«Affaire Norbert Valley» : le Togolais débouté apparaît en marge de la manifestation à Neuchâtel

Serge Carrel jeudi 11 avril 2019

Norbert Valley, pasteur dans l’Eglise évangélique du Locle et au Centre FREE de Morat, était convoqué par la justice aujourd’hui à Neuchâtel pour avoir donné à manger à un réfugié débouté de l’asile et l'avoir hébergé. Pour marquer sa solidarité avec le pasteur de la FREE, Joseph, le Togolais débouté de l'asile et depuis 2012 en Suisse, est apparu en marge de la manifestation. Il a accepté de dire à lafree.info ce qui l’habitait au vu des ennuis que connaissait Norbert Valley.

Pourquoi êtes-vous venu à Neuchâtel aujourd’hui ?

Joseph (prénom d’emprunt) – Je me sens coupable de tout ce qui arrive au pasteur. Ça me ronge de l’intérieur. Si je suis encore de ce monde, c’est parce que l’Eglise évangélique du Locle m’a recueilli. Elle m’a donné la chance de pouvoir continuer à vivre, alors que je me trouvais au carrefour menant à la mort et que je voulais mettre fin à mes jours, parce que la Suisse m’avait rejeté.

Comment percevez-vous les difficultés du pasteur Valley avec la justice ?

C’est très sévère. S’il n’avait pas été là, je serais les pieds sous terre. Je vous l’affirme. Grâce à cette Eglise et au pasteur, j’ai pu me relever.

Comment vivez-vous votre clandestinité en Suisse ?

En fait, je n’ai pas de vie ! Je me retrouve sans vie ! Mon existence est incertaine, avec des lendemains incertains. Quand je marche, je dois toujours regarder derrière pour voir si la police n’est pas en train de me suivre. Cela m’effraie beaucoup ! D’ailleurs, je ne peux même pas m’approcher des gens, de peur de leur porter préjudice. Je suis un homme sans visage, qui n’existe pas vraiment.

Concrètement, comment se passe votre quotidien ?

Dieu est grand en toute chose ! Je prie beaucoup. Je vis chez des proches, chez des frères. Je n’ai pas d’endroit fixe. Il m’arrive parfois de dormir dehors.

Comment envisagez-vous votre avenir ?

A 33 ans, je n'ai pas de plan pour mon avenir. J’attends que la situation se calme. Si j’ai la possibilité de retourner au Togo et que ce retour n’a pas de conséquences sur ma vie, je rentre tout de suite.

Qu’est-ce qui vous empêche de rentrer au Togo ?

Mon problème n’est pas avec le gouvernement actuel, mais avec ceux qui m’ont aidé à fuir le pays, alors que je me trouvais en prison pour avoir manifesté contre le gouvernement. Ma famille a payé des militaires qui ont joué un rôle de passeurs. Ils avaient reçu l’ordre de me liquider, mais, grâce à l’argent donné par ma famille, ils sont parvenus à me faire venir en Suisse jusqu’au centre pour requérants d’asile de Vallorbe. Si je retournais au Togo, ce serait eux qui auraient des ennuis et ils n’hésiteraient pas cette fois à me liquider.

Pourquoi vous êtes-vous retrouvé en prison ?

J’ai manifesté au début des années 2010 contre le régime en place avec l’ANC, l’Alliance nationale pour le changement. Nous nous battions pour qu’il y ait un véritable changement de régime au Togo. A une reprise, j’ai été arrêté et fiché, puis, lors de la seconde arrestation, on m’a envoyé en prison, loin de tous les regards. Ma famille a appris alors qu’il était possible, contre une certaine somme, de m’envoyer au loin. Lorsque je suis arrivé ici, je ne savais même pas que je me trouvais en Suisse.

Si vous aviez une demande à faire aux autorités helvétiques, quelle serait-elle ?

Depuis mon arrivée ici, j’ai prouvé par mes actions que je suis quelqu’un de bien, quelqu’un qui souhaite s’intégrer et qui est travailleur. Je leur demanderais simplement la chance de prouver ce que je suis, de recevoir un permis et un petit travail. La Suisse m’a soigné de l’hépatite C et je remercie ce pays pour tout cela. Je clame que c’est un acte que je ne vais jamais oublier. Je demande le minimum : me laisser vivre sans persécution !

Propos recueillis par Serge Carrel

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

  8 avril

  • «Il m'a donné un nom» avec Christine Gallay (CMI)
  • «Les projets de l'Eternel» avec Emmanuel Ziehli (Vitamine B)
15 avril
  • «Apprendre de la création» avec Dave Bookless (Intelligence de la foi)
  • «Yeshua» avec Chuch for the Nations (Music Zone)

myfreelife.ch

  • Jean Ziegler: « Il existe une fraternité de la nuit entre les hommes »

    Lun 06 avril 2020

    Quid du covid-19 dans les camps de migrants ? Ceux-ci y vivent entassés, comme à Lesbos, où le sociologue Jean Ziegler s’est rendu pour dénoncer les conditions indignes qui y règnent1. Et pourtant, même si la pandémie menace dans ces lieux où la promiscuité est un euphémisme, l’ancien rapporteur spécial des Nations-Unies pour le droit à l’alimentation croit que l’Histoire a un sens. Et qu’il existe ce qu’il appelle « une mystérieuse fraternité de la nuit entre les hommes ». Il était au micro de Gabrielle Desarzens dimanche 5 avril dans Babel.

  • Mettre la crise en crise

    Mar 31 mars 2020

    En cette période de confinement, la vie de foi est une ressource qui nous pousse à ne pas nous enfermer « dans le bunker de la peur et de la protection ». C’est notamment ce qu’a dit Panteleimon Giannakopoulos, professeur de psychiatrie à l’Université de Genève qui répondait aux questions de Gabrielle Desarzens dans l’émission Babel du 22 mars dernier.

  • «Chronique de la salle de bain #8» : «En chacun de nous sommeillent deux loups...» (Marie Ray)

    Jeu 26 mars 2020

    Un indien raconte à son petit-fils une parabole sur le coeur de l'homme: il y aurait en celui-ci deux loups... un bon et un mauvais. Lequel va gagner? C'est la réflexion que nous propose Marie Ray à l’occasion de sa huitième « Chronique de la salle de bain ». Un clip à découvrir.

  • Coronavirus : la fragilité des personnes en souffrance psychique mise à l’épreuve

    Jeu 26 mars 2020

    Les moments de partage se sont multipliés à La Maison Béthel, qui accueille des adultes en fragilité psychique passagère ou chronique. « La parole soulage. Et notre population doit pouvoir dire. Et se dire », résume jeudi 26 mars Claude-Alain Nuti, l’un de ses deux aumôniers.

eglisesfree.ch

  • Coronavirus : les mesures à prendre proposées par la FREE et l'OFSP

    Ven 06 mars 2020

    Comme plusieurs unions ou fédérations d’Eglises, la FREE a proposé à ses Eglises membres de prendre les mesures suivantes en lien avec la propagation du coronavirus ou covid-19. Voici ce qui a été indiqué aux responsables des Eglises membres.

  • Partenariat avec la Ligue pour la lecture de la Bible

    Ven 12 avril 2019

    Le 6 avril 2019, lors de la Rencontre générale de la FREE, Philippe Thueler, Secrétaire général de la Fédération, a annoncé officiellement le partenariat entre la Ligue et la FREE pour la formation et le coaching des églises pour ce ministère.

  • Qui contacter en cas de soupçon d'abus sexuels sur les mineurs?

    Dim 03 mars 2019

    En complément à la nouvelle charte des moniteurs de l'enfance de la FREE, voici la liste des services et associations à contacter, selon les cantons, en cas de soupçon d'abus sur un mineur.

  • Lieux de culte : plutôt adaptés que neutres

    Mer 18 décembre 2019

    « Pour être missionnels, doit-on désacraliser nos lieux de culte ? » Tel était le thème de réflexion de l’après-midi, lors de la Rencontre générale de la FREE, le 23 novembre 2019 à Nyon. Cette réflexion a été introduite, le matin, par une méditation de Myriam Matthey, pasteure dans l’Eglise évangélique « La Fraternelle », à Nyon. Ensuite, durant l’après-midi, une table ronde a rassemblé Marc Gallay, pasteur dans l’Eglise évangélique de Lonay, François Kunz, architecte à Genève et Jacques André, pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny. Il ne sera, semble-t-il, pas nécessaire de « désacraliser » nos lieux de cultes et de les transformer en salles polyvalentes pour les rendre missionnels. Par contre, ils auront souvent besoin d’être adaptés.

Blogs évangéliques

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !