Denis Mukwege, en première ligne contre la violence faite aux femmes

vendredi 05 octobre 2018

Pasteur et gynécologue congolais, on le surnomme « lʹhomme qui répare les femmes » suite à des violences sexuelles. Après l’opération médicale, quel suivi social ou spirituel effectue-t-il ? Rencontré vendredi 24 novembre au siège de sa fondation en Suisse, Denis Mukwege souligne que les Églises ont indéniablement un rôle à jouer dans la défense des droits des femmes.

En République démocratique du Congo, il répare la destruction volontaire et planifiée des organes génitaux des femmes, suite à ce qu’on appelle le viol comme arme de guerre. Denis Mukwege a reçu plusieurs distinctions pour son action, dont le prix « Héros pour l’Afrique » au Parlement européen en 2016. De passage en Suisse à l’occasion de la Journée internationale pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes, qui a eu lieu le 25 novembre, il  souligne l’importance des Eglises dans ce dossier. Sa fondation en Suisse et le collectif I respect women initié par le chanteur évangélique Philippe Decourroux se sont associés dans un effort de sensibilisation auprès des hommes, « qui doivent se mettre debout ». C’est ce qu’estime ce médecin, dont la première opération d’une femme violée remonte au 1er septembre 1999.

Denis Mukwege, vous opérez à Bukavu, dans la province du Sud-Kivu, comment cette violence est-elle dénoncée ? On a le sentiment que pas grand-chose ne change...

- Il n’y a pas grand-chose qui change parce que tout simplement, la culture de l’impunité  a pris place. Le viol est un crime pour lequel les auteurs devraient être poursuivis, mais on observe que les femmes n’ont que très peu de moyens pour aller en justice. Et lorsqu’elles s’y rendent, il n’y a pas de réparation au final. Résultat : beaucoup de femmes préfèrent le silence plutôt qu’aller s’humilier pour la deuxième ou la troisième fois.

Vous êtes médecin, mais aussi pasteur : est-ce que les églises se sentent concernées par cette question de la violence faite aux femmes ?

- Je crois qu’il y a aujourd’hui une évolution positive : les femmes ne sont plus culpabilisées comme cela a pu être le cas il y a une dizaine d’années. Il a fallu d’abord donner l’information. Car vous savez, dans beaucoup d’églises, tout ce qui a rapport au sexe est un péché. Lorsqu’on a ce concept, on ne veut pas savoir. Mais nous avons fait beaucoup de séminaires et avons parlé même des viols dans la bible. Et je crois que cela a porté du fruit. Les gens ont compris qu’ils ne devaient pas rester indifférents à ce phénomène, car leur indifférence ressemblait à une complicité. Aujourd’hui, le problème du viol dans le monde, le harcèlement, la violence faite aux femmes requièrent une grande éducation. Il faut amener les hommes à comprendre que les femmes ne sont pas des objets. Qu’elles sont leurs égales, qu’elles sont créées à l’image de Dieu.

Est-ce que selon vous justement les instances religieuses doivent être des actrices dans ce dossier ?

- Absolument. Violer une femme, c’est déjà très grave. Mais la violer, puis la mutiler, ou introduire n’importe quoi dans son appareil génital : c’est tout simplement démoniaque, à mon avis. Et puis des bébés sont violés par des adultes... Oui, je crois que l’Eglise a un rôle très important à jouer. Quand vous êtes dans un pays où le 90% des gens se dit chrétiens et que des choses comme ça se passent, il y a du travail à faire. J’ai sinon toujours dit que les viols vont continuer tant que les hommes qui ne violent pas n’élèvent pas leur voix. Ces derniers doivent se mettre debout pour empêcher ces actes et protéger les femmes. Ainsi peut-on arriver à isoler la minorité qui viole et la faire réfléchir. C’est pour cela que je suis ici à Genève avec Philippe Decourroux, pour vraiment lancer cette lutte des hommes contre la violence sexuelle.  Je dois encore préciser que le viol utilisé comme arme de guerre, où les femmes sont violées en présence des enfants, des voisins... ces scène macabres sont faites pour détruire la personne non seulement physiquement, mais aussi moralement, spirituellement. Et donc l’église a tout-à-fait une place à prendre dans ce contexte. 

Est-ce que la conception patriarcale de la femme est typique à l’Afrique ou elle est aussi présente ici en Occident ?

- Je crois qu’il y a beaucoup d’Occidentaux qui veulent dire que c’est un problème des Africains. Mais allez parler avec les femmes de l’ex-Yougoslavie. C’est à quelques kilomètres d’ici et elles vont vous dire ce qu’elles ont subi pendant la guerre. Le phénomène est global, je crois. La grande différence, c’est que lorsque l’on vit dans un pays en paix, cela se traduit par du harcèlement.  Mais lorsque l’on vit dans un pays où règne l’impunité, le viol se pratique de la même façon, quel que soit le conflit en cours.

Vous êtes connu comme l’homme qui répare les femmes. Après l’opération chirurgicale, procédez-vous à une opération sociale, spirituelle ?

- Oui, dans notre expérience, on s’est rendu compte que le traitement physique est insuffisant. Car l’acte dont les femmes sont victimes vise non seulement à humilier, mais à déshumaniser.  Il y a une atteinte psychologique et spirituelle profonde. Nous faisons donc appel à plusieurs thérapies et ce sont les traitements qui prennent le plus de temps.

Qu’en est-il enfin de la violence faite aux hommes ?

- Dans nos statistiques, elle concerne à peu près 1% de nos patients. J’ai vu des hommes mutilés ou qui ont connu pénétration de leurs orifices. Sur le plan psychologique, ils sont très difficiles à relever. Surtout quand cela s’est produit en face de leurs enfants, de leur épouse. Cette humiliation les amène souvent au suicide. On fait très attention quand un homme dit ce qui lui est arrivé. Sa prise en charge doit se faire avec beaucoup de délicatesse puisque la tendance suicidaire est très élevée.

Propos recueillis par Gabrielle Desarzens

Un entretien à retrouver sur le portail www.rtsreligion.ch

Pour devenir membre du collectif I respect Women, tapez www.cirw.org

 

 

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

  8 avril

  • «Il m'a donné un nom» avec Christine Gallay (CMI)
  • «Les projets de l'Eternel» avec Emmanuel Ziehli (Vitamine B)
15 avril
  • «Apprendre de la création» avec Dave Bookless (Intelligence de la foi)
  • «Yeshua» avec Chuch for the Nations (Music Zone)

myfreelife.ch

  • « Pâques, c’est le changement ! »

    Mer 08 avril 2020

    Pour Noëlle Sennwald, aumônier à la HET-Pro de St-Légier, il nous faut "ressusciter" : « C’est-à-dire changer notre manière de vivre sous le regard de la résurrection du Christ, qui est venu sur terre pour nous ouvrir les yeux sur notre humanité dysfonctionnelle. Et qu’on puisse aller vers quelque chose de différent ! »

  • Jean Ziegler: « Il existe une fraternité de la nuit entre les hommes »

    Lun 06 avril 2020

    Quid du covid-19 dans les camps de migrants ? Ceux-ci y vivent entassés, comme à Lesbos, où le sociologue Jean Ziegler s’est rendu pour dénoncer les conditions indignes qui y règnent1. Et pourtant, même si la pandémie menace dans ces lieux où la promiscuité est un euphémisme, l’ancien rapporteur spécial des Nations-Unies pour le droit à l’alimentation croit que l’Histoire a un sens. Et qu’il existe ce qu’il appelle « une mystérieuse fraternité de la nuit entre les hommes ». Il était au micro de Gabrielle Desarzens dimanche 5 avril dans Babel.

  • Mettre la crise en crise

    Mar 31 mars 2020

    En cette période de confinement, la vie de foi est une ressource qui nous pousse à ne pas nous enfermer « dans le bunker de la peur et de la protection ». C’est notamment ce qu’a dit Panteleimon Giannakopoulos, professeur de psychiatrie à l’Université de Genève qui répondait aux questions de Gabrielle Desarzens dans l’émission Babel du 22 mars dernier.

  • «Chronique de la salle de bain #8» : «En chacun de nous sommeillent deux loups...» (Marie Ray)

    Jeu 26 mars 2020

    Un indien raconte à son petit-fils une parabole sur le coeur de l'homme: il y aurait en celui-ci deux loups... un bon et un mauvais. Lequel va gagner? C'est la réflexion que nous propose Marie Ray à l’occasion de sa huitième « Chronique de la salle de bain ». Un clip à découvrir.

eglisesfree.ch

  • Coronavirus : les mesures à prendre proposées par la FREE et l'OFSP

    Ven 06 mars 2020

    Comme plusieurs unions ou fédérations d’Eglises, la FREE a proposé à ses Eglises membres de prendre les mesures suivantes en lien avec la propagation du coronavirus ou covid-19. Voici ce qui a été indiqué aux responsables des Eglises membres.

  • Partenariat avec la Ligue pour la lecture de la Bible

    Ven 12 avril 2019

    Le 6 avril 2019, lors de la Rencontre générale de la FREE, Philippe Thueler, Secrétaire général de la Fédération, a annoncé officiellement le partenariat entre la Ligue et la FREE pour la formation et le coaching des églises pour ce ministère.

  • Qui contacter en cas de soupçon d'abus sexuels sur les mineurs?

    Dim 03 mars 2019

    En complément à la nouvelle charte des moniteurs de l'enfance de la FREE, voici la liste des services et associations à contacter, selon les cantons, en cas de soupçon d'abus sur un mineur.

  • Lieux de culte : plutôt adaptés que neutres

    Mer 18 décembre 2019

    « Pour être missionnels, doit-on désacraliser nos lieux de culte ? » Tel était le thème de réflexion de l’après-midi, lors de la Rencontre générale de la FREE, le 23 novembre 2019 à Nyon. Cette réflexion a été introduite, le matin, par une méditation de Myriam Matthey, pasteure dans l’Eglise évangélique « La Fraternelle », à Nyon. Ensuite, durant l’après-midi, une table ronde a rassemblé Marc Gallay, pasteur dans l’Eglise évangélique de Lonay, François Kunz, architecte à Genève et Jacques André, pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny. Il ne sera, semble-t-il, pas nécessaire de « désacraliser » nos lieux de cultes et de les transformer en salles polyvalentes pour les rendre missionnels. Par contre, ils auront souvent besoin d’être adaptés.

Blogs évangéliques

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !