«Manuel des bonnes pratiques agroécologiques»: présentation d’une publication du Secaar avec Simplice Agbavon (avec une émission de radio)

mercredi 09 décembre 2020

Ils en sont fiers de leur manuel ! Et c’est vrai qu’il en jette. Qualité du propos, qualité de la mise en page, qualité des images et des illustrations… Le « Manuel des bonnes pratiques agroécologiques » publié par le Service chrétien d’appui à l’animation rurale (Secaar) à Lomé (Togo) est l’œuvre d’une équipe de rédaction avec des noms connus dans le milieu évangélique romand : Thibaud Rossel, proche de l’Eglise évangélique La Colline à Crissier (FREE), et Roger Zürcher, ingénieur agronome. Le Togolais Simplice Agbavon fait aussi partie de cette équipe de rédaction. Rencontre avec celui qui depuis 16 ans est le secrétaire exécutif du Secaar ! L'interview est aussi disponible sous forme audio grâce à David Désiré Eba (FOMECAF).

 

Que représente pour vous la publication de ce « Manuel des bonnes pratiques agroécologiques » ?

La sortie de ce manuel crédibilise davantage le Secaar par rapport au travail effectué sur le terrain. Par le passé, nous avons accompli beaucoup de choses dans le domaine du conseil agricole, sans trop laisser de traces. Consigner nos expériences dans un écrit, c’est accroître notre capacité de partage avec les organisations et les producteurs qui s’impliquent dans l'agroécologie.

A quel public est destiné à un tel manuel ?

Ce manuel est destiné aux responsables d'organisations qui accompagnent les paysans. Il est aussi destiné aux producteurs eux-mêmes sur le terrain, parce qu'on y trouve de nombreuses propositions pratiques.

En travaillant avec les agriculteurs, nous avons constaté que leur production diminuait, malgré l’utilisation d’intrants chimiques (engrais et pesticides), qui, économiquement, leur sont de moins en moins accessibles. Il nous fallait réfléchir à des alternatives qui leur permettent d'avoir le même niveau de rendement, donc le même niveau de revenus.

L'agroécologie vous est apparue comme le moyen de rendre l'agriculture aux paysans…

Oui ! L’agroécologie apparaît comme la seule alternative qui permette à ces paysans de régler leurs problèmes de rentabilité et de durabilité. Nous avons commencé à identifier des pratiques que l'on pouvait améliorer ensemble pour leur permettre d'avoir un niveau de rendement et un niveau de revenus acceptables.

Lorsqu’on parle d'agroécologie, qu'est-ce que cela veut dire pour vous ici au Togo ?

Au Secaar, nous comprenons l’agroécologie comme une manière de produire de la nourriture dans un environnement équilibré. L’agroécologie n'est pas qu’un ensemble de pratiques agricoles comme le couvert végétal, l’association et la rotation des cultures, l'utilisation d'engrais organiques, les biopesticides, la technique du zaï… mais cela touche également un volet social avec la question du plaidoyer et un volet économique avec la vente directe et les circuits courts.

Qu’apporte l'agroécologie à une famille d'agriculteurs de votre région ?

Notre expérience montre qu’avec l’agroécologie les familles d’agriculteurs que nous conseillons réussissent à améliorer leur niveau de vie. Les producteurs qui produisaient moins d'une tonne de maïs ou de céréales par hectare et par année, arrivent maintenant à trois tonnes ou à trois tonnes et demie par an, sur une période de trois à cinq ans.

L'autre élément qui n'est pas directement mesurable, c'est la préservation des sols. Avec l’agroécologie, au lieu de laisser les sols se dégrader, nous parvenons à les restaurer, eux qui n’étaient pratiquement plus cultivables. Après 5 ans de travail, certains paysans ont produit des récoltes incroyables avec des superficies sur lesquelles ils n'arrivaient plus à avoir de récolte du tout.

Avec l’accompagnement proposé par le Secaar, vous avez restauré la vie biologique des sols, en multipliant les vers de terre, les collemboles et tous les microorganismes qui y vivent…

Oui. Au niveau des formations que nous proposons, nous mettons beaucoup l'accent sur la restauration des sols à partir de ces éléments de microbiologie. Toutes les pratiques combinées ont pour objectif d'amener les producteurs et les productrices à enrichir la vie organique du sol et sa fertilité.

Ce livre est sorti il y a 3 mois, qu'espérez-vous générer, sur la durée, au travers d'une telle publication ?

Notre espoir, c'est de voir davantage de « conversions » à l’agroécologie parmi les agriculteurs. Une fois que nos paysans disposeront d’alternatives crédibles, ils pourront facilement délaisser l'utilisation des intrants chimiques et des pesticides qui appauvrissent les sols.

Y a-t-il une dimension chrétienne à ce livre ?

Pour nous, l’agroécologie n'est pas seulement une technique de culture. Cela nous permet de nous réconcilier avec la terre. Le Togolais moyen qui pratique l’agriculture conventionnelle se trouve dans un rapport de domination des ressources naturelles et environnementales, alors que Dieu nous invite à entrer dans un rapport de coopération avec tous ces éléments qu'il a mis à notre disposition. Il faut aider les paysans à développer une nouvelle relation avec la terre et une réconciliation avec toute la création. Nous sommes appelés à être des jardiniers dans le grand jardin où Dieu nous a placés.

Propos recueillis par Kossi Delphin Gake et Serge Carrel

Le « Manuel des bonnes pratiques agroécologiques » à feuilleter sur Issuu

  • Encadré 1:

    Simplice Agbavon en bref

    Ingénieur agroéconomiste, Simplice Agbavon est depuis 16 ans le secrétaire exécutif du Secaar (Service chrétien d’appui à l’animation rurale) à Lomé (Togo). Chargé de la coordination du programme dans ce service aux agriculteurs, ce Togolais est l’une des chevilles ouvrières qui a réalisé le « Manuel des bonnes pratiques agroécologiques » (Lomé, Secaar, 2020, 176 p.).

  • Encadré 2:

    Le Secaar en bref

    Le Service chrétien d’appui à l’animation rurale (Secaar) représente un réseau de 19 Eglises et organisations chrétiennes d'Afrique et d'Europe, parmi lesquelles : l’Alliance missionnaire internationale (AMI) et les Assemblées chrétiennes au Tchad. Engagé dans des actions de développement dans le domaine agricole, le Secaar cherche à intensifier les échanges pour mieux valoriser les expériences particulières. Il assure ainsi la conception, l'élaboration, la gestion, le suivi et l'évaluation de projets de développement.

    Aujourd'hui, son siège est à Lausanne (DM-échange et mission, une ONG des Eglises réformées de Suisse romande) et son secrétariat exécutif à Lomé au Togo.

    Sur son site web, le Secaar propose une série de fiches pratiques autour de la « Production améliorée du bananier plantain », de « La technique du zaï », de la « Méthode de compostage »… Il présente aussi de nombreuses vidéos sur des thèmes en lien avec l’agroécologie : « Adoptons les plantes médicinales », « Le couvert végétal », « Sauvegardons la terre grâce à l’agroécologie »…

    Le site du Secaar.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !