Réfugiés en Suisse : privilégions l’accueil des minorités, notamment des yézidis et des chrétiens !

lundi 21 mars 2016 icon-comments 1

En séjour à Erbil dans le Kurdistan irakien, Serge Carrel considère que yézidis et chrétiens devraient bénéficier d’un accueil prioritaire en Suisse.

PICT0081C’est un ancien soldat irakien. Il a le discours clair et parfois provocateur. Aujourd’hui, il est prêtre dans la paroisse chaldéenne (catholique) de Mar Elia à Erbil. Le prêtre Douglas Bazi incarne ces ecclésiastiques qui, dans le Kurdistan irakien, ont ouvert grandes leurs portes pour accueillir les réfugiés qui, en août 2014, sont arrivés en masse frapper à la porte de leur église, dans le quartier chrétien de Ankawa à Erbil notamment.

Donner la liberté de choix

L’homme ne s’embarrasse pas du souci de maintenir sur place des gens pour préserver un héritage chrétien dans l’un des endroits où la présence des disciples de Jésus compte parmi les plus anciennes de la planète ! Non ! Pour lui, c’est le bien de ses ouailles qui prime. « Leur liberté de choisir eux-mêmes leur avenir ! » martèle-t-il. Après avoir mûrement réfléchi avec les quelque deux cents familles qui vivaient sous tentes ou dans des containers autour de son église, il a noué des contacts avec la Slovaquie pour permettre en novembre dernier à 149 personnes de prendre le chemin de l’exil en avion vers ce pays d’Europe centrale.

PICT0099

Tel Moïse, ce prêtre a préparé ces familles à l’exil de manière concrète, en leur donnant quelque base de slovaque, en les préparant aussi psychologiquement au choc de cette transculturation… Il les a accompagnées pour leur installation sur place et les visite régulièrement.

PICT0009

Pour beaucoup un retour est impossible

Le père Douglas se veut réaliste. Ces familles ne souhaitaient ni retourner à Mossoul, ni à Qaraqosh. Leurs maisons ont été détruites, leurs terres minées et des voisins ont même fomenté leur assassinat ! De plus, pendant des décennies, ils ont été victimes de « violents », que le prêtre catholique ne nomme jamais expressément, et qui, au nom de leur religion ou de leur droit de majoritaires en terre d’islam, ont oppressé les minorités.

Dans un pays comme l’Irak, il est toujours des populations de seconde catégorie ! Encore aujourd’hui après l’invasion américaine et la libération des griffes de Saddam Hussein. Des gens qui, parce que la constitution irakienne de 2005 s’inspire principalement de la loi islamique, la charia, sont d’office discriminés. Des gens que l’inscription de leur confession dans leurs papiers d’identité réduit au statut de proies faciles pour des « violents ».

Favoriser la venue des minoritaires !

Pour le bien de leurs enfants et pour leur offrir une vie à l’abri des violences religieuses, certains réfugiés de Sinjar, de Mossoul ou de Qaraqosh veulent construire leur vie ailleurs. La Suisse ne devrait-elle pas imiter la Slovaquie et tenir compte de ce statut de minoritaires en pays musulmans pour sélectionner les personnes admises comme réfugiés ? Yézidis, chrétiens et d’autres minoritaires ne devraient-ils pas bénéficier de la préférence ? Des ONG ne devraient-elles pas se mobiliser comme facilitateurs de la démarche ? Et permettre à ces personnes de rejoindre nos pays par les airs, sans un exode via la Turquie, la Grèce, les Balkans… et les dangers que l’on connaît ?

Serge Carrel

Photos: Emmanuel Ziehli (StopPauvreté)

Voir les articles publiés en lien avec le voyage de Serge Carrel dans le Kurdistan irakien :

- « Kurdistan irakien : déplacés à Erbil, les chrétiens de Mossoul goûtent à la réalité de la résurrection, selon le Père Najeeb »

- « Kurdistan irakien : à Dohuk, Medair veille sur la santé de plus de 18'000 réfugiés yézidis »

- « Irak : Pascale Warda, une ancienne ministre, plaide la liberté de conscience, y compris pour que les musulmans puissent changer de religion »

Serge Carrel

Serge Carrel est au bénéfice d’une formation double: théologique et journalistique. Après dix ans de pastorat en France et en Suisse romande, il a travaillé huit ans comme journaliste aux émissions religieuses de la RTS. Aujourd’hui formateur d’adultes et journaliste en lien avec la Fédération romande d’Eglises évangéliques (FREE), il essaie de tirer le meilleur parti de ce double ancrage. Que ce soit dans le cadre du FREE COLLEGE, de lafree.ch, de Vivre ou de la fenêtre chrétienne de MaxTV.

Formation reçue

Master en théologie (UNIL, 1986)
Centre romand de formation des journalistes (RP, 1996)

1 réaction

  • StéphaneD dimanche, 27 mars 2016 20:21

    En effet, accueillir les personnes minoritaires dans leur pays doit être une priorité. Ne serais-ce que pour maintenir un équilibre entre la masse grandissante de musulmans qui s'exilent et cherchent un avenir meilleur en occident. Le droit de rester en Suisse pour ces minorités doit être privilégiés. Ils seront les meilleures ambassadeurs du Christianisme auprès de leur concitoyens musulman et le rapport de force sera inversé. Cela permettra certainement aux Musulmans de connaître la véritable liberté de choix!
    Il s'agit maintenant d'une décision politique et nos élus ont tout intérêt à bien comprendre l'enjeu qui se trouve derrière ce droit à rester chez nous que Chrétiens et autres minorités doivent obtenir facilement!

Opinion - avertissement

Les signataires de ces textes sont soit des membres de l’équipe de rédaction de lafree.ch soit des personnes invitées.
Chacun s’exprime à titre personnel et n’engage pas la FREE.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

11 décembre

  • «Faire de mon conjoint un allié» avec Salomé et Jérémie Valiton (One’Talk)
  • «Au lieu de juger, pardonnez!» avec Camille Kursner (SPPA)

17 décembre

  • «Femme, business et maternité» avec Ruth Letare (One’Talk)
  • «Peacemakers: un gospel pour la paix» avec Liz McComb (Connexion)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

eglisesfree.ch

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !