Déborah Rosenkranz et le piège de l’anorexie mentale (avec une émission Ciel! Mon info)

Camille Kursner jeudi 06 décembre 2018

Déborah Rosenkranz, chanteuse de gospel, raconte sa guérison de l’anorexie dans l’émission Ciel ! Mon info. Alors qu’elle croyait qu’il fallait être mince pour être aimée, Jésus-Christ est venu lui redonner une juste image d’elle-même !

Déborah Rosenkranz, l’une des étoiles montantes du gospel en Europe, a souffert d’anorexie pendant plus de sept années. Pendant longtemps, son alimentation quotidienne se résumait à une pomme par jour ! Très vite, son poids a oscillé entre 30 à 40 kilos. Alors qu’elle frôle la mort à un certain stade de sa maladie, un déclic surprenant va lui permettre de reconnaître sa situation et de demander de l’aide à son entourage.

La descente aux enfers !

« J’ai grandi dans une magnifique famille. J’étais une petite fille sportive et je croquais la vie à pleines dents. Un jour, mon petit ami de l’époque m’a dit à la fin d’un match d’handball une phrase qui allait changer le cours de ma vie : “Tu joues vraiment bien, mais je me demande comment tu peux courir avec un tel poids ?“ » explique Déborah Rosenkranz.

Cette phrase est le début de la descente aux enfers de la chanteuse de gospel. Elle la reçoit comme un coup de poignard dans le cœur. A partir de là, elle entreprend plusieurs régimes et finit par ne manger plus qu’une pomme par jour. « J’ai grandi avec la croyance qu’il faut être mince pour être aimée. A ce moment, le regard positif de mes parents sur moi ne comptait plus ! »

Sentiment de toute puissance !

L’évolution de l’anorexie se déroule principalement en quatre phrases. Dans la première, les jeunes filles qui souffrent d’anorexie éprouvent un sentiment de bien-être, de fierté, d’enthousiasme et de toute puissance. Elles ont l’impression de réussir à contrôler ce que peu de personnes arrivent à faire : leur alimentation. « Cette maladie me donnait l’impression de contrôler mon entourage et mon corps », relève Déborah Rosenkranz.

Durant cette phase de la maladie, les jeunes filles contestent l’inquiétude de leur entourage et nient complètement leur maladie. La fin de cette première étape coïncide généralement avec le premier rendez-vous avec les médecins. Pendant la deuxième phase, il y a une longue période où elles persistent à contrôler leur alimentation, malgré le diagnostic des médecins. Pendant la troisième phase, les jeunes filles reprennent du poids malgré elles. S’effondre alors leur identité bâtie. Puis vient la quatrième phase où elles prennent enfin conscience de leur état et cherchent à cheminer sur la voie de la guérison.

L’élément déclencheur : « One prayer ! »

« L’anorexie mentale est une fausse amie », souligne Déborah Rosenkranz. En effet, il existe un point de quasi non-retour dans cette maladie où tout ce que les jeunes anorexiques pensaient contrôler leur échappe. « Un jour, le médecin a dit à ma mère qu’il ne pouvait plus rien faire pour moi et que j’allais bientôt mourir. » A ce moment-là, Déborah Rosenkranz a eu, pour la première fois de sa vie, peur de mourir.

Un soir, elle sort de chez elle sans le dire à ses parents, et assiste à à un concert : « Quand je suis rentrée à 2 heures du matin, j’ai entendu ma mère dire à mon père qu’il était temps de m’acheter un cercueil. Au fond de moi, je savais qu’elle avait raison. Mais à cet instant, mon père a répondu d’une voix forte qu’il était important de se confier en Dieu pour cette situation. »

Ce soir-là, la foi de son père a redonné de l’espoir à Déborah Rosenkranz : « Pour moi, c’était incroyable de ressentir à nouveau cet espoir perdu ! Je suis entrée dans leur chambre et j’ai accepté leur aide pour la première fois depuis longtemps. »

Chanter pour redonner espoir !

Aujourd’hui, Déborah Rosenkranz sillonne le monde pour chanter et partager des messages d’espoir : « Chaque jour, je reçois des lettres de jeunes filles qui étaient aux portes de la mort et qui sont revenues à la vie ! » Dernièrement, elle a sorti un album autobiographique « Wildheart » dont l’un des titres nommé « One Prayer » raconte cette fameuse nuit où la prière de ses parents lui a sauvé la vie !

Camille Kursner

Publicité

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

20 février

  • «Des pensées suicidaires à celles de l'existence de Dieu» avec Giovanni Catalanotto ! (Ciel! Mon info)
  • «Etre et rester ensemble» avec Christian Reichel (Mieux vivre à deux)

27 février

  • «L’anorexie» avec Emmanuelle Bessi (Ciel! Mon info)
  • «Alphonse Teyabe: "Etre lumière des nations" par les médias» (Vitamine B)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • «L’amour d’un Père prodigieux» par Paul Hemes

    Ven 15 février 2019

    La parabole du fils prodigue est en fait la parabole du Père formidable. Celui-ci aime, accueille, sauve et adopte de manière extraordinaire. Un article paru dans Vivre de septembre octobre 2018.

  • La Marmotte offre un répit aux SDF

    Jeu 31 janvier 2019

    Etre sans domicile fixe (SDF) en hiver... Sur les pas de Michael Staiesse, de l’Armée du Salut, Gabrielle Desarzens est allée à la rencontre de bénéficiaires de La Marmotte, lieu d’accueil de nuit depuis 25 ans à Lausanne. Une émission radio diffusée dimanche 27 janvier dernier sur RTS La Première.

  • La boxe percute à l’église !

    Lun 14 janvier 2019

    Des jeunes boxent chaque semaine dans les locaux d’une église évangélique de la FREE. Une façon de faire venir ou revenir les moins de 20 ans à l’église ! Stéphane Hofer, l’instigateur de la formule Box Up Crime Switzerland, espère que l’activité fasse boule de neige. Reportage sur place.

  • L’aumônerie fait sa mue

    Lun 31 décembre 2018

    Que ce soit à l’hôpital, à l’armée ou auprès des jeunes, l’aumônerie est actuellement un chantier ouvert qui veut se professionnaliser et s’éloigner des églises. « Je ne sais pas où cela va nous conduire », réagit lundi 31 décembre Olivier Cretegny, ancien aumônier et président de la FEV (Fédération évangélique vaudoise). Non sans ajouter qu’une Journée de réflexion à l’adresse de tous les aumôniers évangéliques romands est agendée le 30 avril.

eglisesfree.ch

  • Commission jeunesse

    Ven 15 février 2019

    La commission jeunesse a pour objectif de créer du lien entre les jeunes de la FREE, entre les différentes fédérations et générations ; de former les responsables jeunesse et d’accompagner les conseils d’églises dans leurs questionnements.

  • Commission Europe

    Ven 25 janvier 2019

    En lien avec les Oeuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions "missionnaires" (Afrique-Moyen Orient et Asie), la commission Europe a pour objectif d'accompagner (c'est-à-dire écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur ministère en Europe.

  • Soutenez l'Action de Noël 2018 au Tchad et en Thaïlande

    Lun 03 décembre 2018

    Vous pouvez soutenir ces deux projets et obtenir des information supplémentaires à leur sujet sur les sites internet www.eglisesfree.ch et www.sme-suisse.org.

  • Rencontre générale de la FREE : de nouveaux projets malgré des ressources en baisse

    Ven 30 novembre 2018

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 24 novembre 2018 à Moudon, a été marquée par des questionnements autour d’un budget en baisse, mais aussi par des projets enthousiasmants. Ainsi, une « Plate-forme d’entraide » permettra à des aînés de partager leurs compétences, et une nouvelle Eglise est implantée à Ballens.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !