Une tente d'évangélisation... Et si c'était de nouveau « in » ?

mercredi 16 octobre 2013

L'association Jour de joie possède plusieurs tentes gonflables grâce auxquelles elle organise des séries d'évangélisation. Un outil utile notamment pour l'implantation de nouvelles Eglises en Suisse romande.

« Cette remorque de camion a transporté de la bière en Allemagne », précise François Lehmann, très heureux de sa dernière acquisition. Celle-ci trône devant la ferme de la famille Staub, à Cuarnens, près de Cossonay. Sur la remorque, Daniel Mottet fixe des fils électriques.
Les deux hommes consacrent une partie de leur temps libre à transformer l'ancienne remorque en scène mobile. Sa première sortie est fixée au 27 septembre, à l'occasion du Festi'vallon organisé par l'Eglise évangélique Lazare à Bussigny.
La remorque, c'est la dernière trouvaille de François Lehmann et de Daniel Mottet, évangélistes dans l'âme et collaborateurs bénévoles de l'association Jour de joie. Mais, habituellement, ils gèrent plutôt le déploiement de tentes. La plus ancienne, c'est la Tente de la rencontre, l'ancienne Bulle qui a appartenu aux Eglises de la FREE. Il y a aussi Teen Space, la tente gonflable destinée aux jeunes. Quant à la petite dernière, elle s'appelle tout simplement La Tente. Mais elle n'est pas si petite que ça, puisqu'elle peut accueillir 1000 personnes. En plus de ces tentes, l'association Jour de joie possède un château gonflable appelé Château du Roi. Les enfants peuvent l'escalader, sauter, rebondir...

Série d'évangélisation clé en main
La principale activité proposée par Jour de joie aux Eglises est une série d'évangélisation presque clé en main. « Pour commencer, nous proposons une exposition, un film, une rencontre avec Alain Auderset, un concert avec Philippe Decourroux... explique François Lehmann. Ensuite, nous proposons des rencontres d'évangélisation. » De son côté, Daniel Mottet renchérit : « Ce que nous proposons est gratuit. Nous engageons et payons nous-mêmes les artistes. Ensuite, les Eglises avec lesquelles nous collaborons font un don, parfois important, parfois minuscule. Nous ne voulons pas que des questions financières les empêchent de s'engager. »
Communiquer l'Evangile sous une tente, François Lehmann et Daniel Mottet y croient fermement. Ce dernier a découvert Dieu dans la Tente de la rencontre, il y a dix ans, à Frinvillier. « Contrairement à une salle de spectacle, une tente peut être placée partout, s'enthousiasme François Lehmann. Nous pouvons la monter en plein milieu du quartier dans lequel nous désirons partager l'Evangile. » Et Daniel Mottet complète : « Aujourd'hui, une tente, c'est rare et ça intrigue. Voilà pourquoi c'est utile ! »
Claude-Alain Baehler

Le site de la fondation Jour de joie. Son numéro de tél. : tél. 021 841 16 39.

  • Encadré 1:

    Des offres intéressantes pour les Eglises
    Les collaborateurs de l'association Jour de joie sont disponibles pour organiser des rencontres en collaboration avec des Eglises locales. Voici quelques exemples :
    - Une rencontre destinée à motiver une Eglise pour l'évangélisation.
    - Des rencontres avec des programmes variés : expositions, concerts, films, conférences, café-contacts, cultes en commun...
    - Un concert avec le chanteur pop rock Denis Hauswirth, l'auteur du CD « D'si.Zif ».
    - Un programme pour les jeunes avec Teen Space, la tente gonflable qui se pose partout et se monte en une heure.
    - Un programme sous la Tente de la rencontre ou sous la tente de 1000 places.
    - Un jeu de rôle avec princesses et chevaliers, ainsi que des animations autour du Château du roi.

  • Encadré 2:

    Des publications
    La brochure Orienter l'Eglise vers son quartier, destinée aux conseils d'Eglise, offre un canevas de réflexion à propos de l'évangélisation. Elle peut être téléchargée sur le site internet de l'association Jour de joie (jourdejoie.ch).
    Le livre de François Lehmann, L'art de renverser les murs, présente des murs célèbres – Berlin, Etats-Unis-Mexique, Botswana-Zimbabwe... – et des murs invisibles – peur, sentiment de rejet, solitude... Il propose au lecteur de s'attaquer à ses murs intérieurs en découvrant Dieu.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !