Un pasteur de la FREE boycotté par l’Amitié judéo-chrétienne de Suisse romande

vendredi 26 novembre 2010
En septembre dernier, il devait donner une conférence dans le cadre de l’Amitié judéo-chrétienne à Lausanne. Une semaine avant l’événement, la conférence est annulée. Retour sur les raisons qui ont fait que le pasteur Jean-Jacques Meylan n’a pas pu intervenir dans le centre communautaire de la Communauté israélite de Lausanne.
En septembre dernier, l’Amitié judéo-chrétienne de Suisse romande a annulé une conférence de Jean-Jacques Meylan, intitulée « Israël et Palestine, entre promesses et réalités ». Suite à la parution du Dossier Vivre « Israël-Palestine : quelle coexistence ? Un point de vue évangélique inédit », le pasteur de la FREE qui préside actuellement la Communauté des Eglises chrétiennes du canton de Vaud (CECCV), devait donner une conférence le 27 septembre dans les locaux de la Communauté israélite de Lausanne. Une semaine avant la manifestation, l’Amitié judéo-chrétienne envoie un courrier à ses membres dans lequel elle annonce l’annulation pure et simple de cette conférence, sous prétexte que « cette présentation serait trop problématique pour avoir lieu dans ce cadre-là ».

« Difficile d’avoir une conversation sereine sur Israël dans ce cadre ! »
Pascal Veillon, président de l’Amitié judéo-chrétienne, a pris note de réactions très vives de représentants de la communauté juive, qui l’ont conduit à annuler cette conférence. A titre personnel, ce pasteur réformé à la retraite relève qu’il est extrêmement difficile de parler du conflit israélo-palestinien dans le cadre du groupe qu’il préside. « Les représentants juifs sont comme ‘enfermés’ dans leur fidélité à l’Etat d’Israël. Quelles que soient leurs convictions politiques fondamentales, ils ne parviennent pas à prendre de la distance. Ils considèrent que l’Etat d’Israël est trop attaqué pour laisser entrevoir la moindre faille. Chaque fois que l’on en parle, on ne parvient pas à avoir une conversation sereine ! », conclut-il.

« Un tissu d’incorrections historiques ! »
Du côté de Sarah Junod, membre israélite de l’Amitié judéo-chrétienne, on ne mâche pas ses mots. Elle considère le livre de Jean-Jacques Meylan et Guy Gentizon comme un tissu d’« incorrections historiques ». De plus, ajoute-t-elle, « les interlocuteurs d’ici sont trop mal équipés historiquement pour pouvoir discuter du conflit israélo-palestinien. Par ailleurs l’Amitié judéo-chrétienne ne traite pas de sujets politiques, mais de sujets théologiques. » Comme celui qu’elle vient de traiter personnellement au mois de novembre : « L’universalisme et le particularisme dans le judaïsme ».

Jean-Jacques Meylan : « Un ardent défenseur du prosélytisme à l’endroit des juifs »
Du côté de la CICAD, la Coordination intercommunautaire contre l’antisémitisme et la diffamation à Genève, on a aussi protesté contre la tenue de cette conférence dans les locaux du centre communautaire de la Communauté israélite de Lausanne et du canton de Vaud. Johanne Gurfinkiel, le secrétaire général de cette association, n’a pas lu le livre de Jean-Jacques Meylan. Il a plutôt examiné ce qu’il trouvait à son propos sur internet. Au vu d’une interview que le pasteur de la FREE a accordée au feu-magazine Certitudes, Jean-Jacques Meylan serait « un ardent défenseur du prosélytisme encourageant la conversion des juifs au christianisme » !
Dans sa prise de position, la CICAD n’en reste pas là. Elle avance que, dans le canton de Vaud, le prosélytisme est « jugé contraire à la paix religieuse par la Loi », selon les dispositions adoptées en 2006 par le Grand Conseil, qui traitent des critères en vue de la reconnaissance d’intérêt public des communautés religieuses. Par conséquent, l’attitude de Jean-Jacques Meylan n’a rien à faire avec les activités de l’Amitié judéo-chrétienne, de surcroît dans les locaux de la communauté israélite lausannoise.

Un goût de ce que doivent ressentir les mouvements pacifistes juifs
Du côté de Jean-Jacques Meylan, qui revient tout juste d’un voyage de quatre semaines au Proche-Orient, c’est la surprise qui domine. « En fait, cette annulation m’honore, lâche-t-il après réflexion, parce qu’elle me fait ressentir ce que vivent mes amis juifs des groupes pacifistes comme La Paix maintenant, Bat Shalom ou Machsom Watch, qui cherchent le dialogue. » Pour le pasteur évangélique, le refus d’accueillir une discussion sur l’avenir d’Israël et de la Palestine dans le cadre de l’Amitié judéo-chrétienne constitue une forme de repli sur soi, le signe d’une incapacité à s’ouvrir à la réalité de l’autre. « Aucune fermeture n’est à jamais figée, lance-t-il, il faudra bien que les communautés apprennent à cohabiter harmonieusement sur la terre d’Israël-Palestine. »

Serge Carrel


Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !