Un ouvrage d’importance présente le protestantisme évangélique français

jeudi 17 novembre 2005
Après des publications fouillées sur les évangéliques américains, le sociologue Sébastien Fath s’attache à la France. Il vient de publier « Du ghetto au réseau, Le protestantisme évangélique en France, 1800-2005 ». Un ouvrage de référence que nous propose de découvrir Jacques Blandenier, formateur d’adultes.

Voilà un ouvrage d’une grande importance pour les évangéliques francophones que nous sommes. Certes, il y est question de la France, et le cas de la Suisse romande n’est pas présenté en détail, sinon par son rôle historique. Mais nous sommes étroitement solidaires de nos frères et sœurs de l’autre côté de la frontière et, alors que pendant longtemps – en fait, durant tout le XIXe siècle et les deux tiers du XXe – les évangéliques romands ont investi beaucoup de forces en France, on se demande si le mouvement ne devrait pas s’inverser à l’avenir : retour sur investissement ! En tout cas, tant sur le plan théologique que sur celui de l’évangélisation et de l’implantation d’Eglises nouvelles, nous avons beaucoup à recevoir de nos coreligionnaires francophones ! La frontière qui nous en sépare est plus ténue, kilométriquement et culturellement, que ne l’est l’Atlantique…

350'000 évangéliques en France aujourd’hui
Ce livre révèle en effet des chiffres étonnants, établis sur la base d’études scientifiquement fiables 1. Jugez plutôt : environ 50 000 en 1950, les évangéliques sont 350 000 aujourd’hui (ils se sont multipliés par sept en un demi-siècle…), toutes tendances confondues – on compterait environ 150 000 évangéliques « traditionnels » (piétistes/orthodoxes, selon la terminologie de l’auteur), et 200 000 pentecôtistes/charismatiques. Sans compter 45 000 personnes rattachées à des Eglises ethniques. Et il faudrait ajouter les nombreux chrétiens de sensibilité évangélique rattachés aux Eglises protestantes « historiques ». Depuis une trentaine d’années, il se fonde, en moyenne, une Eglise évangélique tous les dix jours. Certes, les statistiques valent… ce qu’elles valent, mais on ne peut s’empêcher d’être étonné lorsqu’on songe à la déchristianisation galopante de la France, reconnue par tous, catholiques y compris, comme « terre de mission ».
Ecrit par un historien, ce livre n’est pas une simple photographie de l’état des lieux actuel. C’est un film, qui retrace l’évolution du courant évangélique depuis le début du XIXe siècle (et même avant) – et on y note l’importante influence du Réveil de Genève, dont sont aussi  issues les AESR et la FEEL. Cette dimension historique est une clé importante pour comprendre le paysage évangélique français actuel.

Des darbystes aux tziganes
L’auteur ne se limite pas aux chiffres, si saisissants soient-ils. Chrétien engagé (ancien dans une Eglise baptiste) et compétent en théologie, il fait bien ressortir quelles sont les convictions et les caractères spécifiques des évangéliques. Il analyse avec une remarquable objectivité les différents courants qui traversent, animent et souvent divisent les évangéliques. J’ai particulièrement admiré que Sébastien Fath, qui connaît très bien de l’intérieur les  milieux évangéliques et nous épargne les caricatures et amalgames des médias s’avisant de parler des évangéliques (ou des « évangélistes »), reste pourtant dans un rôle d’observateur. Il se garde soigneusement de jugements de valeurs et de réactions partisanes. Les différentes familles évangéliques – des darbystes aux tziganes, en passant par les libristes et les Assemblées de Dieu – sont présentées sans parti-pris. Il faut souligner à cet égard que, contrairement aux idées reçues, il apparaît que les Eglises de tendance charismatique ne sont pas les seules à connaître une forte croissance.
La lecture de cet ouvrage est certes très encourageante. On y découvre que, dans une société où la pratique religieuse  héritée d’une tradition de chrétienté culturelle est en chute libre, la notion d’Eglise de professants (dont les membres sont des adhérents par choix personnel) est porteuse de sens et conduit logiquement à une compréhension de l’évangélisation beaucoup plus dynamique que celle d’Eglises dont le recrutement normal est de nature sociologique.

Pas de triomphalisme !
Ces considérations ne conduisent pas l’auteur au triomphalisme. Il ne manque pas de souligner les fragilités, les carences, les fragmentations inutiles dues à un activisme stérile, et finalement le peu d’influence des évangéliques sur une société dont ils représentent, malgré leur croissance, moins du 1%.
Il est heureux que cet ouvrage ait été publié chez Labor & Fides, un éditeur « hors réseau (ou ghetto ?) des éditions évangéliques », mais bien implanté dans d’autres sphères, protestantes et catholiques. Il ne faudrait pas cependant que nos librairies évangéliques passent à côté de ce document qui nous concerne au premier chef. N’hésitez pas à le leur demander afin qu’elles passent commande à l’éditeur genevois.
Jacques Blandenier

Note
1 L’auteur est agrégé d’histoire et chercheur au CNRS (Centre National de Recherche Scientifique), spécialement affecté à l’étude du protestantisme évangélique dans le Groupe de Sociologie des Religions et de la Laïcité – une référence indiscutable !

 

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « Oui, la relève de l’Eglise passe par les femmes »

    Ven 16 septembre 2022

    Nel Berner, 52 ans, est dans la dernière ligne droite de ses études en théologie à la HET-PRO. Pour elle, la Bible est favorable au ministère féminin. Et les communautés doivent reconnaître avoir besoin tant d’hommes que de femmes à leur tête.

  • Prostitution à Zurich : l’Eglise en première ligne

    Mar 23 août 2022

    Entre 3'000 et 5'000 personnes se prostituent dans des conditions indignes à Zurich, où une passe oscille entre 20 et 50 francs. En cause : la pauvreté aggravée par la pandémie, épinglent Sœur Ariane et le prêtre Karl Wolf, qui leur apportent quotidiennement nourriture et chaleur humaine. Un reportage diffusé dimanche 28 août dans Hautes Fréquences, sur RTS La Première.

  • « Auras-tu été toi ? »

    Lun 20 juin 2022

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

  • Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Ven 20 mai 2022

    Anaël Bussy vient de démarrer comme ébéniste indépendant à Chevilly, près de La Sarraz. Parmi ses premières réalisations, des plateaux en bois, destinés à la distribution de la Sainte-Cène.

eglisesfree.ch

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !