×

Message

Failed loading XML...

Burkina Faso: Jacques Blandenier reçoit un doctorat honoris causa

Serge Carrel jeudi 31 janvier 2019

A 80 ans, Jacques Blandenier, pasteur et formateur dans la FREE, reçoit un doctorat honoris causa de l’Université chrétienne Logos du Burkina Faso. Un hommage pour la formation théologique dispensée à des responsables d’Eglises en Afrique francophone et pour l’envoi de livres de qualité aux bibliothèques des lieux de formation.

Le 26 janvier à Ougadougou (Burkina Faso), le pasteur et théologien Jacques Blandenier a reçu un doctorat honoris causa (Doctor of Divinity) de l’Université chrétienne Logos, une antenne de la Logos University International de Jacksonville aux Etats-Unis. Ce titre vient récompenser l’engagement de ce formateur d’adultes au sein de la FREE, aujourd’hui retraité, pour son enseignement dispensé au Burkina Faso et dans d’autres pays d’Afrique francophone, ainsi que pour son implication dans la constitution de bibliothèques de qualité dans une douzaine d'instituts bibliques et de facultés de théologie de cette région.

Trois heures de cérémonie !

« La cérémonie a duré trois heures et elle était suivie par plus de 800 personnes, explique Jacques Blandenier à son retour du Burkina Faso. Le style était très américain, puisque nous portions des habits comme ceux que portent les diplômés d’universités en Amérique du Nord, mais la fête s’est déroulée avec une effervescence toute africaine ! » A cette occasion, l’Université chrétienne Logos marquait ses 10 ans d’existence. Une quarantaine d’étudiants ont reçu leur licence en théologie, une dizaine leur master et 4, dont Jacques Blandenier, un doctorat.

« Il est urgent, pour Jacques Blandenier, de former une nouvelle génération de pasteurs munis d'une solide formation biblique et théologique pour nourrir un monde évangélique africain en forte croissance, mais dont de nombreuses Eglises sont souvent dépourvues d'un enseignement solide qui les enrtacine à la fois dans la culture de leur pays et dans la connaissance de la Parole de Dieu. C'est un engagement stratégique afin que les chrétiens africains puissent apporter une contribution nécessaire à l'éthique et à la politique de leurs pays, et les préserve de diverses déviations qu'on remarque déjà dans de nombreux endroits. »

La Faculté de théologie de l’Université chrétienne Logos de Ouagadougou accueille principalement des pasteurs qui viennent parfaire leur formation à raison de 2 semaines tous les 3 mois, et ce sur 4 ou 5 ans. Ces pasteurs proviennent de toutes les Eglises protestantes du Burkina Faso : des Assemblées de Dieu, des Eglises de Pentecôte, des Eglises baptistes, des Eglises CMA…

L’occasion d’honorer les Groupes Missionnaires

« A 80 ans, je ne cours pas après les honneurs, ajoute Jacques Blandenier. Mais je suis reconnaissant pour cette marque d’estime que je reçois comme venant de tous les lieux de formation africains dans lesquels j’ai pu enseigner l’histoire de l’Eglise, l’histoire des missions et la christologie. » Lors de la petite allocution qui a marqué l’octroi d’un doctorat à Jacques Blandenier, les Editions des Groupes Missionnaires ont également été mentionnées. Cette maison d’édition de Suisse romande a publié nombre de livres orientés sur la mission ou l’évangélisation, dont de nombreux exemplaires sont partis en Afrique.

Outre pour ses activités d’enseignant dans les facultés et instituts évangéliques francophones, Jacques Blandenier est aussi connu pour ses livres parmi lesquels : Martin Luther & Jean Calvin : contrastes et ressemblances (Dossier Vivre 29, 20162), Jésus-Christ : Dieu avec nous (Dossier Vivre 23, 20152), Pour une lecture de l’Ancien Testament à la lumière de l’Evangile (Excelsis, 2011), Les pauvres avec nous (Dossier Vivre 26, 2006), L’évangélisation du monde : des origines au XVIIe siècle et L’essor des missions protestantes : du XIXe au milieu du XXe siècle (Groupes Missionnaires, 1988 et 2003).

Serge Carrel

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !