RDC : Fanny Ukety saluée comme la «Néhémie» de l’Ituri

Les 700 femmes du CEMADEF-Bunia en assemblée.
Les 700 femmes du CEMADEF-Bunia en assemblée.
jeudi 18 octobre 2018 icon-comments 1

Pendant de nombreuses années, les Eglises de la FREE ont développé un engagement humanitaire et missionnaire dans le nord-est de la République démocratique du Congo. Serge Carrel de lafree.info s’est rendu dans la province de l’Ituri, notamment pour réaliser des reportages et des interviews autour de l’ONG CEMADEF. Cette ONG, fondée par Fanny Ukety, autrefois membre de l’Eglise évangélique de Meyrin, rassemblait 700 femmes mardi dernier pour une grande fête.

«Fanny Ukety est notre Néhémie !» Voilà ce que quelque 700 femmes ont entendu mardi 16 octobre à Bunia, la capitale de la province de l’Ituri, au nord-est de la République démocratique du Congo. Rassemblées dans la salle de culte de la Communauté Emmanuel de Bunia-centre, ces femmes arboraient des tenues de fête, chantaient et dansaient pour marquer la matinée spéciale qu’organise chaque semestre le CEMADEF. Cette institution de micro-crédits rassemble sur l’ensemble de la province plus de 9000 femmes qui, à partir de 9 sites, bénéficient de prêts allant de 50 à 500 dollars.

Après 12 ans d’exil à Genève, le retour à Bunia

Fanny Ukety lors de son intervention le 16 octobre à la rencontre du CEMADEF-Bunia.«Fanny Ukety a connu la douceur de la vie en exil à Genève pendant 13 ans, a continué la prédicatrice du jour, et, tout comme le personnage biblique de Néhémie exilé à Babylone, elle n’a pas oublié le goût de sa terre natale.» Elle s’est informée de l’extrême pauvreté des femmes de l’Ituri, elle a prié et lancé voilà 12 ans le CEMADEF. «A l’exemple de Néhémie, elle «s’est levée et a reconstruit les murailles» de la vie de femmes et de familles, en leur proposant de petits crédits pour lancer des microentreprises», donnant dans la culture de légumes, la vente de fruits au marché, la couture ou la petite restauration.
«Chaque jour, je suis impressionné de voir comment le CEMADEF grandit, a commenté Pacifique Keta Upar, le vice-gouverneur de la province, qui participait à la manifestation. Non seulement cette institution de micro-crédits s’occupe des aspects financiers des prêts, mais elle propose aussi de la formation personnelle dans des domaines aussi divers que la santé, le droit et le développement durable.»

Des trajectoires de vie qui changent grâce au CEMADEF

Peu avant dans la matinée, plusieurs femmes avaient pris la parole en plénière pour faire part de leur histoire. L’une a raconté les difficultés qu’elle a rencontrées dans l’éducation de ses enfants. Plusieurs ne sont pas allés au terme de leur scolarité, mais, grâce à l’épargne consentie régulièrement en lien avec son prêt, elle a pu payer deux ans d’études universitaires à l’un de ses fils. Une autre, déplacée voilà quelques années dans la région de Bunia à cause de troubles qui ont sévi dans le Kivu, a acheté un champ de 6 hectares et s’est lancée dans la culture du maïs, puis dernièrement du cacao. Elle y consacre aujourd’hui un hectare de sa plantation et parvient à vendre ses fèves un bon prix au kilo.
Une troisième a relaté avec beaucoup d’émotion comment une formation juridique sur le mariage civil dispensée par le CEMADEF avait entraîné un changement dans son statut matrimonial. Mariée de façon coutumière en 1976, elle a demandé à son mari de contracter avec elle le mariage civil proposé par l’Etat, afin d’échapper à la dépossession de tous ses biens par sa belle-famille, au cas où son mari viendrait à décéder. Réticent au début, son mari a finalement accepté de passer par une cérémonie civile afin de ne pas précariser les conditions de vie de son épouse, en cas de décès. Tout à sa joie, cette femme dans la soixantaine a montré fièrement aux 700 autres présentes l’alliance qui ornait l’un de ses doigts.

Elargir l’éventail des contributeurs

IMG 2115«Ce que je déplore, a poursuivi le vice-gouverneur devant les 6 ou 7 journalistes présents pour un point-presse à l’issue de la rencontre, c’est que le CEMADEF n’a pas poursuivi avec son volet éducation-alphabétisation. Nous souhaitons que cette ONG continue son travail, même si le gouvernement ne lui accorde aucune aide financière.» Cela pourrait peut-être changé, a ajouté Pacifique Keta Upar. Le vice-gouverneur, en campagne à l’occasion des prochaines élections présidentielles et parlementaires du 23 décembre, a indiqué que le gouvernement provincial pourrait solliciter certains partenaires privés ou des «fonds de contrepartie», déjà mobilisés cette année pour la construction d’une laiterie industrielle dans la région.
Après le départ du vice-gouverneur, Fanny Ukety, la directrice du CEMADEF, a expliqué que l’ONG avait dû réduire la voilure à partir de 2017 et renoncer à un projet d’alphabétisation des femmes, à cause d’un nombre insuffisant de participantes. «Nous souhaitons continuer à chercher des fonds pour permettre aux différentes antennes régionales de micro-crédit d’être indépendantes financièrement. L’antenne de Bunia l’est actuellement, mais ce n’est pas le cas des 8 autres.» Pour y parvenir, la «Néhémie de l’Ituri» souhaite que l’association Assafi en Suisse puisse continuer sa récolte de fonds et que d’autres partenaires se joignent à un projet qui change concrètement la vie de milliers de femmes dans cette région.
Serge Carrel
En reportage à Bunia (RDC)

Le site du CEMADEF.

  • Encadré 1:

    Fanny et Tony Ukety en bref

    Originaires de l’Ituri au nord-est de la République démocratique du Congo, Fanny et Tony Ukety viennent de rentrer au pays après 13 ans passés à Genève dans le cadre de l’OMS pour Tony, médecin de profession. Membres de l’Eglise évangélique de Meyrin (FREE) durant leur temps en Suisse, les Ukety se sont beaucoup engagés dans les activités de l’Eglise locale, mais aussi de StopPauvreté pour Fanny.
    Préoccupée par l’extrême pauvreté de nombre de femmes en Ituri, elle a fondé une ONG de microcrédit, le CEMADEF, pour permettre aux habitantes précarisées de cette région d’assurer un minimum pour leur famille, du point de vue alimentation et éducation. Pour récolter les fonds nécessaires aux lancements de ces microcrédits, Fanny Ukety a participé à la création d’Assafi en Suisse, une association coprésidée par Anne-Christine Horton et Roger Heiniger et qui récolte des fonds pour les microcrédits en faveur des femmes ituriennes.
    Le site d’Assafi.

Serge Carrel

Serge Carrel est au bénéfice d’une formation double: théologique et journalistique. Après dix ans de pastorat en France et en Suisse romande, il a travaillé huit ans comme journaliste aux émissions religieuses de la RTS. Aujourd’hui formateur d’adultes et journaliste en lien avec la Fédération romande d’Eglises évangéliques (FREE), il essaie de tirer le meilleur parti de ce double ancrage. Que ce soit dans le cadre du FREE COLLEGE, de lafree.ch, de Vivre ou de la fenêtre chrétienne de MaxTV.

Formation reçue

Master en théologie (UNIL, 1986)
Centre romand de formation des journalistes (RP, 1996)

1 réaction

  • Armand Heiniger samedi, 27 octobre 2018 23:29

    Appréciation très positive des articles

Laissez une réaction

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Publicité

Journal Vivre

TheoTV (mercredi 20h)

14 novembre

  • Louis Schweitzer: une manière évangélique de faire de l'éthique (Ciel ! Mon info)
  • « Gagnières: au fond du cœur » avec Elena Hurstel (Rendez-vous)

21 novembre

  • Michel Maxime Egger : « Pas de justice climatique sans transition intérieure » (Ciel ! Mon info)
  • « Matt Marvane : dans sa présence » (Rendez-vous)

myfreelife.ch

  • En tant que chrétienne et comme femme, Asia Bibi cumule les tares au Pakistan

    Mer 07 novembre 2018

    « Le cas d’Asia Bibi est l’arbre qui cache la forêt », indique mercredi 7 novembre Philippe Fonjallaz, directeur de l’ONG Portes Ouvertes (PO) en Suisse. Au Pakistan, les minorités religieuses dont les 4 millions de chrétiens sont discriminés au quotidien.

  • SME : la formation pour améliorer la fréquentation des centres de santé

    Ven 12 octobre 2018

    Le 10 octobre au CHUV et sous l’égide de la Fédération vaudoise de coopération (FEDEVACO), le Dr Arnold Probst a présenté son travail de formation dans la province de Sékong, dans le sud-est du Laos. Cet employé du Service de missions et d’entraide (SME) a en effet participé à la nouvelle publication « La santé pour tous en zone rurale » de la faîtière vaudoise.

  • Samuel Wahli vous invite à célébrer la vie à One’18

    Lun 01 octobre 2018

    Vous voyez la vie en noir et blanc ? L’officier salutiste Samuel Wahli tient pour vous une palette de couleurs... et des clés pour ouvrir et fermer des portes dans votre existence. En bref : il vous proposera d’avancer, de façon confiante et positive ! Lors d’un One’Talk, le 3 novembre à Fribourg, il invitera par ailleurs les jeunes à ne pas être « des coincés du bulbe ! ».

  • Liban : le mariage précoce à l’index

    Ven 31 août 2018

    Mariée à 13, voire 12 ans: c’est la réalité de toujours davantage de jeunes adolescentes syriennes victimes de la guerre. Rencontre au Liban avec quelques-unes d’entre elles.

eglisesfree.ch