« Monnaie pleine : ‘Qui doit créer notre argent ?’ » par Nicolas Crettenand

Nicolas Crettenand lundi 16 avril 2018 icon-comments 2

Le 10 juin, les Suisses voteront sur une initiative intitulée « Monnaie pleine ». Nicolas Crettenand lance ici le débat avec une prise de position en faveur de l’initiative, en lien avec une soirée-présentation qui aura lieu le 16 mai à l’Eglise évangélique La Colline à Crissier (FREE). Ne manquez pas de réagir à cette prise de position!

Plus de 2'000 versets dans la Bible ont un lien avec l'argent. Matthieu 6,24 parle du fait qu'on ne peut pas servir en même temps Dieu et Mammon. Et 1 Timothée 6,10 dit que « l'amour de l'argent est une racine de tous les maux » (Louis Segond). L'argent semble donc être un sujet essentiel dans la Bible.

Un monopole de l’Etat ?

En Suisse, sur le plan politique, le sujet de l’argent est en train de prendre de l’importance ces jours, car à la prochaine votation fédérale du 10 juin 2018, nous allons voter sur l'initiative « Monnaie pleine », qui se résume avec la question du titre : « Qui doit créer notre argent ? »

Aujourd'hui en Suisse, la Banque Nationale Suisse (BNS) crée les billets et la Confédération les pièces de monnaie. Mais les billets et les pièces représentent uniquement 10% des Francs suisses (pour être précis et pour les lecteurs versés en finance, de la masse monétaire M1)[1]. Mais qui donc crée les autres 90% ?

Ce sont les banques commerciales privées avec l'argent scriptural, à savoir l'argent sous forme électronique. Quand les banques octroient un crédit, elles créent l'argent ex nihilo. Ce crédit doit être remboursé avec intérêt. Les intérêts vont dans la poche des banques commerciales privées, y compris pour les prêts à la Confédération, aux cantons et aux communes.

Mettre fin à une prérogative des banques

L'argent électronique que nous avons sur un compte en banque n'est pas de l'argent légal au sens du droit suisse (Loi fédérale sur l'unité monétaire et les moyens de paiement [2]), mais uniquement une promesse de notre banque de nous donner des billets et pièces de monnaie si nous le demandons. Cette promesse est équivalente à un bon d'échange qu'on nous remet dans un vestiaire d'hôtel ou de théâtre pour notre manteau.

Ce système actuel fait aussi que les dettes ne cessent de grandir, ce qui n'est pas du tout durable à long terme. Finalement, le seigneuriage pour la création monétaire (bénéfice de la création monétaire), ce sont les banques commerciales privées qui se le mettent dans la poche au lieu que cela revienne à la collectivité publique (tout de même CHF 34.8 milliards entre 2007-2015 par exemple[3]).

Etendre le monopole de l’Etat à l’argent électronique

Mais que veut donc cette initiative avec ce drôle de nom « Monnaie pleine » ? Elle veut que seule la BNS crée tout l'argent, tous les Francs suisses, y compris l'argent électronique. C'est uniquement la BNS qui contrôle la masse monétaire et bénéficie du seigneuriage qu'elle redistribue ensuite à la Confédération, aux cantons et aux citoyens. C'est une entité démocratiquement légitimée, la BNS, qui est en charge de la création monétaire. C'est exactement comme c'était le cas avant l'argent électronique.

En 1848, la première Constitution suisse donne le monopole de la création des pièces de monnaie à la Confédération. En 1891, une votation fédérale ajoute à son monopole l'émission des billets (effectuée auparavant par une vingtaine de banques…). La votation du 10 juin prochain est donc juste une mise à jour, suite à l'évolution électronique de notre société.

A mentionner également que l’argent électronique de la BNS existe déjà aujourd’hui, mais il est seulement accessible aux banques commerciales, et pas au public. La Monnaie pleine en forme électronique n’est donc pas une innovation récente.

La création monétaire distincte du crédit

Dans un régime de « Monnaie pleine », il y a une séparation stricte entre la création monétaire et les opérations de crédit. Les banques commerciales privées restent ainsi l’intermédiaire envers le public ; leurs prestations et services restent les mêmes qu’aujourd’hui, hormis la création monétaire.

Les partisans de cette initiative « Monnaie pleine » sont des citoyens suisses. Il n'y a pas de partis politiques impliqués. Ce sont des artisans, directeurs de PME, scientifiques, ingénieurs, artistes et économistes.

La Bible a beaucoup à dire sur le sujet et cela nous concerne tous. Cette initiative nous donne l'occasion de nous pencher sur la problématique de la création monétaire et de nous poser la question : « Qui doit créer notre argent ? »

Nicolas Crettenand

Pour en savoir plus, visitez le site de l’initiative.


[1] https://www.nzz.ch/wirtschaft/notration-fuer-die-stimmbuerger-ld.1367738

[2] https://www.admin.ch/opc/fr/classified-compilation/19994336/index.html et https://www.parlament.ch/fr/ratsbetrieb/suche-curia-vista/geschaeft?AffairId=20123305

[3] http://neweconomics.org/wp-content/uploads/2017/01/nef_making_money_from_making_money.pdf

  • Encadré 1:

    Le 16 mai, une soirée avec pour sujet « Qui doit créer l’argent ? » à l’Eglise évangélique La Colline à Crissier

    Pour ceux qui veulent en savoir plus sur le lien entre les perspectives bibliques, le système financier et l'initiative « Monnaie pleine », une soirée présentation-discussion est organisée le 16 mai à l'Eglise évangélique La Colline à Crissier (20h, Chemin de la Bossonaz 12, Crissier).

    Télécharger le flyer.

2 réactions

  • Ronny Moser vendredi, 20 avril 2018 00:19

    L'Initiative Monnaie pleine (IMP) veut rétablir ce que toute le monde croit déjà être le cas : que les banques commerciales sont l'intermédiaire entre les épargnants et les emprunteurs. Hors, aujourd'hui les banques commerciales profitent d'une lacune dans la constitution fédérale, et créent de l'argent électronique (qui n'est pas explicitement mentionné dans la constitution) ex-nihilo. L'IMP veut corriger cela.

  • Guillaume B. samedi, 12 mai 2018 08:51

    Merci pour cet article qui m'a amené à aller chercher plus d'infos sur ce sujet.
    Jusque ici j'avais surtout entendu des critiques sur cette initiative "dangereuse et inutile" mais en creusant un peu...
    Je découvre que le système actuel semble très injuste puisque les banques peuvent se mettre dans la poche les gains réalisés sur ka création de monnaie. De quel droit?
    Je découvre aussi que le conseil fédéral considère que ce système"fonctionne bien". Je ne serais pas aussi optimiste, sachant qu'encore aujourd'hui le principe du "too Big to fail" est toujours d'actualité du peu que je sache (si une grande banque suisse devait risquer la faillite après avoir pris trop de risques, l'état serait contraint de la sauver, pas à cause d'un accord en ce sens, mais juste parce que les banques pèsent trop lourds dans l'économie).
    Il semble donc que cette initiative ait le mérite de dénoncer ces injustices et de proposer une solution juste, même s'il existe peut être un certain risque, ce qui est toujours le cas lorsqu'on décide de s'attaquer à des fonctionnements injustes.

Publicité

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

27 mars

  • «La persécution des chrétiens au Nigeria» avec Philippe Fonjallaz (Ciel ! Mon info)
  • «Vivre la réconciliation. Reportage sur le génocide de 1994 au Rwanda» (Connexion)

3 avril

  • «Rapper pour donner espoir» avec Mij Ases (Ciel! Mon info)
  • «Football : la plus belle victoire» (Connexion)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • Dans la tourmente algérienne, la femme chrétienne est particulièrement vulnérable

    Jeu 21 mars 2019

    Les chrétiens, pourtant largement minoritaires, descendent eux aussi dans la rue en Algérie. Mais ils sont nombreux à craindre une récupération du mouvement par les islamistes. Sur fond de difficultés politiques et économiques, les femmes chrétiennes sont parmi les plus vulnérables aujourd'hui dans le pays, dénonce une avocate algéroise de passage en Suisse.

  • Nouvel ecclésiastique enlevé dans la ceinture sahélienne

    Mer 20 mars 2019

    Un prêtre burkinabé a été enlevé dimanche 17 mars dans la ceinture sahélienne. Dans cette région, le commerce des otages est fructueux et vise plusieurs personnes liées aux églises. L’évangélique Béatrice Stockly est toujours aux mains des djihadistes depuis le 7 janvier 2016.

  • Union des responsables religieux vaudois face à Christchurch

    Mar 19 mars 2019

    Quelque 100 personnes se sont réunies à Lausanne lundi soir 18 mars à l’appel des responsables religieux vaudois pour dénoncer les attentats terroristes de Christchurch, en Nouvelle-Zélande. Parmi eux, Christian Monod, pasteur à l’église évangélique de Lazare, à Bussigny.

  • Ethique versus business

    Mer 13 mars 2019

    Le Conseil des Etats a refusé cette semaine que les multinationales suisses soient cadrées à l’étranger. Une façon de donner raison aux lobbys économiques en dépit du respect des droits humains et environnementaux.

eglisesfree.ch

  • Conférence et table ronde sur le discipulat durant la Rencontre générale du 6 avril à Bienne

    Jeu 21 mars 2019

    Samedi 6 avril, la FREE lance une formule améliorée lors de sa Rencontre générale de printemps. A côté du temps habituel d’assemblée générale – nous ne manquerons pas la traditionnelle présentation des comptes, c’est de saison – le Bureau de la Rencontre générale vous invite à un temps de conférence puis de table-ronde interactive autour d’une thématique contemporaine avec des acteurs et spécialistes du domaine: le discipulat. Un temps inspirant et participatif auquel est convié un large public de nos Eglises et au-delà, dès 14h à l’Eglise évangélique des Ecluses à Bienne. Bienvenue !

  • Commission jeunesse

    Ven 15 février 2019

    La commission jeunesse a pour objectif de créer du lien entre les jeunes de la FREE, entre les différentes fédérations et générations ; de former les responsables jeunesse et d’accompagner les conseils d’églises dans leurs questionnements.

  • Commission Europe

    Ven 25 janvier 2019

    En lien avec les Oeuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions "missionnaires" (Afrique-Moyen Orient et Asie), la commission Europe a pour objectif d'accompagner (c'est-à-dire écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur ministère en Europe.

  • Soutenez l'Action de Noël 2018 au Tchad et en Thaïlande

    Lun 03 décembre 2018

    Vous pouvez soutenir ces deux projets et obtenir des information supplémentaires à leur sujet sur les sites internet www.eglisesfree.ch et www.sme-suisse.org.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !