Mariages forcés et violences sexuelles, armes de persécution contre les chrétiennes

L'Insécurité aggrave la persécution des femmes chrétiennes
L'Insécurité aggrave la persécution des femmes chrétiennes (Portes Ouvertes) icon-info
vendredi 08 mars 2024

Le 8 mars est désignée Journée internationale des droits des femmes. L’occasion pour l’ONG Portes Ouvertes de relayer une nouvelle étude sur la persécution religieuse selon le genre. Dans les pays où la persécution sévit, l'insécurité liée à des conflits armés ou des injustices aggrave encore la situation. Les formes de persécution les plus fréquentes envers les chrétiennes sont les mariages forcés, les différentes formes de violence et les enlèvements.

Sara, quinze ans, vit à Bagdad avec son père. Lorsque l’adolescente s’intéresse à la foi chrétienne et remet en question sa foi musulmane, sa famille réagit par la colère. Après une dispute, son père l’enferme dans sa chambre pendant dix jours, sans nourriture. Lorsqu’il ouvre enfin la porte, il informe Sara que le lendemain, elle devra épouser le neveu de sa belle-mère : « Je ne t’ai pas bien élevée, peut-être qu’il le fera, lui ! », déclare son père. De manière miraculeuse, Sara réussit à s’enfuir dans le nord de l’Irak. Mais pour une femme, vivre seule n’est pas considéré comme acceptable dans ce pays. Des hommes tentent de l’exploiter sexuellement. Rejetée par sa famille, le quotidien de Sara est devenu très précaire.

L’insécurité aggrave la persécution des chrétiennes

Relatée par Portes Ouvertes, cette histoire vraie illustre à quoi peut ressembler la persécution religieuse touchant particulièrement les femmes. En effet, selon une étude publiée le 1 er mars par l’ONG de soutien aux chrétiens persécutés, la manière dont femmes et hommes subissent la persécution liée à leur foi en Jésus diffère en fonction de leur genre. Et les contextes d’insécurité (conflits armés, catastrophes naturelles, instabilité politique, effondrement économique etc.) aggravent encore les vulnérabilités existantes, précise le nouveau rapport sur la persécution religieuse liée au genre (GSRP).


Dans ces contextes, la persécution visant les femmes et les filles est plus cachée et complexe que celle envers les hommes. Elle a lieu dans le cadre privé et est souvent perpétrée par des personnes de l’entourage. Les formes les plus fréquentes sont le mariage forcé, la violence sexuelle, la violence physique, la violence psychologique et l’enlèvement. Les hommes et les garçons subissent aussi de la violence physique et psychologique, et ils sont plus susceptibles d’être emprisonnés, harcelés sur leur lieu de travail, enrôlés de force dans l’armée ou sous pression économique.

Violences sexuelles dans 84% des pays de l’Index de persécution

Omniprésentes dans les conflits, les violences sexuelles sont à la fois une arme de guerre et une conséquence indirecte de l’accroissement de l’instabilité, rapporte l’étude de Portes Ouvertes. Avant de donner ces chiffres alarmants: Dans 82% des 50 pays où la persécution sévit le plus fortement, les femmes chrétiennes sont touchées par les violences sexuelles. Elles sont à risque d'être mariées de force dans 84% de ces pays, de subir des violences physiques dans 72% et d'être kidnappées dans 62% d’entre eux.
« Il est de plus en plus reconnu que les identités religieuses, les croyances et les communautés jouent des rôles importants et variés dans les contextes de violences, comme les conflits » précise le rapport GSRP 2024. Les chrétiens se retrouvent pris dans une sorte d’engrenage: « Lorsqu’il existe déjà des niveaux élevés de persécution religieuse, les situations de fortes violences peuvent créer de nouvelles possibilités de persécution », indique encore le communiqué.

Du 14 au 17 mars 2024, Portes Ouvertes Suisse organise une tournée sur cette thématique. Différentes Eglises accueilleront la visite de Migdaled, une Mexicaine qui ose parler de Jésus là où les gangs du crime organisé font régner la loi du silence.

Flyer pour la tournée de Migdaled en Suisse

 

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

  • Un·e responsable des finances (10%)

    Lun 29 janvier 2024

    Plus grande fédération d’Eglises évangéliques en Suisse romande, la FREE offre un cadre de travail dynamique et défiant, en lien étroit avec les autres acteurs du milieu chrétien évangélique romand, suisse et international. Dans ce cadre, la FREE recherche un·e responsable des finances.

  • Rencontre générale : une fédération utile

    Mer 29 novembre 2023

    La Rencontre générale du 25 novembre 2023 a permis de remercier Stéphane Bossel pour 23 ans d’engagements divers et importants dans la FREE. Elle a aussi permis à l’équipe de direction de partager quelques priorités, notamment le sens, les valeurs et la plus-value que la FREE peut offrir aux Eglises.

  • Rencontre générale de la FREE : l’équipe de direction souffle sa première bougie

    Sam 08 avril 2023

    La Rencontre générale de la FREE, qui a eu lieu le 1er avril 2023 à Aigle, a permis à la nouvelle équipe de direction de dresser un bilan, après tout juste une année de fonctionnement. Et ce qui saute aux yeux, c’est le grand nombre des défis à relever.

  • FREE : une première « Journée stratégique »

    Ven 03 février 2023

    Les personnes qui exercent un rôle dans la FREE se sont réunies en janvier pour réfléchir à la mise en œuvre de la nouvelle « gouvernance à autorité distribuée » (1). Retour sur une « Journée stratégique » conviviale et studieuse.

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !