Antioche, berceau historique du christianisme, ravagé par le séisme

mercredi 15 février 2023

En Turquie, la ville d’Antioche, nommée Antakya aujourd’hui, a été ravagée par le séisme d’il y a dix jours. Or cette ville est considérée comme l’un des berceaux du christianisme.

C’est à Antioche que les chrétiens ont été appelés pour la première fois de ce nom-là, selon la Bible (ndlr Actes des Apôtres 11:25-27). C’est là que l’apôtre Paul s’est établi plusieurs années, et d’où il est parti pour évangéliser toute l’Asie mineure. C’est là aussi que Pierre l’a rejoint. Le disciple y aurait fondé l’Eglise d’Antioche, et serait devenu le premier responsable de la population chrétienne établie dans cette ville. Plusieurs Eglises ont ensuite et au fil des siècles vu le jour à Antioche, jusqu’à compter cinq patriarcats différents, tout en vivant un œcuménisme fort.

Ville largement détruite

Mais suite au séisme survenu lundi 6 février, environ 70% de la ville aurait été rasée. Il faut dire qu’elle est située à 200 kilomètres de l’épicentre. Tout un patrimoine cultuel a été démoli. La mosquée d’Abib-i Neccar, la plus vieille de Turquie, n’a par exemple plus que ses murs extérieurs. Quelques centaines de mètres plus loin, l’église grecque-orthodoxe a davantage souffert encore, comme aussi une église protestante. Les rues, pleines de débris, sont impraticables, même pour les véhicules de secours. Parmi les décombres, les bâtiments d’une petite paroisse appelée Saints Pierre et Paul, établie là où se concentraient vraisemblablement les habitations des premiers chrétiens, ont toutefois tenu debout. Et ses responsables ont ouvert leurs portes pour accueillir celles et ceux qui n’ont plus de toit.

Minorité chrétienne

Si l’on parle de berceau du christianisme, les chrétiens sont cependant très peu nombreux en Turquie. Ils ne représentent actuellement que 0,1% de la population de ce pays, d’après le journal La Croix. Il faut dire que s’ils étaient présents depuis les origines du christianisme, les chrétiens d’Orient comme on les appelle ont été discriminés sous plusieurs régimes. On estime qu’au début du 20è siècle, un habitant sur quatre était chrétien au Proche et Moyen-Orient. Ils ne sont aujourd’hui plus que 11 millions dans cette région du monde parmi 320 millions de musulmans, soit un sur trente.

Reconstruction patrimoniale ?

En ce qui concerne la reconstruction des bâtiments religieux, « la priorité est de sauver les vies », ont insisté les spécialistes du patrimoine. Sur le terrain, il y a cette évidence de ne pas privilégier les vieilles pierres aux vivants, rappelant d’ailleurs qu’une communauté religieuse ou une église, c’est avant tout un ensemble de personnes, non un bâtiment.

Gabrielle Desarzens

Une chronique de RTS La Première à écouter ici

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !