction du Seigneur, il importe donc de passer du temps dans la prière et de chercher le Seigneur de tout son cœur.

Qu’espérez-vous pour la Suisse romande par cette campagne d’évangélisation « The Turning », en octobre prochain ?

J’espère un grand réveil… et que vous pourrez nous aider à rejoindre d’autres pays avec ce mouvement. Je prie pour que Dieu agisse puissamment au travers de cet événement.

Propos recueillis par Serge Carrel

Plus d’infos.

  • Encadré 1:

    Le projet « The Turning » en Suisse romande

    Le projet « The Turning » en Suisse romande propose aux chrétiens de vivre deux semaines entre Eglises pour partager l’Evangile aux habitants de la région. La première semaine aura lieu du 12 au 19 octobre dans le nord de la Suisse romande, selon les vacances scolaires dans les cantons de Berne, Jura et Neuchâtel. La seconde aura lieu du 19 au 26 octobre pour les cantons de Vaud, Genève, Valais et Fribourg.

    Ces missions intègrent des soirées centralisées de préparation (adoration, formation et témoignages) et des journées durant lesquelles les participants pourront partager l’Evangile dans leur localité ou dans leur région.

    Chacune des deux semaines aura son centre de rayonnement. Le Centre évangélique Tavannes sera le centre de la première semaine et l’Eglise évangélique Lazare à Bussigny celui de la seconde. Des centres secondaires pourront relayer ces soirées dans chacune des régions où aura lieu « The Turning ».

    L’équipe des organisateurs de « The Turning » en Suisse romande : Bob Davet (EEAR), Philippe Gay (AVEE), Philippe Bottemanne (FREE), Sylvette Huguenin (AdS), Christian Kuhn (RES) et Philippe Thueler (FREE).

  • Encadré 2:

    Le calendrier

    14 mai : formation des responsables d’Eglises du Nord et du Sud à Yverdon (Eglise Z7)
    9 juillet : journée d’action dans le cadre du Kingdom Festival à Bulle
    20 septembre : demi-nuit de prière au CET à Tavannes et à l’Eglise Lazare de Bussigny (20h)
    12 au 19 octobre : mission dans la région nord, avec diffusion vidéo depuis le CET
    19 au 26 octobre : mission dans la région nord, avec diffusion vidéo depuis l’Eglise Lazare

Laissez une réaction

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Publicité
FREE COLLEGE - Christ

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

20 février

  • «Des pensées suicidaires à celles de l'existence de Dieu» avec Giovanni Catalanotto ! (Ciel! Mon info)
  • «Etre et rester ensemble» avec Christian Reichel (Mieux vivre à deux)

27 février

  • «L’anorexie» avec Emmanuelle Bessi (Ciel! Mon info)
  • «Alphonse Teyabe: "Etre lumière des nations" par les médias» (Vitamine B)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • «L’amour d’un Père prodigieux» par Paul Hemes

    Ven 15 février 2019

    La parabole du fils prodigue est en fait la parabole du Père formidable. Celui-ci aime, accueille, sauve et adopte de manière extraordinaire. Un article paru dans Vivre de septembre octobre 2018.

  • La Marmotte offre un répit aux SDF

    Jeu 31 janvier 2019

    Etre sans domicile fixe (SDF) en hiver... Sur les pas de Michael Staiesse, de l’Armée du Salut, Gabrielle Desarzens est allée à la rencontre de bénéficiaires de La Marmotte, lieu d’accueil de nuit depuis 25 ans à Lausanne. Une émission radio diffusée dimanche 27 janvier dernier sur RTS La Première.

  • La boxe percute à l’église !

    Lun 14 janvier 2019

    Des jeunes boxent chaque semaine dans les locaux d’une église évangélique de la FREE. Une façon de faire venir ou revenir les moins de 20 ans à l’église ! Stéphane Hofer, l’instigateur de la formule Box Up Crime Switzerland, espère que l’activité fasse boule de neige. Reportage sur place.

  • L’aumônerie fait sa mue

    Lun 31 décembre 2018

    Que ce soit à l’hôpital, à l’armée ou auprès des jeunes, l’aumônerie est actuellement un chantier ouvert qui veut se professionnaliser et s’éloigner des églises. « Je ne sais pas où cela va nous conduire », réagit lundi 31 décembre Olivier Cretegny, ancien aumônier et président de la FEV (Fédération évangélique vaudoise). Non sans ajouter qu’une Journée de réflexion à l’adresse de tous les aumôniers évangéliques romands est agendée le 30 avril.

eglisesfree.ch

  • Commission jeunesse

    Ven 15 février 2019

    La commission jeunesse a pour objectif de créer du lien entre les jeunes de la FREE, entre les différentes fédérations et générations ; de former les responsables jeunesse et d’accompagner les conseils d’églises dans leurs questionnements.

  • Commission Europe

    Ven 25 janvier 2019

    En lien avec les Oeuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions "missionnaires" (Afrique-Moyen Orient et Asie), la commission Europe a pour objectif d'accompagner (c'est-à-dire écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur ministère en Europe.

  • Soutenez l'Action de Noël 2018 au Tchad et en Thaïlande

    Lun 03 décembre 2018

    Vous pouvez soutenir ces deux projets et obtenir des information supplémentaires à leur sujet sur les sites internet www.eglisesfree.ch et www.sme-suisse.org.

  • Rencontre générale de la FREE : de nouveaux projets malgré des ressources en baisse

    Ven 30 novembre 2018

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 24 novembre 2018 à Moudon, a été marquée par des questionnements autour d’un budget en baisse, mais aussi par des projets enthousiasmants. Ainsi, une « Plate-forme d’entraide » permettra à des aînés de partager leurs compétences, et une nouvelle Eglise est implantée à Ballens.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !