«La nature se venge-t-elle? Covid-19: liens entre maladies infectieuses, biodiversité, élevage et agriculture» par Roger Zurcher

Roger Zurcher vendredi 17 avril 2020 icon-comments 3

Ingénieur agronome, Roger Zurcher propose son analyse de l’explosion de la pandémie de coronavirus sur l’ensemble de la planète. Responsable des programmes à FH Suisse (Food for the Hungry), il est aussi intervenant à HEPIA, la Haute école du paysage, d'ingénierie et d'architecture de Genève dans la filière agronomie, il est très actif dans la promotion de l’agroécologie en Suisse et dans les pays du Sud.

L’arrivée du covid-19 en décembre 2019 en Chine s’inscrit dans le cadre d’une augmentation généralisée des maladies infectieuses dans le monde. C’est l’avis du chercheur au CNRS Serge Morand, dans un entretien avec Marion Paulic en mars 2020 (1). L’augmentation est constante depuis les années 1920 et particulièrement après la Deuxième Guerre mondiale. Pourtant, depuis le XIXe siècle, grâce aux progrès de l’hygiène, le nombre de morts dus à des maladies infectieuses a fortement diminué, jusqu’à l’arrivée de la dévastatrice grippe « espagnole » pendant la Première Guerre mondiale. 

Pourquoi donc ces maladies augmentent-elles, alors que globalement la mortalité infantile recule et que la population mondiale a un meilleur accès aux services de santé ? La réponse est liée aux modifications des relations entre les animaux et les humains, selon Serge Morand. En effet, depuis 1950, la production mondiale de viande a été multipliée par 7 en 60 ans, alors que la population était multipliée par 3 pendant la même période. Ces changements de régime alimentaire ont coïncidé avec le développement de l’élevage industriel. On a vu ainsi apparaître des fermes d’engraissement de plusieurs milliers d’individus, qui consomment, dans de nombreux pays, des céréales cultivées sur des terres gagnées sur les forêts. Les superficies disponibles pour la faune sauvage ont été fortement réduites, particulièrement dans les zones à forte densité de population, comme l’Asie ou l’Europe.

L’homme modifie les équilibres globaux 

Dans son rapport publié tous les deux ans au sujet de la biodiversité « Planète vivante », le WWF indique que près de 20 % de la forêt amazonienne a disparu en 50 ans. Entre 2000 et 2014, le monde a perdu au total 920’000 km2 de forêts intactes, une surface quasi égale à la France et l'Allemagne réunies. Contrainte de se déplacer, la faune sauvage entre en contact avec les animaux domestiques. Cette proximité est connue pour favoriser l’émergence des maladies infectieuses. Un virus qui vit sur un animal sauvage, comme la chauve-souris, peut ne pas poser de problème, mais devenir extrêmement pathogène, quand il mute et s’adapte à une espèce domestique, comme le porc. Quand ces derniers sont élevés en masse et surtout avec une variabilité génétique très pauvre (2), cela laisse le champ libre au virus, qui peut se transmettre à l’homme et se répandre à grande vitesse.

Ce qui a changé au XXe, puis au XXIe siècle, c’est l’entrée dans « l’anthropocène », cette période marquée par l’influence qu’exerce l’être humain sur le système terre. Pour la première fois dans l’histoire de la Terre, l’homme a réussi à modifier le fonctionnement même de notre planète. Hélas, cela ne s’est pas fait à son bénéfice. Nous assistons plutôt à un effondrement des équilibres qui caractérisaient la seule planète de notre système solaire qui abrite la vie.

Après une autorité exercée abusivement, un retour de bâton ? 

Cette industrialisation a vu le jour en Europe par le développement de la pensée de Descartes et des Lumières. Celle-ci a amené une chosification de la nature et introduit une vision mécaniste du monde, dans un processus qui a malheureusement aussi été appliqué au vivant. Au lieu d’exercer son mandat de gestion de la nature de façon responsable (3), l’homme a produit sa nourriture en utilisant les règles de maximisation du profit, au détriment de la durabilité et du respect de la Création.

Aujourd’hui, face au covid-19, il est intéressant de constater que dans certaines parties du monde, il ne fait aucun doute que ce qui arrive est une punition de Dieu. « Dieu est fâché avec nous », comme on peut l’entendre dans de nombreux témoignages sur la Toile. Dieu laisse-t-il la nature se venger ? Et si nous récoltions « simplement » ce que nous avons semé ? Appartenant à la Création, les atteintes à cette dernière par les humains finissent par se retourner contre eux. Nous observons aujourd'hui de plus en plus les conséquences des mauvais choix d’une partie de l’humanité par rapport à la Création, ce qui ne doit pas nous empêcher de travailler à la réconciliation avec elle. 

Il est probable qu’après cette crise, on édicte des lois pour augmenter les stocks de matériel médical afin d’éviter les pénuries que nous connaissons actuellement, mais est-ce que des changements de politique alimentaire et agricole auront lieu ? Cette crise nous montre que nos systèmes alimentaires sont défaillants et mêmes mortifères...

Cette crise ouvre-t-elle un chemin vers l’avenir ? 

Loin de moi l’idée de minimiser les souffrances et les drames liés au covid-19. On peut toutefois les voir, non pas comme une vengeance aveugle de la Terre qui finira par tous nous exterminer (4), mais comme les douleurs de la naissance… Ce qui très différent ! De quelle naissance parle-t-on ? La Création souffre et attend son heure (5). Le Royaume de Dieu, la justice et la paix, n’est pas toujours évident à voir, mais il est déjà là (6)... Avez-vous remarqué ces nouvelles qui montraient le ciel à nouveau bleu dans les grandes villes de Chine ? Avez-vous perçu comme on entend mieux le chant des oiseaux quand le bruit des camions et des avions a disparu, comme de nouveaux liens et la créativité se développent entre humains qui souffrent ? Le Royaume s’étend... 

La solution n’est pas forcément d’arrêter toute l’économie, comme elle a pu l’être pendant un temps, mais au lieu de renforcer uniquement les services de santé pour mieux répondre aux futures crises, nous pouvons agir sur les causes de l’émergence de maladies infectieuses et restaurer nos systèmes alimentaires. Pour cela quatre mesures principales s’imposent : 

1) Diminuer les transports internationaux, relocaliser l’économie, favoriser l’économie circulaire. La réduction des échanges diminue les risques et diminue les gaz à effet de serre par la même occasion.

2) Passer partout à une agriculture locale et biologique : cette agriculture, basée principalement sur des semences ou espèces locales, nécessite peu d’intrants et vit de circuits courts et locaux pour la commercialisation. La diversité favorise la résilience et diminue les risques.

3) Supprimer l’élevage intensif et favoriser des races locales adaptées au contexte. La diversité de ces races ne permettra pas à des épidémies de se répandre comme actuellement.

4) Introduire des mesures politiques véritablement incitatives vers cette transformation du système alimentaire.

Chaque acte de justice fait reculer l’injustice. Chaque acte d’amour fait reculer l’égoïsme. Réjouissons-nous, la lumière vient, les injustices cesseront, la souffrance s'arrêtera. La réalité et la beauté du Royaume de Dieu est déjà visible aujourd'hui, mais elle remplira toute la terre, quand Jésus viendra. Je me réjouis de vivre sur une Terre (7) débarrassée du mal, sans maladie, sans enfants ou adultes qui meurent. Au-delà de la souffrance aujourd’hui, nous apercevons le Royaume de Dieu. 

Roger Zurcher

 

Notes
1 Voir Marion Paulic, « Nous créons de nouvelles conditions écologiques propices aux épidémies », Interview de Serge Morand, Le 1, 18 mars 2020, no 288. Cet article est payant. Serge Morand est aussi co-auteur de plusieurs livres sur le sujet, dont « Faune sauvage, biodiversité et santé, quels défis ? » en 2014 et « La Prochaine Peste. Une histoire globale des sociétés et de leurs épidémies » en 2016. France Inter parle aussi de cet article.
2 C’est le cas pour les porcs d’engraissement, mais encore plus pour les poulets d’engraissement qui sont presque tous issus des mêmes lignées, ce qui est très risqué, en termes de résilience face aux pathogènes.
3 Selon le texte de la Bible de Genèse 2.15.
4 Ce qui est d’ailleurs souhaité par certains extrémistes qui pensent que seule la disparition de l’espèce humaine sauvera la Terre.
5 Voir Romains 8.22.
6 Voir Luc 17.20-21.
7 Apocalypse 5.10.

3 réactions

  • Andre Geiser vendredi, 17 avril 2020 17:01

    Merci pour cette reflexion qui met l'humain face à ses responsabilités.

  • Sylvie Rossel samedi, 18 avril 2020 11:04

    Article très intéressant du point de vue historique, et qui amène un éclairage pertinent mais malheureusement inexistant dans nos médias. Merci aussi pour l’espérance qu’il contient!

  • Sonia mardi, 21 avril 2020 08:26

    Bravo pour cet article. Oui, nous avons usé, nous avons abusé de cette nature que Dieu nous a confiée.
    Soyons acteurs sur cette planète et osons individuellement de réels changements. A titre d’exemple, lorsque j’ai renoncé à manger viande et poisson, j’ai eu droit à bien des remarques et moqueries mêmes d’amis chrétiens!!!

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

3 juin

  • «Définitivement acquitté!» avec Norbert Valley (Ciel! Mon info)
  • «Guérir de son passé» avec Jacques Poujol (Vitamine B)

10 juin

  • «La paternité de Dieu» avec Paul Hemes (Ciel! Mon info)
  • «La protection divine» avec Anne Emmett (Vitamine B)

myfreelife.ch

  • L’Eglise La Passerelle investie dans le don de nourriture pour près de 500 personnes

    Mer 27 mai 2020

    Dans l’opulente Riviera lémanique, à Vevey, près de 500 personnes viennent chercher chaque semaine des produits alimentaires frais dans les locaux de l’Etape. « Le semi-confinement a plus que triplé le nombre de personnes dans le besoin », commente sur place Jean-Blaise Roulet, pasteur de l’Eglise La Passerelle (FREE), partie prenante de cette aide.

  • « Dieu m’a conduite. »

    Mar 19 mai 2020

    « Travailler dans une œuvre chrétienne n’est pas toujours facile. Il faut savoir pourquoi on est là ! » Rire en cascade et lunettes bien ajustées, Françoise Huguelet tire fin juin sa révérence à la FREE, qu’elle aura servie pendant 13 ans. Rencontre.

  • «Chronique de la salle de bain #9» : «Il était une fois un homme sage et son disciple...» (Marie Ray)

    Lun 11 mai 2020

    Dans un pays lointain d'ici, il y avait un homme parcourant le pays pour partager la Bonne Nouvelle de Jésus, souvent avec son disciple... Un jour, tout bascule et ils se font arrêter et jeter en prison... Quelle sera leur attitude dans cette épreuve? C'est la découverte que nous propose Marie Ray à l’occasion de sa neuvième « Chronique de la salle de bain ». Un clip à découvrir.

  • Sion : le culte "drive-in" passe à la trappe

    Jeu 30 avril 2020

    Après une première très concluante dimanche 26 avril, le culte en mode drive-in à Sion ne peut se répéter : le pasteur Matthias Radloff a reçu mercredi 29 avril une interdiction de la part des autorités cantonales. Il fulmine.

eglisesfree.ch

  • Coronavirus : les mesures à prendre proposées par la FREE et l'OFSP

    Ven 06 mars 2020

    Comme plusieurs unions ou fédérations d’Eglises, la FREE a proposé à ses Eglises membres de prendre les mesures suivantes en lien avec la propagation du coronavirus ou covid-19. Voici ce qui a été indiqué aux responsables des Eglises membres.

  • Partenariat avec la Ligue pour la lecture de la Bible

    Ven 12 avril 2019

    Le 6 avril 2019, lors de la Rencontre générale de la FREE, Philippe Thueler, Secrétaire général de la Fédération, a annoncé officiellement le partenariat entre la Ligue et la FREE pour la formation et le coaching des églises pour ce ministère.

  • Qui contacter en cas de soupçon d'abus sexuels sur les mineurs?

    Dim 03 mars 2019

    En complément à la nouvelle charte des moniteurs de l'enfance de la FREE, voici la liste des services et associations à contacter, selon les cantons, en cas de soupçon d'abus sur un mineur.

  • Lieux de culte : plutôt adaptés que neutres

    Mer 18 décembre 2019

    « Pour être missionnels, doit-on désacraliser nos lieux de culte ? » Tel était le thème de réflexion de l’après-midi, lors de la Rencontre générale de la FREE, le 23 novembre 2019 à Nyon. Cette réflexion a été introduite, le matin, par une méditation de Myriam Matthey, pasteure dans l’Eglise évangélique « La Fraternelle », à Nyon. Ensuite, durant l’après-midi, une table ronde a rassemblé Marc Gallay, pasteur dans l’Eglise évangélique de Lonay, François Kunz, architecte à Genève et Jacques André, pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny. Il ne sera, semble-t-il, pas nécessaire de « désacraliser » nos lieux de cultes et de les transformer en salles polyvalentes pour les rendre missionnels. Par contre, ils auront souvent besoin d’être adaptés.

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !