Centrafrique : un musulman, un catholique et un évangélique reçoivent le prix Sergio Vieira de Mello à l’ONU

jeudi 20 août 2015 icon-comments 1

Un imam, un archevêque catholique et un pasteur évangélique ont reçu le prix Sergio Vieira de Mello mercredi 19 août au Palais des Nations à Genève pour leur travail de réconciliation en République centrafricaine (RCA). « Les religions sont là pour relier les gens entre eux », ont-ils notamment témoigné, contredisant l’explication confessionnelle du conflit en RCA que certains se plaisent à véhiculer.

Place Cornavin à Genève. Ceux qu’on appelle les trois « saints de Bangui » se présentent dans le hall central de l’hôtel où ils sont descendus la veille et répondent aux questions sans détour : « Les violences que nous avons connues dès 2012 sont le fruit de frustrations qui ont caractérisé notre pays, avec une pauvreté qui a gangréné un pan entier de notre société, une jeunesse en déperdition scolaire... La cocotte-minute a explosé et nous sommes persuadés que le fait religieux a été instrumentalisé », explique d’emblée Dieudonné Nzapalainga, l’archevêque de Bangui. A ses côtés, le pasteur Nicolas Guérékoyamé-Gbangou, qui préside l’Alliance évangélique de RCA, confirme : « Quand nous avons vu notre pays descendre dans le gouffre, nous nous sommes sentis interpellés. Nos fidèles représentent plus du 80% de la population. Nous avons décidé d’aller vers eux pour parler à leur cœur. La crise était politico-militaire. »

 

Prôner le respect de l’autre

Dès 2012, la République centrafricaine est à feu et à sang. La Seleka, qui regroupe des rebelles musulmans – dont des mercenaires tchadiens et soudanais –, sévit contre la majorité chrétienne alors au pouvoir. Des groupes de self-défense chrétiens et animistes naissent : les anti-Balaka. Le conflit se développe de façon monstrueuse. En 2013, les deux leaders chrétiens et leur collègue musulman, l’imam Oumar Kobine Layama, président du Conseil islamique, créent la plateforme interreligieuse pour la paix, l’Interfaith Peace Platform. « Avant de nous mettre ensemble, nous avons convenu d’un idéal : nous rassembler autour de ce qui nous unit pour sauver des vies humaines, c’est-à-dire autour de la foi. Et de Dieu », précise le pasteur.

« Nous avons pensé qu’il était temps de prôner le respect de l’autre, qui passe aussi par la considération de celui qui pratique une autre religion, lui fait écho l’archevêque. C’est un choix volontaire, conscient, pour sauvegarder le fondement de nos communautés, de l’humanité, car les religions sont là pour relier – religare en latin – les gens les uns avec les autres. »

 

Discours entendu !

Les trois leaders se sont alors déplacés à travers le pays à la rencontre des populations pour prêcher la réconciliation, promouvoir la paix, la tolérance, la confiance. Non sans danger. L’imam a dû se réfugier plusieurs mois chez l’archevêque. Le pasteur a été emprisonné. « La plupart des églises et des mosquées ont été attaquées. On a assisté à l’assassinat de certains de nos responsables religieux. » Et Nicolas Guérékoyamé-Gbangou de raconter que son église se situe à la frontière entre les quartiers musulmans et non musulmans de la capitale : « Rester m’exposait avec ma famille et mes fidèles. Il a fallu s’en remettre aux promesses de Dieu qui nous encourage à compter sur sa protection. Nous sommes restés et avons joué ce rôle de médiateur, en rappelant que, des siècles durant, chrétiens, musulmans et animistes ont cohabité sereinement dans le pays. »

Oumar Kobine Layama explique qu’ils ont alors organisé des ateliers sur la cohésion sociale, la résolution des conflits, le dialogue intercommunautaire. « Nous avons ouvert ces ateliers à tous nos compatriotes, comme aux personnalités politiques. » Des rencontres par le biais des radios pour rassurer, apaiser, calmer, rassembler ont également été mises sur pied, avec de jeunes musulmans, catholiques et protestants autour de la table.

Est-ce que le discours des trois leaders a été entendu ? « Oui, la cohésion sociale tant prêchée a commencé à revenir, indique Nicolas Guérékoyamé-Gbangou. De jeunes musulmans, chrétiens et non religieux œuvrent aujourd’hui ensemble par le biais d’ONG locales et internationales. Les populations recommencent à fréquenter le marché. » « Même des groupes armés ont créé leurs propres groupes de cohésion sociale », mentionne l’imam. « Nous pensons donc que notre engagement n’a pas été vain et que nos messages ont été écoutés, reprend le pasteur. Que la République centrafricaine va, d’ici peu et Dieu voulant, retrouver son unité. »

Gabrielle Desarzens

  • Encadré 1:

    Un prix reçu comme un « bouquet d’oxygène »

    Sergio Vireira de Mello, représentant du Secrétaire général des Nations unies, est mort à Bagdad le 19 août 2003 lors d’un attentat terroriste. La fondation qui porte son nom a été créée en 2007 et décerne un prix tous les deux ans à une personne, un groupe ou une organisation qui a fait quelque chose de spécial et d’unique pour réconcilier des personnes et des parties en conflit. Cette année, il est décerné à l’organisation Interfaith Peace Platform des trois « saints de Bangui ».

    « Recevoir ce prix est un bouquet d’oxygène pour nous, il nous encourage à aller de l’avant », exprime l’imam Oumar Kobine Layama. « C’est la reconnaissance du travail de tous les religieux, de tous les croyants de Centrafrique, ajoute le pasteur. De ceux qui ont ouvert les portes de leurs églises, de leurs mosquées, où il y a eu des balles perdues, des grenades, des morts... Ce prix vient redonner confiance et invite les leaders religieux ailleurs dans le monde à être sel et lumière. »

1 réaction

  • Marie-Claude Pellerin vendredi, 21 août 2015 17:48

    C'est tout simplement MAGNIFIQUE et tellement encourageant.
    À l'heure qu'il est, notre fille, infirmière, est en mission humanitaire à l'hôpital de Bangui sous le "drapeau" du CICR. Lire ces vie-vantes nouvelles me fait un bien fou.
    Merci Gabrielle
    marie-claude

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

22 janvier

  • «L'implantation d'Eglises» avec Franck Jeanneret (One Talk)
  • «La joie d'aimer Dieu» avec Jacques Poujol (Vitamine B)

29 janvier

  • «Amar: un immense respect pour Issa » (Ciel ! Mon info)
  • «La croissance exige du temps» avec Camille Kursner (SPPA)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • Le Sahel et ses tensions religieuses s’invitent au WEF

    Mar 21 janvier 2020

    Le forum de Davos s’ouvre aujourd’hui mardi 21 janvier. Le Sahel et ses tensions religieuses y seront pour la première fois l’objet d’une conférence, organisée notamment par l’Alliance évangélique mondiale.

  • « Il m’a donné un nom » est sorti de presse

    Lun 20 janvier 2020

    Le livre de Christine Gallay, dans lequel elle raconte notamment ses années de galère à vivre dans la rue, est publié aux éditions Première Partie. Avant le tourbillon médiatique qui l’attend à Paris, elle confie qu’il s’agit là d’un aboutissement.

  • Tempête religieuse au Monténégro juste avant le Noël orthodoxe

    Lun 06 janvier 2020

    Une loi sur la liberté religieuse enflamme le Monténégro, petit pays balkanique aux trois quarts orthodoxe. Les centaines de monastères et les nombreuses terres de l’Eglise orthodoxe serbe, majoritaire, pourraient tout bonnement passer aux mains de l’Etat. Noël, que les orthodoxes célèbrent ce mardi 7 janvier, s’annonce tempétueux.

  • "Il faut que les chrétiens reviennent vivre au Proche-Orient"

    Dim 22 décembre 2019

    Il a maintes fois risqué mourir d’une balle perdue. Au cœur du chaos syrien, dans la ville de Homs, le prêtre syrien Ziad Hilal est resté pendant les 8 années de guerre. « Parce qu’on ne quitte pas les gens quand ils passent par un temps difficile. » A la veille de Noël, il dit ne pas pouvoir imaginer un christianisme sans ses racines au Proche-Orient, « où Jésus est né, a marché et annoncé la Bonne Nouvelle. Il faut que les chrétiens reviennent y vivre ! »

eglisesfree.ch

  • Lieux de culte : plutôt adaptés que neutres

    Mer 18 décembre 2019

    « Pour être missionnels, doit-on désacraliser nos lieux de culte ? » Tel était le thème de réflexion de l’après-midi, lors de la Rencontre générale de la FREE, le 23 novembre 2019 à Nyon. Cette réflexion a été introduite, le matin, par une méditation de Myriam Matthey, pasteure dans l’Eglise évangélique « La Fraternelle », à Nyon. Ensuite, durant l’après-midi, une table ronde a rassemblé Marc Gallay, pasteur dans l’Eglise évangélique de Lonay, François Kunz, architecte à Genève et Jacques André, pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny. Il ne sera, semble-t-il, pas nécessaire de « désacraliser » nos lieux de cultes et de les transformer en salles polyvalentes pour les rendre missionnels. Par contre, ils auront souvent besoin d’être adaptés.

  • Rencontre générale: vers un nouveau modèle de financement de la FREE

    Mer 18 décembre 2019

    La Rencontre générale de la FREE, dans sa nouvelle formule, a en bonne partie été consacrée à la présentation d’un nouveau modèle de financement. Quant au thème de réflexion de la journée, il était consacré aux bâtiments d’Eglises, leurs caractéristiques « missionnelles » ou non.

  • Inondations au sud du Laos: le riz vient à manquer dans certains villages

    Jeu 05 décembre 2019

    Les inondations du début du mois de septembre dernier dans les six provinces du sud Laos sont passées inaperçues pour la majorité des Européens. Trois mois après, les cicatrices laissées par cette catastrophe restent profondes.

  • Soutenez l'Action de Noël 2019 au Sénégal et en France

    Jeu 05 décembre 2019

    Vous pouvez soutenir ces deux projets et obtenir des informations supplémentaires à leur sujet sur les sites internet www.eglisesfree.ch et www.sme-suisse.org.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !