×

Message

Failed loading XML...

Le Pilatus PC-12 de la MAF a passé par l'aéroport de Lausanne

Maurice Houriet, représentant de la MAF en Suisse romande et ancien pilote
Maurice Houriet, représentant de la MAF en Suisse romande et ancien pilote
vendredi 29 août 2014

L'avion Pilatus PC-12 de la Mission Aviation Fellowship (MAF) reprend du service en Afrique, après une grande révision en Suisse. Présenté à l'aéroport de Lausanne le 24 août, il est l'un des fleurons d'une mission spécialisée dans les transports et complètement indispensable au travail missionnaire dans le monde.

Fraîchement sorti d'une révision approfondie, le Pilatus PC-12 qui appartient à la Mission Aviation Fellowship (MAF) était de passage à l'aéroport de Lausanne le 24 août dernier. Durant l'après-midi, un flot régulier de curieux et d'amis de l'organisation missionnaire sont venus admirer cet avion capable de transporter 9 passagers ou 1250 kilos de fret.
« Après avoir parcouru plus de trois millions de kilomètres, le Pilatus PC-12 a été pris en charge par les ateliers de l'entreprise RUAG aviation à Locarno, précise Maurice Houriet, représentant de la MAF en Suisse romande et ancien pilote. Il a été inspecté et réparé. Il a également été modernisé. Son tableau de bord est désormais doté d'une interface moderne où les écrans ont remplacé les cadrans. » Cette grande révision, devisée à 420'000 francs, est partiellement payée grâce à des dons spéciaux. Par exemple, des courses sponsorisées ont permis de récolter 75'000 francs et l'entreprise RUAG a offert pour 50'000 francs de main d'œuvre gratuite.

Le rêve inaccessible
L'histoire de cet avion est particulière. Elle a commencé il y a un peu plus de 15 ans avec le rêve d'un pilote suisse de la MAF : doter la flotte de l'organisation missionnaire d'un Pilatus, un avion certes hors de prix pour l'organisation missionnaire, mais capable de voler à haute altitude, de franchir de longues distances et d'éviter des escales difficiles.
« C'est à cette époque qu'un riche britannique nous a appelés pour nous demander s'il pouvait nous faire un don, explique Samuel Jacob, directeur-adjoint de la MAF Suisse. Nous lui avons exposé quelques besoins. A plusieurs reprises, il nous a demandé si nous n'avions pas encore d'autres projets. Finalement, nous avons mentionné notre rêve fou d'acquérir un Pilatus. Et il a offert l'avion à la MAF. C'était pour fêter la naissance de son premier petit-fils. »
Le Pilatus est arrivé en 1998 au Kenya qui est un « hub » – un centre de correspondances – en ce qui concerne le transport aérien en Afrique. Il y a été utilisé jusqu'à sa grande révision en Suisse. Dès le mois de septembre, il poursuit sa mission à partir de la République démocratique du Congo : transports de personnes et de matériel, ainsi que secours médicaux.

Claude-Alain Baehler

  • Encadré 1:

    Daniel Juzi, pilote en Asie centrale
    Marié à Tija et père de deux enfants, le pilote suisse Daniel Juzi travaille en Asie centrale. Il témoigne : « Bien souvent, je fréquente des aéroports situés dans des endroits perdus, sans services ni assistance technique. »
    Ce pilote et mécanicien de la MAF raconte comment il a, un jour, atterri sur une piste rocailleuse au Penjab. « L'endroit était désert, se rappelle-t-il. Mais une fois au sol, nous avons vu arriver beaucoup de monde autour de l'avion. Parmi ces gens, un homme nous a demandé si nous pouvions lui donner de l'aspirine pour soulager ses maux de tête. Il se trouvait à deux jours de voyage du premier centre médical. »
    Lors d'une autre mission en Afghanistan, Daniel Juzi est parti chercher un homme qui souffrait d'une hémorragie interne causée par un accident de cheval. Il raconte : « Nous étions à plus de 500 kilomètres de l'hôpital le plus proche. L'homme blessé a été amené jusqu'à l'avion, attaché à un cheval. Comme nous attendions son arrivée, des gens de l'endroit ont demandé au médecin venu avec nous des consultations médicales. Nous avons organisé cela sous l'avion, par une température de moins 10 degrés. Puis nous avons transporté le blessé à Kaboul. Non seulement il a survécu, mais, quelque temps plus tard, il est rentré chez lui – à pied ! »

  • Encadré 2:

    MAF : « Flying for Life », voler pour promouvoir la Vie
    La Mission Aviation Fellowship (MAF – Association d'aviation missionnaire) a été créée en 1946, afin de répondre aux besoins de nombreuses missions en matière de transports. Actuellement, la MAF transporte chaque année plus 200'000 passagers et près de 8'000 tonnes de matériel au cours de 84'000 vols. Elle dessert quelque 3000 destinations et collabore avec 1490 organisations religieuses et humanitaires. Elle possède 142 avions et bénéficie des compétences de 1200 collaborateurs.
    La MAF propose des transports de personnes et de matériel, ainsi que des secours médicaux. Mais, grâce aux compétences de ses collaborateurs, elle installe également des systèmes de communication par satellites dans des zones isolées ou lors de catastrophes, elle dispense des formations techniques et informatiques, elle aide les organisations missionnaires à coordonner leurs engagements, etc.
    Actuellement, la MAF aimerait engager un pilote issu de Suisse romande. « Nous avons quelques difficultés de recrutement, confesse Cédric Bassin, membre du Conseil suisse de la MAF. Nous désirons engager des chrétiens formés au pilotage, faisant preuve de maturité spirituelle, capables de s'engager à long terme et de supporter un travail très exigeant sur le plan émotionnel... Cela représente beaucoup de qualités réunies en une seule personne. »

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !