Des protestants français et allemands s’opposent à l’extrême-droite

jeudi 12 janvier 2017

L’Eglise protestante d’Alsace-Lorraine et ses voisines allemandes se sont prononcées lundi 9 janvier, ensemble et officiellement, contre l’extrême-droite. Elles l’ont fait à la veille des échéances électorales de 2017.

Christian Albecker, président de l’l’Union des Eglises protestantes d’Alsace et de Lorraine, Jochen Cornelius Bundschuh, évêque de l’Eglise protestante du pays de Bade, et Christian Schad, président de l’Eglise protestante du Palatinat ont épinglé les discours nationalistes et identitaires. S’ils n’ont pas cité nommément le Front national en France ou l’Alternative für Deutschland (AFD), en Allemagne, le Français Christian Albecker a néanmoins parlé de « lepénisation des esprits » et déclaré que « les partis d’extrême-droite ne sont pas compatibles avec la foi chrétienne ».

Dans une déclaration commune, les trois hommes se sont élevés contre toutes les tentatives visant à répandre un climat de suspicion et d’exclusion à l’encontre d’individus ou de groupes d’individus dans le but d’accéder au pouvoir. Car dans les deux pays, l’extrême-droite gagne du terrain. 

Rhétoriques dénoncées 

En France, les sondages indiquent en effet que Marine Le Pen pourrait accéder au deuxième tour de l’élection présidentielle en mai prochain. En Allemagne, l’AFD est créditée de 15% des voix aux législatives de septembre prochain. Ce parti est pourtant apparu il y a seulement 4 ans sur la scène politique. 

En réaction, les protestants rhénans ont donc dénoncé les rhétoriques anti-immigration, anti-réfugiés et antieuropéennes. Ils ont rappelé dans leur texte les valeurs chrétiennes et leur engagement « du côté des faibles, des pauvres et des étrangers », rapporte le journal DNS (Dernières Nouvelles d’Alsace). Et ils l’ont fait de façon très symbolique sur un pont qui enjambe le Rhin entre Kehl et Strasbourg. Si les préoccupations de nombreux électeurs sont aujourd’hui la sécurité et l’immigration, ils ont ainsi souligné qu’il était plus que jamais nécessaire de « construire et traverser des ponts ».

Le poids de l’histoire

Il y a la symbolique du pont, mais aussi celle du lieu géographique et de l’histoire par conséquent : selon Christian Schad, la haine vécue par les générations antérieures, l’une en face de l’autre de part et d’autre du Rhin, n’est pas à reproduire. Or selon lui, la menace n’est pas écartée avec les mouvements très identitaires.

Le rappel historique de la Première et de la Seconde Guerre mondiale devrait porter au-delà des seuls cercles protestants.

Gabrielle Desarzens

Ecouter la chronique de Gabrielle Desarzens pour RTSreligion.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !