Elections au Grand Conseil vaudois : Philippe Jobin : agriculteur, évangélique, et engagé en politique

mardi 28 mars 2017

Deux députés s’affichent chrétiens évangéliques au Grand Conseil vaudois : Jean-Luc Chollet et Philippe Jobin. D’autres sont candidats (voir la liste non exhaustive en encadré). Pour Philippe Jobin, il est très important que des chrétiens s’engagent en politique. Rencontre.

Derrière la baie vitrée de sa cuisine d’Echichens, Philippe Jobin contemple une partie de ses vergers. « Ce qui m’a décidé à entrer en politique, c’est la défense du métier, lance-t-il. Et si je suis entré à l’UDC, c’est parce que j’estimais que c’était le parti qui le défendrait le mieux. Vous me parlez de la défense des petits prônée par l’Evangile ? Mais les petits, ce sont parfois aussi les paysans ! »

Titillé sur les positions antimigratoires de son parti et sur le démantèlement de l’Etat social, il parle de la tendance paysanne de l’UDC qui essaie de trouver un chemin commun avec son aile la plus  à droite. « Philippe ? Il me semble parfois déchiré suivant les options de son parti », indique son collègue socialiste Hugues Gander, qui travaille avec lui en binôme au sein de la Commission de gestion du Grand Conseil vaudois. « C’est quelqu’un qui viendra tout de suite en aide à une personne dans le besoin. » Les deux hommes s’entendent bien et fréquentent le même groupe interconfessionnel de députés qui se réunit une à deux fois par année. Une initiative qui réunit à chaque fois entre 15 et 20 personnes et qui a été mise en place à l’époque par Laurent Wehrli, syndic de Montreux et conseiller national PLR aujourd’hui.

La famille, une valeur sûre

Deux chrétiens évangéliques sur 150 députés, voire jusqu’à une quinzaine suivant le résultat des élections de fin avril, n’est-ce pas dérisoire ? Philippe Jobin hausse les épaules et estime que cela doit correspondre au pourcentage d’évangéliques dans le canton. Mais qu’ils soient évangéliques ou non, il est important pour lui que davantage de chrétiens s’engagent en politique, « car on va au-devant de problèmes éthiques essentiels ». Il met ses chaussures, sa veste, passe la porte vitrée et sort pour montrer son domaine. Dehors, appuyé à un arbre fruitier, il poursuit : « En politique, on peut apporter une patte, une impulsion qui peut être positive en fonction de ce qu’on véhicule comme valeurs personnelles. C’est important que, comme chrétiens, nous y soyons présents parce que nous faisons partie de la société et qu’on a des choses à dire. » Et notre homme de parler de combats qui lui sont chers comme celui d’une déduction fiscale accordée à un parent, homme ou femme, qui ferait le choix de rester à la maison pour s’occuper des enfants ; ou celui du refus d’une concentration urbaine, peu favorable selon lui à la vie de famille. Car cette dernière est essentielle à ses yeux.

Remises en question

A la tête d’un domaine agricole avec 6 hectares et demi d’arboriculture et 36 de grandes cultures (blé, maïs, colza, tournesol), Philippe Jobin consacre 80% de son temps à la politique. Responsable de son groupe au Grand Conseil vaudois, il est aussi municipal, notamment responsable des affaires sociales dans sa commune d’Echichens. Marié, père de 3 enfants, membre de l’Eglise évangélique l’Oasis (FREE) à Morges, il dit se remettre beaucoup en question. « Peut-être parce que j’évolue dans un milieu professionnel où il n’y a pas d’acquis », commente-t-il. S’il se nourrit de son terreau judéo-chrétien, il souhaite être un politique qui crée des ponts et qui sache faire preuve d’ouverture et de collaboration, « pour construire un avenir pour nos enfants », tient-il à souligner

Gabrielle Desarzens

  • Encadré 1:

    Des candidats en relation avec les milieux évangéliques

    Jean-Luc Chollet et Philippe Jobin sont tous les deux agriculteurs et députés UDC.
    Les candidats Nicolas Suter, Olivier Petermann et Maximilien Bernhard sont PLR ; Philippe Corthay, Luc Moinat, Olivier Roth, Roland Villard et Yohan Ziehli UDC ; Raymond Vuadens PS ; Blaise Vionnet et Aurélien Demaurex Vert libéraux ; François Bachmann, David Baumeler, Dora Rentsch, Christian Chiffelle, Marie-Claude Chollet, Colin Donaldson, Philippe Moret, Steve Tanner, Désiré Rusowsky PEV ; Philippe Kappeler, Myriam Avondet, Roland Delapierre, Enrico Fiechter, Serge Herren, Raymond Morel, Walter Muller UDF.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !