Au bout de la route, les chrétiens d’Orient avec Vincent Gelot

vendredi 14 novembre 2014

Au volant d’une Renault 4L, le Français Vincent Gelot, 26 ans, a fait 60 000 kilomètres à la rencontre des chrétiens d’Orient. Il raconte leur exil et leur quotidien de minoritaires, mais évoque aussi les nouveaux convertis d’Asie centrale. Rencontre.

L’offensive de l’Etat islamique (EI) à la frontière turque pousse de nombreux civils sur les routes. Au moins 160 000 Syriens seraient notamment partis se réfugier en Turquie les deux dernières semaines de septembre. Parmi elles, de nombreux chrétiens. Mais cet exode, qui concerne avant tout les minorités religieuses de ce qu’on appelle le berceau du christianisme, est antérieur aux exactions des djihadistes. C’est ce que rappelle à Nantes Vincent Gelot, de retour de deux ans de voyage dans ces régions du monde.

Check Point à l'entrée d'un village chretien de la plaine de Ninive (Irak en novembre 2012)

Les yeux brillants, le jeune Français évoque ce moine chaldéen rencontré à Alqosh –ville d’Irak encore épargnée par les combattants. Pour ce religieux, la question qui se pose aux chrétiens était ni plus ni moins celle de leur avenir : « Qui protégera et défendra notre existence dans ce pays ? » C’était il y a deux ans. « Dans ce pays, l’exode des chrétiens est affolant: leur nombre est passé en 15 ans de 1,5 million à 400 000 à peine», indique Vincent Gelot, qui avait rencontré en 2012 plusieurs personnes en train d’émigrer, comme cette famille de Batnaya, près de Qarakosh, dans la plaine de Ninive. « C’était un couple avec trois enfants qui partait pour le Liban, avec la grand-maman de 72 ans qui n’avait jamais quitté son village », raconte le voyageur. En janvier 2013, dans le Caucase arménien, il rencontre un réfugié syrien, qui lui avoue se sentir « coincé »: « Mon avenir est incertain. Je ne sais ce qu’il va advenir de moi, spécialement après avoir tout perdu en Syrie. » Mais sa foi reste inébranlable : « Je suis certain que Dieu ne nous oubliera pas et qu’il est avec nous pour toujours », lui a-t-il dit.

Emigration chrétienne

Parti de Beyrouth, Vincent Gelot a débuté son périple à Antioche, dans le sud-est de la Turquie. « C’est là que les premiers fidèles ont pris le nom de chrétiens, raconte le livre des Actes des Apôtres. Il y reste une communauté de 1000 grecs-orthodoxes et une toute petite communauté catholique de peut-être 40 personnes. » Tous les autres habitants sont musulmans. « Les chrétiens sont si peu nombreux qu’ils vont d’une Eglise à l’autre: ça ne les dérange pas d’aller à une messe grecque puis à une messe catholique. C’était beau à voir... » Mais dans ce pays, comme au Liban et en Iran qui jouxtent l’Irak et la Syrie, le nombre de chrétiens baisse aussi. « Ils sont victimes de discriminations, d’injustices quotidiennes comme la difficulté de trouver un emploi ou de grimper dans l’échelle sociale. Ils ne voient plus leur avenir en Orient. » A une certaine époque, ces chrétiens assuraient le lien avec l’Occident. Ils ont été concurrencés voire déclassés dans ce rôle d’intermédiaires par de nouvelles élites musulmanes. Le climat a changé aussi : la diffusion de l’islam est omniprésente dans la vie civile et économique.

Des communautés moribondes

Du côté des Républiques d’Asie centrale, les chrétiens émigrent aussi mais pour d’autres raisons : « Ils sont les enfants des chrétiens déportés dans les goulags par Staline, explique Vincent Gelot. Avec la chute du Mur, ces descendants des anciennes républiques soviétiques ou d’Allemagne, voire de Corée, ont eu envie de rentrer dans leur pays d’origine. Des villages entiers se sont vidés. » Les difficultés économiques poussent aussi à l’émigration, notamment vers la Russie. « J’ai découvert des Eglises chrétiennes isolées, de parfois moins de 10 personnes. » En Azerbaïdjan, il rencontre une communauté méconnue, celle des Molokans, une Eglise évangélique dissidente de l’Eglise russe déportée par Catherine II de Russie dans le lointain Caucase. « Les membres de cette Eglise, forte de 4 à 5000 personnes, sont arrivés au début du XIXe siècle dans un pays à tradition musulmane. Quand je les ai rencontrés, l’histoire avait eu raison d’eux : ils n’étaient plus qu’une petite dizaine. Leurs chants liturgiques en russe semblaient sortis de nulle part. »

Des Eglises souterraines

Cet exemple d’Eglise moribonde comme le flux continu des départs de chrétiens sont toutefois parfois compensés en Orient par les conversions au christianisme. Il s’agit de citoyens locaux qui étaient musulmans ou athées. C’est le cas notamment en Ouzbékistan, où plusieurs Eglises existent légalement mais ne représentent qu’un petit pourcentage par rapport aux Eglises souterraines. « Pour ouvrir un lieu de culte, ce sont des années de bakchichs, de demandes administratives qui n’aboutissent pas. Donc les gens se réunissent quand même, mais de façon clandestine. » C’est notamment le cas de plusieurs Eglises évangéliques que le jeune Français a visitées, et dont il souligne la ferveur et le dynamisme. Mais si le pays n’est pas régi par la charia, il connaît une pression sociale qui n’encourage pas les conversions. « Changer de religion en Orient peut en effet être vécu comme le reniement de tout un bagage ethnique et culturel », explique-t-il.

Un relais

Page du livre de bord

Dans ses bagages, ce licencié en histoire et détenteur d’un master en droit humanitaire avait pris un livre d’or grand format de trois cents pages. Celui-ci s’est révélé un véritable sésame pour approcher les différentes communautés. Les uns après les autres, les chrétiens ont pris la plume pour y partager un peu de leur vécu et de leur foi. « Le livre d’Orient a fait prendre une dimension autre à ce voyage, il m’a complètement dépassé », exprime le voyageur. Ses pages ont servi de relais entre les communautés qui se sont découvertes maillons d’une chaîne. « Ce livre est devenu un recueil qui regroupe les préoccupations, la mémoire, les craintes et les espérances des chrétiens d’Orient aujourd’hui. »

Gabrielle Desarzens

Vincent Gelot a été au micro de Gabrielle Desarzens dimanche 5 octobre à 19h dans l’émission Hautes Fréquences de RTS La Première et du 27 au 31 octobre dans l’émission A vue d’esprit de RTS Espace 2. 

  • Encadré 1:

    De Beyrouth à Jérusalem en passant par la Turquie et Djibouti

    Vincent Gelot est parti de Beyrouth en août 2012. Il a traversé la Turquie, l’Irak, les pays du Caucase, puis ceux d’Asie centrale… avant de rejoindre Djibouti, l’Ethiopie et de remonter sur l’Egypte via le Soudan pour arriver enfin en Terre sainte. Au total, ce sont vingt-trois pays qu’il a foulés. Il est rentré en France début septembre.

  • Encadré 2:

    Cheminement spirituel : « Dieu est devenu un ami ! »

    Vincent Gelot avoue n’avoir pas encore digéré complètement son voyage. Et avoir changé. « Il y a eu au départ le désir de découvrir cet Orient qui est en plein bouleversement, mais aussi qui ne change pas. Ou très peu. » Et la démarche a tenu aussi du pèlerinage, « d’autant plus que je savais que je terminerais par Jérusalem. » Issu d’une famille catholique, le jeune Nantais indique n’avoir jamais été un grand pratiquant. « Mais ce voyage m’a transformé, c’est certain. Ce qui est sûr, c’est que je prie maintenant beaucoup plus qu’avant. Dieu est devenu un ami ! Un Père. Je pense aussi avoir une meilleure connaissance de ma propre foi, de mes propres racines puisque le christianisme vient d’Orient. Ma relation avec le divin est beaucoup plus claire. C’est loin d’être parfait, mais je sais mieux où j’en suis et me sens beaucoup mieux. »

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

23 septembre

  • «Définitivement acquitté!» avec Norbert Valley (Ciel! Mon info)
  • «Guérir de son passé» avec Jacques Poujol (Vitamine B)

30 septembre

  • «D'un jardin à l'Autre» avec Frédéric Baudin (Ciel! Mon info)
  • «Encouragez vos frères qui se sentent seuls» avec Camille Kursner (SPPA)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

eglisesfree.ch

  • Coronavirus: mesures renforcées sur Vaud

    Ven 18 septembre 2020

    La situation sanitaire dans le Canton de Vaud se péjorant, le Conseil d’Etat a détaillé, lors de sa conférence de presse de mercredi 16 septembre, la nouvelle directive Covid qui est entrée en vigueur ce jeudi 17 septembre. Le port du masque est désormais obligatoire dès 12 ans dans les lieux de culte, tout comme l'occupation d'une chaise sur deux comme mesure de distanciation.

  • (Pour une) bonne rentrée!

    Ven 21 août 2020

    D’ici lundi prochain, la rentrée aura eu lieu dans tous les cantons romands. Ces derniers annoncent les uns après les autres les mesures qui seront appliquées dans les écoles pour éviter une deuxième vague de Covid-19. Et dans les Eglises, à quoi ressemble cette rentrée ? Eh bien, c’est compliqué !

  • Révisée, la Charte du moniteur aborde les questions liées aux abus

    Jeu 04 juin 2020

    La « Charte du moniteur, concernant la protection de l'enfance dans l'Eglise » vient d’être révisée. Elle inclut désormais des directives plus précises concernant les questions d’abus sexuels et le rôle de modèle des monitrices et des moniteurs.

  • Coronavirus : les mesures à prendre proposées par la FREE et l'OFSP

    Ven 06 mars 2020

    Comme plusieurs unions ou fédérations d’Eglises, la FREE a proposé à ses Eglises membres de prendre les mesures suivantes en lien avec la propagation du coronavirus ou covid-19. Voici ce qui a été indiqué aux responsables des Eglises membres.

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !