Béatrice Stockly, Ken Elliott et Jeffery Woodke : trois évangéliques en otage dans la région sahélienne

mardi 08 novembre 2016

La Suissesse Béatrice Stockly au Mali et l’Australien Ken Elliott dans le nord du Burkina Faso en janvier, l’Américain Jeffery Woodke au Niger en octobre : trois évangéliques ont été enlevés cette année dans la zone sahélienne et sont actuellement toujours entre les mains de ravisseurs djihadistes. « Priez pour eux : ils le ressentent », affirme lundi 7 novembre l’ex-otage Gandhi Marinova, 86 ans. 

Prise en otage en 1977 en Angola, Gandhi Marinova de l’Eglise évangélique la Passerelle à Vevey (FREE) se souvient : « Mes ravisseurs m'ont fait parcourir 3200 kilomètres à pied pendant 7 mois en Angola1. J’avais 48 ans. Pendant les nuits alors qu’on dormait à la belle étole, je sentais dans mon corps les prières qui montaient pour moi. Je pense que Béatrice Stockly, Ken Elliott et Jeffery Woodke sentent aujourd’hui aussi les prières qui montent pour eux. Ça n’est pas rien ! »

Aucune nouvelle de Ken Elliott

Ken Elliott travaillait à Djibo, dans le nord du Burkina Faso, à la frontière malienne. « Nous sommes toujours sans nouvelles de lui », indique lundi 7 novembre à Ouagadougou ce collaborateur d’une ONG évangélique sur place qui préfère garder l’anonymat pour des raisons de sécurité. « C’est un homme capable de vous opérer sur la table de votre cuisine si nécessaire. Il est très résistant et volontaire : j’ai bon espoir qu’il soit en vie. » Médecin australien, évangélique, Ken Elliott a cependant 82 ans. Seul chirurgien efficace dans l’hôpital qu’il avait créé lui-même à Djibo, il a été enlevé le 15 janvier 2016 avec sa femme Jocelyn. Le groupe djihadiste Ansar Dine, qui est affilié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), avait revendiqué leur enlèvement, puis libéré Jocelyn début février. « Les bruits qui circulent, c’est que Ken aurait accepté de soigner les djihadistes s’ils libéraient sa femme. Cela fait plus de 2 ans que, comme Occidentaux, nous ne nous rendons plus dans le nord du pays, car la zone est dangereuse. Lui, il y travaillait depuis 40 ans. Il est probable que ceux qui l’ont enlevé le connaissaient ou qu’ils ont été soignés par lui. »

Béatrice Stockly toujours détenue

Juste avant le couple australien, dans la nuit du 7 au 8 janvier, la Suissesse Béatrice Stockly avait été enlevée à Tombouctou, au Mali. AQMI avait revendiqué fin janvier dans une première vidéo son enlèvement. Dans une deuxième courte vidéo diffusée jeudi 16 juin, la quadragénaire bâloise y disait être aux mains de ces djihadistes. Elle remerciait sa famille et le gouvernement suisse de leurs efforts afin d’obtenir sa libération. Venue au Mali comme volontaire de l’Eglise méthodiste, la quadragénaire était installée depuis plus de 10 ans dans le nord-ouest du Mali.

Au Niger cette fois, l’Américain Jeffery Woodke, collaborateur de Jeunesse en mission entraide et développement (JEMED), a été kidnappé le vendredi 14 octobre à Abalak, une ville de 30’000 habitants située entre Tahoua et Agadez, dans le centre du pays. Selon  un communiqué du Ministère nigérien de l’Intérieur, un garde national et le gardien de la maison ont été tués lors de l’attaque. Les ravisseurs ont ensuite emmené leur otage vers l’ouest, en direction du Mali. Jeffery Woodke collabore avec JEMED depuis 24 ans, dans les domaines de la gestion des sécheresses, de l’accès à l’éducation et des soins médicaux. Selon Radio France international (RFI), « il était très bien intégré à cette bourgade où cohabitent des populations touarègues, arabes et peuls, et parlait même le tamachek (touarègue). Selon plusieurs témoignages, la ville est sous le choc ». Le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO) pourrait être à l’origine de cet enlèvement. 

Gabrielle Desarzens

1 Gandhi Marinova a été enlevée par les rebelles angolais de l’UNITA, l’Union nationale pour l’indépendance totale de l’Angola, qui a participé à la guerre civile qui a sévi dans ce pays entre 1975 et 1991. L’Unita, soutenue par l’Occident, s’opposait au MPLA, marxiste et soutenu par Moscou. Lire son histoire.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

9 décembre

  • «Ma carrière, ma famille, ma foi» avec Sarah Decorvet (One’Talk)
  • «Le confinement se passe comment?» (Ma foi, c’est comme ça)

16 décembre

  • «Femme, business et maternité» avec Ruth Letare (One’Talk)
  • «Peacemakers : un gospel pour la paix» avec Liz McComb (Connexion)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « Le pardon permet la magie de la résilience ! »

    Ven 04 décembre 2020

    Lisa Zbinden, 24 ans, fait son master en études genre à l’Université de Lausanne. Très attentive aux inégalités sexistes, elle a récemment été bouleversée par le témoignage d’une jeune chrétienne victime d’abus. « Mais qui a pardonné et trouvé en Dieu une force de résilience incroyable ! » RÉSILIENCE : un mot à faire valoir dans les parcours de vie les plus douloureux, estime-t-elle.

  • « Je n’aime ni le bonheur qui se vend, ni le 'hold-up' de la joie. La liberté, par contre, j’y crois ! »

    Ven 27 novembre 2020

    Quatre dimanches de l’Avent… et quatre personnes qui prennent la plume pour apporter une réflexion autour d’un mot qu’ils ont choisi. Ce dimanche 29 novembre, Robin Reeve, 56 ans, professeur à la HET-PRO, nous parle de LIBERTÉ. « Car Jésus est venu nous libérer de nos enfermements. »

  • Danser les lettres hébraïques comme une prière

    Lun 16 novembre 2020

    Gestuelle méditative basée sur les lettres hébraïques, la Téhima est enseignée à Renens (VD). Dans cette discipline chorégraphique, le corps se meut telle la plume d’un calligraphe. « Et l’on se trouve à la source du Verbe », explique Marc-Alain Ouaknin, philosophe, écrivain et rabbin français, dimanche 15 novembre, au micro de Gabrielle Desarzens dans l’émission Hautes Fréquences.

  • De multiples paroisses responsables

    Lun 02 novembre 2020

    Les faitières des Eglises de Suisse - dont le Réseau évangélique suisse - soutiennent l’initiative pour des multinationales responsables. Est-ce légitime ? Les églises peuvent-elles ou doivent-elles se mêler de politique ? Si les avis divergent, « le pasteur ou le curé ne doit surtout pas donner de mot d’ordre en matière de votation », a estimé dimanche 1er novembre dans Hautes Fréquences Claude Ruey, ancien conseiller d’Etat PLR. Il votera pourtant oui.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !