Lettre ouverte à Sylvain Freymond (1)

dimanche 16 juin 2013

En mars 2013, Claude-Alain Baehler a fait paraître cette lettre ouverte dans le journal Vivre. Elle a suscité passablement de réactions... Ce qui a conduit l'équipe de Vivre et de lafree.ch à publier un dossier sur ce thème central du culte évangélique dans le numéro de Vivre de l'été. Nous publions cette lettre pour vous permettre de découvrir l'origine de notre démarche.

Cher Sylvain,
Un dimanche de janvier, j'ai participé à une soirée de louange à Morat. Vous la conduisiez en compagnie d'un groupe de musiciens. Selon mon habitude (certainement mauvaise), j'ai regardé les participants... participer.
Bien calés sur leurs chaises, certains regardaient les musiciens, d'autres regardaient le sol. Des couples, assis l'un à côté de l'autre, se tenaient par l'épaule comme s'ils se trouvaient devant la télévision, sur le canapé de leur salon. A part deux pasteurs, debout au premier rang, peu de personnes chantaient. Le groupe de louange, lui, semblait vivre un intense moment de communion avec Dieu... là-bas sur la scène. Cette situation m'a laissé d'autant plus perplexe que je l'avais déjà rencontrée en d'autres occasions, avec d'autres musiciens, eux aussi chevronnés.
Bien entendu, il n'est pas nécessaire que tout le monde chante pour qu'une rencontre de louange soit spirituelle. Cependant, l'un des acquis de la Réformation a été de rendre le culte aux fidèles, notamment en leur permettant de participer par le chant. Dans ce but, les réformateurs se sont distancés des formes complexes de la musique d'Eglise de leur époque – réservée à des musiciens professionnels – pour introduire des mélodies simples, des textes faciles à retenir dans la langue de tous les jours.
Les chorals luthériens, puis les psaumes réformés, n'étaient pourtant pas des chansonnettes. Il s'agissait d'oeuvres travaillées sur les plans théologique, pédagogique, poétique, musical et culturel. Ils ont bénéficié de l'apport d'artistes de très haut niveau comme Jean-Sébastien Bach.
Certes, les temps de louange dispensés dans nos Eglises sont préparés, agencés et travaillés avec soin. La consécration de celles et ceux qui les conduisent est souvent exemplaire. Mais leur tâche est rude ! Ils conduisent dans la présence de Dieu des fidèles qui arrivent mal préparés, stressés par la vie de tous les jours. Et, comble de malheur, nombre d'entre eux sont peu musiciens et pas vraiment chanteurs.
Vous êtes devenu une figure incontournable de la louange en Suisse romande. C'est pourquoi je me permets de vous faire part de trois questionnements.
Mon premier est spirituel. N'aurions-nous pas à améliorer l'accompagnement des participants à un temps de louange ? Les chants se suivent assez harmonieusement, entrecoupés de paroles, de prières et de lectures bibliques appropriées. Ne pourrions-nous pas apprendre à conduire plus efficacement les participants dans la présence de Dieu ? Peut-être arrivent-ils au culte moins préparés que nous l'imaginons ? Peut-être ont-ils besoin d'être mieux « pris par la main » dans leur approche de Dieu ?
Mon deuxième est pédagogique. Nombre des chants que nous entonnons chaque dimanche sont à la portée de musiciens, mais difficiles pour beaucoup de participants. Combien de centaines de rythmes syncopés loupons-nous chaque dimanche, tous lieux de culte confondus en Suisse romande ! N'y aurait-il pas un travail pédagogique à accomplir, de manière à rendre nos chants plus accessibles à des personnes non musiciennes... sans pour autant abandonner les richesses de la musique contemporaine ?
Mon troisième est artistique. Nombre de nos chants contiennent de véritables trouvailles : une belle idée mélodique ou rythmique, une parole qui fait mouche... Mais ces perles sont souvent perdues dans des oeuvres dont la composition est restée au stade du brouillon. La répétition d'une phrase musicale est approximative, parce que le nombre de syllabes du texte n'y est pas... Les temps forts de la musique et du texte se contredisent... Le compositeur aurait dû continuer de travailler son chant, mais il était si content de sa trouvaille qu'il a oublié que l'inspiration n'est rien sans beaucoup de transpiration ! Ne pourrions-nous pas faire grandir notre expérience commune, par exemple en échangeant de bonnes expériences ? Quant aux compositeurs, ne pourraient-ils pas bénéficier de l'aide de professionnels de la musique et des paroles ? A l'heure où il est si simple d'échanger des fichiers de compositions musicales – grâce à Finale (2) ou à l'un de ses petits frères – cela devrait être possible.
En espérant un retour de votre part, veuillez recevoir, cher Sylvain, mes salutations fraternelles.
Claude-Alain Baehler

Notes
(1) Silvain Freymond est musicien. Il est responsable du Département musique de Jeunesse en mission et enseignant dans diverses écoles de louange. Cette lettre ouverte est parue dans le journal Vivre de mars 2013. Elle a suscité plusieurs réactions qui ont conduit à la publication d'un dossier sur la louange dans Vivre de juillet-août 2013.
(2) Finale est un logiciel permettant d'écrire des compositions musicales.

 

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « Oui, la relève de l’Eglise passe par les femmes »

    Ven 16 septembre 2022

    Nel Berner, 52 ans, est dans la dernière ligne droite de ses études en théologie à la HET-PRO. Pour elle, la Bible est favorable au ministère féminin. Et les communautés doivent reconnaître avoir besoin tant d’hommes que de femmes à leur tête.

  • Prostitution à Zurich : l’Eglise en première ligne

    Mar 23 août 2022

    Entre 3'000 et 5'000 personnes se prostituent dans des conditions indignes à Zurich, où une passe oscille entre 20 et 50 francs. En cause : la pauvreté aggravée par la pandémie, épinglent Sœur Ariane et le prêtre Karl Wolf, qui leur apportent quotidiennement nourriture et chaleur humaine. Un reportage diffusé dimanche 28 août dans Hautes Fréquences, sur RTS La Première.

  • « Auras-tu été toi ? »

    Lun 20 juin 2022

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

  • Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Ven 20 mai 2022

    Anaël Bussy vient de démarrer comme ébéniste indépendant à Chevilly, près de La Sarraz. Parmi ses premières réalisations, des plateaux en bois, destinés à la distribution de la Sainte-Cène.

eglisesfree.ch

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !