«Amazing Grace» avec Aretha Franklin : un film de louange qui pousse à célébrer la grâce de Dieu

Serge Carrel lundi 01 juillet 2019

Le film d’une célébration Gospel, « Amazing Grace », tourné début 1972 avec Aretha Franklin, est sorti en France début juin ! Serge Carrel a vu ce « morceau d’anthologie » qui est toujours projeté dans certains cinémas français ! Il vous en propose un écho, alors que le DVD est annoncé pour le 6 août. Les Suisses, frustrés de ne pas avoir eu l’occasion de voir ce « chef-d’œuvre » en salles, pourront ainsi se consoler !

Face au film « Amazing Grace », il y a deux attitudes possibles. Soit vous restez assis dans votre siège, comme la salle comble qui assistait à ce film-concert de Gospel dans le cinéma parisien où je l’ai vu. Soit vous vous levez et vous célébrez debout la gloire du Dieu vivant, sous la conduite – excusez du peu ! – de la reine de la Soul, Miss Aretha Franklin (1942-2018).

Un film « ressuscité » des oubliettes de l’histoire

Imaginez un peu : voilà près de 50 ans – début 1972 pour être précis –, la compagnie de disques Atlantic Records veut enregistrer une célébration Gospel avec Aretha Franklin, alors âgée de 29 ans. Cette fille de pasteur, extrêmement talentueuse, tant du point de vue de la voix qu’au piano, a déjà une belle carrière derrière elle. Des succès comme : « I Never Loved a Man », « Do Right Woman », « Respect », « A Natural Woman »… l’ont rendue célèbre. L’enregistrement se passe à Los Angeles sur deux soirées, dans la « New Temple Missionary Baptist Church » avec le « Southern California Community Choir ». L’album audio sort et remporte un franc succès, mais les images de l’événement ne sortent pas ! Le déjà célèbre cinéaste Sydney Pollack (« Tootsie », « Out of Africa », « La Firme ») est à la manœuvre, mais il « se loupe » et oublie de caler images et son. Finalement, au plus grand désespoir de beaucoup, les images restent dans les tiroirs de la Warner Bros pendant des années. Grâce à un fan de musique, Alan Eliott, qui rachète les 20 heures de rushes en 2007, le film voit le jour, mais suscite des réserves d’Aretha Franklin elle-même. Après son décès l’an dernier, sa famille libère le documentaire pour une sortie sur grand écran.

« Amazing Grace » est une extraordinaire entrée dans la spiritualité de l’Eglise noire américaine. On ne se trouve pas dans la sobriété d’une Eglise évangélique classique en Suisse, mais pas non plus dans l’exubérance d’une célébration pentecôtiste du Sud des Etats-Unis. James Cleaveland, pianiste-accompagnateur et maître de cérémonie, le dit bien au début de la première partie du film, avec en substance son : « Nous sommes dans une cérémonie religieuse qui reprend le patrimoine de l’Eglise baptiste. »

Une expérience de la « grâce extraordinaire » de Dieu

C’est ainsi que l’on va passer de gospel en gospel avec des reprises d’éléments tournés sur les deux soirées de célébration : « Wholy Holy », « What a Friend We Have in Jesus », « Precious Memories »… Le point d’orgue de la première soirée, c’est l’interprétation de « Amazing Grace ». Ce chant composé par un négrier britannique repentant, John Newton (1725-1807), et qu’Aretha Franklin fait sien au travers d’une intériorisation qui impressionne…

Tout au long de la célébration, la jeune femme ne se répand pas en paroles multiples. Elle est très retenue, mais on voit sur son visage, en gros plan, régulièrement perler des gouttes de sueur autour de ses yeux clos, signe d’une intériorisation forte de la « grâce extraordinaire » que Dieu lui offre en Jésus-Christ. A cette époque, la jeune femme est loin d’être une « paroissienne » modèle. Les aléas de la vie l’ont passablement marquée. Elle a connu deux grossesses durant son adolescence. Elle vient d’accueillir son quatrième enfant, après s’être séparée de son premier mari qui la battait et être tombée amoureuse de son manager, Ken Cunningham, qui l’a aidée à sortir de la dépendance à l’alcool ! Mais comme le dit son biographe français, le pasteur Jean-Luc Gadreau (1) : « Elle n’a pas le parcours d’une paroissienne classique, mais c’est une parabole contemporaine qui nous montre que la grâce de Dieu est offerte à tous. » A ceux qui douteraient de la foi de l’artiste, son père à l’occasion d’une intervention lors de la seconde soirée de la célébration souligne : « Aretha n’a jamais quitté l’Eglise. Elle y est ! »

Une soirée de louange au cinéma !

« Amazing Grace » a donc tout d’une soirée de louange où le chrétien peut entrer, à la suite de cette extraordinaire chanteuse, dans une adoration du Dieu vivant et proclamer que Jésus seul apporte cette « grâce extraordinaire » qui nous permet de vivre notre quotidien en personnes réconciliées avec Dieu.

Serge Carrel

Alan Eliott et Sydney Pollack, Amazing Grace – Aretha Franklin, documentaire, durée : 1’27. Commander le DVD (sortie 6 août).

Note
1 Jean-Luc Gadreau, Sister Soul. La voix, la foi, les combats d’Aretha Franklin, reine de la Soul, s. l., Ampellos, 2019, 156 p.
  • Encadré 1:

    Jean-Luc Gadreau évoque Aretha Franklin dans l'émission TV Ciel! Mon info

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

1er avril

  • «Un Dieu zéro déchet» avec Dave Bookless (Intelligence de la foi)
  • «Etes-vous facilement contrarié?» avec Camille Kursner (SPPA)
8 avril
  • «Il m'a donné un nom» avec Christine Gallay (CMI)
  • «Les projets de l'Eternel» avec Emmanuel Ziehli (Vitamine B)

myfreelife.ch

  • Mettre la crise en crise

    Mar 31 mars 2020

    En cette période de confinement, la vie de foi est une ressource qui nous pousse à ne pas nous enfermer « dans le bunker de la peur et de la protection ». C’est notamment ce qu’a dit Panteleimon Giannakopoulos, professeur de psychiatrie à l’Université de Genève qui répondait aux questions de Gabrielle Desarzens dans l’émission Babel du 22 mars dernier.

  • «Chronique de la salle de bain #8» : «En chacun de nous sommeillent deux loups...» (Marie Ray)

    Jeu 26 mars 2020

    Un indien raconte à son petit-fils une parabole sur le coeur de l'homme: il y aurait en celui-ci deux loups... un bon et un mauvais. Lequel va gagner? C'est la réflexion que nous propose Marie Ray à l’occasion de sa huitième « Chronique de la salle de bain ». Un clip à découvrir.

  • Coronavirus : la fragilité des personnes en souffrance psychique mise à l’épreuve

    Jeu 26 mars 2020

    Les moments de partage se sont multipliés à La Maison Béthel, qui accueille des adultes en fragilité psychique passagère ou chronique. « La parole soulage. Et notre population doit pouvoir dire. Et se dire », résume jeudi 26 mars Claude-Alain Nuti, l’un de ses deux aumôniers.

  • « Ma femme va mieux. Nous avons gardé confiance en Dieu »

    Ven 20 mars 2020

    Diagnostiquée positive au coronavirus il y a deux semaines, Liliane Meylan est au CHUV « et va un peu mieux depuis deux jours », confie vendredi 20 mars à Lausanne son mari Jean-Jacques. Asthmatique et atteinte par trois fois de tuberculose pulmonaire au cours de sa vie, sa remise sur pied n’était pas gagnée !

eglisesfree.ch

  • Coronavirus : les mesures à prendre proposées par la FREE et l'OFSP

    Ven 06 mars 2020

    Comme plusieurs unions ou fédérations d’Eglises, la FREE a proposé à ses Eglises membres de prendre les mesures suivantes en lien avec la propagation du coronavirus ou covid-19. Voici ce qui a été indiqué aux responsables des Eglises membres.

  • Partenariat avec la Ligue pour la lecture de la Bible

    Ven 12 avril 2019

    Le 6 avril 2019, lors de la Rencontre générale de la FREE, Philippe Thueler, Secrétaire général de la Fédération, a annoncé officiellement le partenariat entre la Ligue et la FREE pour la formation et le coaching des églises pour ce ministère.

  • Qui contacter en cas de soupçon d'abus sexuels sur les mineurs?

    Dim 03 mars 2019

    En complément à la nouvelle charte des moniteurs de l'enfance de la FREE, voici la liste des services et associations à contacter, selon les cantons, en cas de soupçon d'abus sur un mineur.

  • Lieux de culte : plutôt adaptés que neutres

    Mer 18 décembre 2019

    « Pour être missionnels, doit-on désacraliser nos lieux de culte ? » Tel était le thème de réflexion de l’après-midi, lors de la Rencontre générale de la FREE, le 23 novembre 2019 à Nyon. Cette réflexion a été introduite, le matin, par une méditation de Myriam Matthey, pasteure dans l’Eglise évangélique « La Fraternelle », à Nyon. Ensuite, durant l’après-midi, une table ronde a rassemblé Marc Gallay, pasteur dans l’Eglise évangélique de Lonay, François Kunz, architecte à Genève et Jacques André, pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny. Il ne sera, semble-t-il, pas nécessaire de « désacraliser » nos lieux de cultes et de les transformer en salles polyvalentes pour les rendre missionnels. Par contre, ils auront souvent besoin d’être adaptés.

Blogs évangéliques

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !