Vaud : un pédophile évangélique condamné au tribunal

Gabrielle Desarzens vendredi 21 juin 2019

Deux ans de prison avec sursis pendant 5 ans : c’est la peine dont a écopé mercredi 12 juin un trentenaire pédophile évangélique au Tribunal du Nord vaudois. « Nous avons pris contact avec l’Association ESPAS de prévention en matière d’abus sexuels pour que nos quelque 25 pasteurs se forment en septembre », déclare jeudi 20 juin un des responsables de ce mouvement d'Eglises.

Le but de la formation : « Que l’on soit plus vigilant. Et formé ! Dans un deuxième temps, nous formerons aussi tous les responsables de l’enfance », souligne le responsable, non sans préciser avoir d’ores et déjà rédigé une charte à leur intention au début de cette année. Ses signataires sont d’accord notamment de donner accès à leur casier judiciaire. « L’association ESPAS (ndlr : Espace de Soutien et de Prévention - Abus Sexuels) nous aidera à l’affiner. »

Pédopornographie

En mai 2016, dans un camp organisé par son Eglise, un moniteur de camp avait caressé le sexe d’une adolescente de 13 ans. Comme l’indique le journal « 20 minutes », l’attirance du condamné pour les enfants a été confirmée par ses activités sur internet. En 5 ans, il a téléchargé et échangé des centaines de fichiers pédopornographiques. « Il s’était aussi créé un faux profil d’ado, ce qui lui a permis d’obtenir de certaines des 220 jeunes filles contactées des photos d’elles dénudées ou des vidéos où elles se masturbaient. »

Grande souffrance

Si les faits remontent à trois ans, l’enquête a pris du temps. « Nous avons tous connu une grande souffrance ; il est trop tôt pour en parler », commente le pasteur de la communauté évangélique dont sont issus et la victime et le pédophile. Plusieurs membres de l’Eglise l’ont quittée, dont leur famille respective.

Une affaire rapidement dénoncée

« Les parents ont tout de suite déposé plainte à la police, raconte le responsable, ce qui est une excellente chose. Ainsi l’affaire a-t-elle été rapidement aux mains de la justice et de ses professionnels et elle n’a pas été cachée. Cela n'a cependant pas empêché une souffrance conséquente pour la jeune fille et sa famille. » Le pédophile est actuellement en suivi psychiatrique. Selon le jugement rendu, il ne peut avoir aucune activité avec des mineurs pendant 10 ans.

Ce cas de mai 2016 est unique à ce jour dans cette famille d’Eglises évangéliques.

Gabrielle Desarzens

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !