Vincent Gelot coordonne Radio Al-Salam, la fréquence de la paix en Irak

vendredi 17 avril 2015

Une radio locale de proximité est née dans le Kurdistan irakien, au cœur des camps de déplacés. Son coordinateur est le Français Vincent Gelot, qui avait sillonné durant deux ans la région au volant de sa 4L et qui retrouve là des personnes qui l’avaient accueilli au printemps 2013 à Ninive (1). Joint jeudi 16 avril à Erbil, la capitale du Kurdistan irakien, il témoigne.

Radio Al-Salam – qui signifie « La paix » en arabe – émet en kurde, arabe et syriaque depuis des locaux situés à Ankawa, le quartier chrétien d’Erbil dans le Kurdistan irakien. Cette radio se veut au service des milliers de déplacés arrivés notamment de Syrie il y a deux à trois ans ou plus récemment de Mossoul en juin dernier, puis de la plaine de Ninive. Ces exilés vivent dans des camps qui ressemblent soit à de petites villes, soit à des centres de fortune avec de gros problèmes sanitaires.

Créer du lien

« Le but de cette radio est de créer du lien notamment entre chrétiens, musulmans, kurdes, chiites et yézidis, qui ont fui face à l’offensive dévastatrice de Daesh », explique sur place à Erbil Vincent Gelot, 27 ans. La ligne téléphonique est mauvaise, le son est grésillant, mais il reprend : « Les reportages dans les camps – au nombre de 25 rien que dans le quartier d’Ankawa – sont des moments forts : on donne à ces personnes fragilisées la possibilité de faire entendre leur voix, de témoigner. Cela crée des ponts entre elles et avec les habitants kurdes qui vivent là. »

24 heures sur 24

Radio Al-Salam a pour vocation de donner des informations pratiques comme de divertir ses auditeurs. « On propose des programmes d’enseignement, et on sert aussi de plate-forme aux ONG comme bientôt pour une campagne d’enregistrement des naissances. » Dirigée par quatre journalistes, le média émet 24 heures sur 24. On y retrouve des émissions d’information, des bulletins météo, des moments de musique et des jeux. « Je ne pensais pas revenir si vite dans la région, glisse encore le coordinateur français de cette radio de proximité. J’ai retrouvé plusieurs chrétiens qui m’avaient accueilli notamment à Ninive et Qaraqosh. Ils espèrent bien sûr rentrer bientôt dans leur village, réintégrer leur maison. D’ici là, on essaie d’améliorer leur quotidien. » Ces personnes ont tout abandonné derrière elles, y compris une radio locale chrétienne, qui a fermé.

Quatre partenaires

C’est la Guilde du raid, une ONG française soutenant des initiatives aventurières et solidaires, qui a eu l’idée de « remonter une radio chrétienne mais ouverte à tous les déplacés ». Se sont jointes à elle trois autres organisations : Radios Sans Frontières, l’Oeuvre d’Orient et la Fondation Raoul Follereau. Grâce aux efforts de ces 4 partenaires, plusieurs centaines de postes radio ont déjà été distribués dans les plus de 50 camps que compte la région. Mais il en manque plusieurs centaines...

L’ONU estime à 2,5 millions le nombre d’Irakiens qui ont quitté leur domicile depuis le début 2014 à cause de la guerre. Près de la moitié d’entre eux se trouvent aujourd’hui au Kurdistan, petite région semi-autonome du nord de l’Irak qui compte 5,2 millions d’habitants.

Gabrielle Desarzens

Vincent Gelot sera en direct d’Erbil dans l’émission Hautes Fréquences, dimanche 19 avril à 19h sur RTS La Première.

Note
1 Voir l’article de Gabrielle Desarzens et écouter les émissions : « Au bout de la route, les chrétiens d’Orient avec Vincent Gelot ».

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !