Pour Henri Blocher, « l’imaginaire évangélique autour de Noël devrait être purifié »

Serge Carrel vendredi 14 décembre 2018 icon-comments 3

Les 7 et 8 décembre, Henri Blocher, professeur retraité de la Faculté libre de théologie évangélique de Vaux-sur-Seine, animait une session du FREE COLLEGE, la formation d’adultes de la FREE, sur les récits de la naissance de Jésus. A cette occasion, il a invité les participants à « purifier l’imaginaire évangélique » autour de Noël. Echos de cette prise de position.

En quoi l’imaginaire évangélique devrait-il être purifié par rapport aux récits de Noël ?

Les évangiles apocryphes comme on les appelle – en fait il ne s’agit pas d’évangiles, mais de textes divers des IIe siècles de notre ère et suivants – ont introduit de multiples éléments imaginaires en ce qui concerne la naissance de Jésus et ses circonstances. Un certain nombre de ces éléments est passé dans la tradition chrétienne même orthodoxe, alors que l’on repoussait ces textes comme apocryphes. Le peuple chrétien a admis certains éléments et la Réforme n’a pas tout éliminé malgré le principe du « Sola Scriptura », de l’Ecriture seule. La tradition issue de la Réforme que nous appelons évangélique contient encore de nombreux éléments que l’on trouve dans certains cantiques ou dans les saynètes jouées dans les fêtes de Noël de nos Eglises, qui n’ont pas de fondations bibliques.

Quel est l’élément le plus surprenant ?

Ce qui est le plus évident, c’est ce qui concerne les mages. L’idée qu’il y en ait trois et qu’ils soient rois est absente des textes. Dans le récit de Matthieu (2.1-12), il est question de mages, un titre très peu compatible avec la notion de royauté. Il s’agit à coup sûr d’astrologues-astronomes. A ce moment-là, astrologie et astronomie ne se distinguaient guère. Ils viennent rendre hommage à ce Jésus dont ils ont deviné, par l’observation des cieux, qu’il s’agit d’un personnage important, d’un roi des Juifs. Ils viennent sans doute plusieurs mois après la naissance de Jésus à Bethléem. Tout cela est complètement ignoré dans notre manière de nous référer à eux.

Il y a un autre élément qui, à votre sens, devrait être quelque peu retravaillé, c’est la notion de crèche…

A la naissance, Jésus a été déposé dans une crèche… Cela, le texte le dit (Luc 2.7) ! Qu’il y ait eu un bœuf et un âne gris, cela c’est le cantique qui le dit ! Aujourd’hui, on reconstitue assez facilement ce qui s’est passé par la connaissance des plans des grandes maisons juives du Ier siècle. Il y avait une très grande pièce commune avec, à une extrémité, les animaux de ferme qui permettaient pendant l’hiver de réchauffer quelque peu la salle où l’on se tenait. Il y avait dans cet ensemble un coin « chambre d’amis ». C’est de cette chambre d’amis dont il est question dans le texte par le mot grec « kataluma » (Luc 2.7), qui n’a jamais voulu dire « hôtellerie ». Et c’est cette chambre d’amis qui, dans la maison, était occupée par d’autres, de telle sorte que c’est dans le coin proche des animaux de la ferme que très provisoirement Marie a déposé le petit enfant.

Tout le pathos autour du fait que Jésus n’avait pas d’endroit où être accueilli… Il faudrait donc le tempérer !

Non seulement le tempérer, mais il faudrait aussi éliminer cette idée d’hôtellerie. L’évangéliste Luc utilise un autre mot pour « hôtellerie » ou « auberge » dans la parabole du Bon Samaritain (10.34). Nous n’avons donc rien de tout cela dans ce récit, rien qui suggère que Marie et Joseph soient arrivés sur le point d’accoucher à Bethléem ce soir-là et que, l’hôtellerie les ayant refusés, ils ont été obligés de se réfugier dans une étable ou dans une grotte, selon d’autres traditions, pour que Marie accouche. Le texte suggère fortement que Marie était là depuis un moment et que le temps où elle devait accoucher arriva.

A quoi attribue-t-on ces perspectives misérabilistes autour de la naissance de Jésus ?

Il est certain que Jésus est né pauvre. Même s’il y avait une petite propriété familiale dans la famille de Joseph à Bethléem, c’est tout de même comme un couple pauvre qu’ils ont offert le sacrifice de purification au temple de Jérusalem, en se contentant d’un pigeon. Pour le Fils de Dieu, naître comme cet enfant de Joseph et Marie, c’était se solidariser avec la pauvreté humaine. On comprend que ce thème ait retenu l’attention et que l’imagination fertile des prédicateurs et aussi des auditeurs ! se soient mises en route.

Vous avez mentionné tout à l’heure les mages. Comment comprenez-vous ce phénomène extraordinaire autour de l’étoile ?

Il y a diverses interprétations et diverses hypothèses, et je ne tranche pas de manière ferme, parce que je n’estime pas en avoir les moyens. L’hypothèse d’une supernova n’est pas totalement exclue. Il paraît que des tablettes astronomiques chinoises indiquent qu’il y a eu une supernova en l’an 5 avant Jésus-Christ, la date qui apparaît à beaucoup comme l’année de la naissance de Jésus.

Mais ce n’est pas l’interprétation que vous préférez…

Je souligne que, dans toutes ces hypothèses, il y a la difficulté du dernier détail, soit le fait que cette étoile indique Bethléem…

Et la maison…

Certains traducteurs préférent la traduction « le hameau », ce qui peut faciliter légèrement les choses, mais pour une étoile ou une supernova indiquer quelque chose d’aussi particulier est assez étonnant ! Il y a une interprétation proposée par un très grand exégète du Nouveau Testament, l’anglican Henry Alford… Alors cela date du XIXe siècle, mais il s’était très bien renseigné ! Son interprétation mise sur le fait – et c’est ce qui me plaît ! – que les mages étaient des astrologues. Pourquoi des mages, pourquoi tout cet épisode qui se concentre sur le fait que ces hommes avaient un statut et une vision du monde particulière, sinon pour nous suggérer que le discernement de l’étoile a été réalisé par calcul astrologique, que c’est dans ce domaine qu’il faut chercher le sens du texte. Alors les expressions n’entrent pas dans le vocabulaire particulier des astrologues, mais il pourrait très bien s’agir de supputations de types astrologiques. Ce qui est certain, c’est qu’il y a eu trois fois en 5 avant Jésus-Christ – et cela est établi astronomiquement – une conjonction remarquable de Saturne et Jupiter dans la « région des poissons ». Henry Alford cite un grand exégète juif du XVe siècle qui fait état de cette conjonction comme signe de la naissance de Moïse. Il y aurait une tradition juive qui en fait un signe utilisé par Dieu pour annoncer la naissance de ce médiateur de l’alliance avec Israël. Ce grand exégète juif a noté que, de son vivant, la même conjonction doit se produire et que cela doit être le signe de la naissance du Messie qu’il attend encore, puisqu’il est juif. Cette interprétation juive sans contact avec la tradition évangélique me paraît un indice précieux qui va dans le sens d’une interprétation astrologique du phénomène de l’étoile.

Qu’est-ce que cela signifie ?

C’est un signe, à mon avis, de la liberté de Dieu et de l’ampleur de sa grâce. L’astrologie n’a pas bonne presse dans l’Ecriture sainte. Aucun des Juifs pieux qui ont adhéré au message de l’Evangile dans les premiers temps n’auraient imaginé une histoire mettant en scène des astrologues. C’est un élément qui aurait plutôt déconsidéré le message, donc un indice d’historicité ! Mais c’est aussi, si Dieu a conduit l’affaire, le signe que le Seigneur ne s’embarrasse pas des préventions et même du caractère parfois pernicieux de la recherche astrologique. Il démontre une capacité de communication, même à des gens qui se livrent à des calculs douteux. C’est un signe de l’ouverture de l’alliance de Dieu à toutes les nations, puisque ce sont des gens qui viennent de loin, de Perse ou de Babylonie vraisemblablement. C’est aussi le signe de sa liberté. Malgré tous les errements humains comme il y en a en astrologie, Dieu est capable de conduire les créatures qu’il aime jusqu’à la découverte de la vérité.

Propos recueillis par Serge Carrel

3 réactions

  • Erik Veldman vendredi, 14 décembre 2018 19:17

    En lisant cet article, je trouve étrange que M. Blocher, un théologien bien connu et que je respecte pour ses connaissances, s'attache tant à minimiser le fait que Jésus n'est pas né dans une grotte, mais dans une maison assez grande avec une étable juste à côté. Quand je vérifie avec son commentateur préféré, même lui me dit que c'est une grotte et non une auberge ou un hôtel.

    "καταλύματι, une auberge publique, ou un lieu d'accueil pour les voyageurs ; pas " une chambre dans une maison privée ", car alors l'expression serait : " Ils n'ont trouvé aucun κατάλυμα ". De quelle sorte était cette auberge, n'apparaît pas. Il diffère probablement de πανδοχεῖον, ch. 10:34, en ce qu'il n'est pas gardé par un hôte, πανδοχεύς : voir note là." (Henri Alford)...

    Et lire quelque chose dans le texte est tout un tour. Car historiquement tous les commentateurs (presque tous) sont d'accord pour dire que "Kataluma" est un lieu d'hébergement, une hôtellerie ou un hôtel. Et suggérer qu'il s'agit d'une maison privée ou d'une grande maison est historiquement incorrect. Justin Martyr, Henry Alford, Matthew Henry, Calvin et d'autres y voient un lieu d'hébergement où les voyageurs passent la nuit. Oui, un révérend néo-libéral évangélique néo-libéral moderne Ian Paul en Angleterre serait d'accord avec M. Blocher.

    Je ne comprends donc pas ce besoin de réviser les lectures historiques des Écritures en suggérant que Jésus n'est pas né dans une cave, mais dans une grande maison avec une écurie dans cette maison. Veut-il rester pertinent ? Est-il en train de croire aux bêtises néolibérales selon lesquelles nous pouvons transformer les Écritures pour qu'elles se conforment à notre situation actuelle ? Comme si Jésus était né dans une maison bien meublée avec des animaux de compagnie autour... et un lit chaud et confortable.

  • bourgeois samedi, 15 décembre 2018 18:11

    j'ai apprécié votre article en réponse à H Blocher

  • Stefanini dimanche, 30 décembre 2018 12:23

    Bonjour.
    Enfin un ''début'' de commentaire objectif sur le 25 décembre (et non sur le jour de la naissance de Jésus au sens pur)
    On pourrait , bien entendu compléter cela en mettant en évidence la similitude d'avec Mithra (par ex) . Né le 25 décembre dans une grotte-étable, adoré par TROIS prêtres, réchauffé par un bœuf et un âne gris, etc etc.
    Alors que pour Jésus, effectivement, on ne sais ni l'année, ni le mois, ni le jour. Pas d'étable non plus, mais Marie a juste déposé le bébé dans une mangeoire (crèche = mangeoire)
    Nous sommes effectivement bien bien loin de Sola Scriptura .
    J’apprécie beaucoup ce début de commentaire qui à mon avis mériterait d'aller beaucoup plus loin (ce que je réclame depuis des années) .
    Les traditions païennes mélangées aux traditions catholiques depuis le 4°siècle .. Et voilà où nous en sommes aujourd'hui .

Publicité

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

16 janvier

  • «L'islam conquérant» avec Shafique Keshavjee (Ciel ! Mon info)
  • «Jessica Dorsey» dans Tchat avec Nath

23 janvier

  • «Shafique Keshavjee: les conditions du dialogue interreligieux aujourd'hui» (Ciel ! Mon info)
  • «Dépasser l'infidélité» avec Christian Reichel (Mieux vivre à deux)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • La boxe percute à l’église !

    Lun 14 janvier 2019

    Des jeunes boxent chaque semaine dans les locaux d’une église évangélique de la FREE. Une façon de faire venir ou revenir les moins de 20 ans à l’église ! Stéphane Hofer, l’instigateur de la formule Box Up Crime Switzerland, espère que l’activité fasse boule de neige. Reportage sur place.

  • L’aumônerie fait sa mue

    Lun 31 décembre 2018

    Que ce soit à l’hôpital, à l’armée ou auprès des jeunes, l’aumônerie est actuellement un chantier ouvert qui veut se professionnaliser et s’éloigner des églises. « Je ne sais pas où cela va nous conduire », réagit lundi 31 décembre Olivier Cretegny, ancien aumônier et président de la FEV (Fédération évangélique vaudoise). Non sans ajouter qu’une Journée de réflexion à l’adresse de tous les aumôniers évangéliques romands est agendée le 30 avril.

  • « Noël donne du sens aux circonstances de nos vies ! »

    Jeu 20 décembre 2018

    Trois personnes différentes, trois époques différentes, trois circonstances différentes. Et pourtant, c’est la même question qui surgit dans les cœurs. Cette question  touche au sens de Noël ; et quand on touche au sens de Noël, on touche au sens de nos vies. Bonne lecture du conte de Gilles Geiser, pasteur à l’église évangélique de Châble-Croix (FREE) d’Aigle !

  • « La véritable histoire de Noël »

    Jeu 20 décembre 2018

    Le début de l’hiver, c’est le début des veillées autour du feu. On s’est longtemps rassemblé au même endroit pour économiser l’huile et le bois, un moment propice pour se raconter des histoires. Philippe Henchoz, pasteur de l’église évangélique de Meyrin (FREE) vous propose ce conte pour votre veillée de Noël.

eglisesfree.ch

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !