Deux jeunes couples à Madagascar pour assainir l’eau

mercredi 23 juin 2010

L’eau potable est cette année au coeur des préoccupations de StopPauvreté2015. Deux jeunes couples de nos Eglises travaillent dans ce sens dans le nord-est de Madagascar. Echos de leur engagement avec Medair.

« Medair a fait beaucoup de choses pour notre village. Nous avons aujourd’hui des pompes à eau et une maison de refuge contre les cyclones. J’ai suivi plusieurs fois des cours sur l’hygiène, sur l’utilisation des WC, le lavage des mains et le nettoyage de la cour. » Laurne a 23 ans et compte cinq personnes dans son foyer. Cette Malgache habite en brousse, dans le petit village de Takoly, à quelques dizaines de kilomètres de Maroantsetra, au nord-est de Madagascar. Pour donner à boire à sa famille, cuisiner, faire la lessive et se laver, depuis toujours elle allait puiser son eau à la rivière. Aujourd’hui, les choses ont changé ! Elle est responsable d’une des pompes que Medair, une ONG lausannoise, a construite et qui dessert une centaine de villageois, parmi lesquels les membres de sa famille.

Les villageois cotisent pour leur eau potable
« Ce que j’aime bien chez Medair, ajoute la jeune femme, c’est le système de cotisation pour assurer l’entretien des pompes. » C’est que depuis l’entrée en service de la pompe les villageois paient une cotisation annuelle de 1 fr.- (soit un demi-salaire journalier ou un verre de bière !) pour assurer l’entretien de l’engin.
Depuis l’installation de ces pompes, les consommateurs de cette eau bénéficient d’une meilleure santé. Avant, il y avait beaucoup de diarrhées, maintenant c’est rare. « Autrefois pendant la saison chaude (de décembre à février), nous étions souvent malades, appuie Laurne. Nous n’avions jamais passé le Réveillon en famille. Chaque fois quelqu’un était malade. Depuis novembre 2008, nous buvons de l’eau de la pompe et nous venons tous de fêter le Réveillon en bonne santé, pour la première fois. »

Des latrines à l’école comme à la maison
Dans la ville de Maroantsetra, Medair travaille aussi à l’assainissement des eaux usées en subventionnant des latrines. Ernest Jaona est directeur d’une école de cette ville. Très satisfait de sa latrine familiale, il a motivé l’association des parents de ses élèves à investir dans une latrine scolaire. « Après avoir vu les avantages des latrines mises en places par l’ONG lausannoise, explique-t-il, j’en ai parlé aux parents des élèves. Ils ont récolté l’argent pour en acheter une pour leurs enfants. » Ces latrines offrent deux avantages par rapport aux trous perdus utilisés traditionnellement par les habitants de la région. Elles sont très propres : pas de mouches ni d’odeurs ! Elles sont solides et les enfants ne risquent pas de se blesser ou de tomber. « La propreté et l’hygiène sont des valeurs que nous voulons inculquer aux élèves », complète ce directeur d’école.

Assainissement, eau potable et cyclones
Plusieurs facteurs font de la côte nord-est de Madagascar une région durement frappée par la pauvreté. Les cyclones qui sévissent presque chaque année, détruisent récoltes, habitations et paralysent les activités et les secours, notamment à cause des inondations qu’ils entraînent.
La nappe phréatique, située parfois à quelques dizaines de centimètres sous le sable, est facilement polluée par les déchets et les excréments. Cela rend difficile l’accès à l’eau potable. Les nombreux fleuves et rivières sont également pollués, ce qui entraîne des maladies, notamment des épidémies de diarrhée qui touchent particulièrement les enfants et qui précarisent la santé de la population. Assainissement, accès à l’eau potable et préparation à l’arrivée des cyclones, voilà trois priorités sur lesquelles l’équipe de Medair Madagascar travaille depuis 2006 à Maroantsetra. Au sein de cette équipe deux couples de Romands : Noémie et Yves-Pascal Suter de l’Eglise évangélique des Amandiers à Lavigny ainsi que Noémie et Eric Arnold de l’Eglise évangélique de la Colline à Crissier (1).
Noémie Arnold

Plus d'Infos

Note
1 D’autres Romands membres d’Eglises de la FREE se sont aussi impliqués dans ce projet ces dernières années : Matthias Lampert (service civil), Aurélien et Audrey Demaurex ainsi que Patrick Houriet.



Madagascar : la vie « mora mora !
Avec Eric, nous avions envie de nous rendre sur le terrain au cœur de l’action. Le travail sur le terrain avec Medair permet une proximité réelle avec les bénéficiaires ; nous avons le privilège de travailler, manger, fêter, chanter ou même prier régulièrement ensemble. Cette proximité permet parfois de vrais échanges, des confidences, des rires aussi, parce que nous restons de drôles de « vazahas » (Occidentaux) au corps fragile.
Le mode de vie à la malgache, bien qu’adapté pour nous, n’est pas toujours sans difficultés. Le climat chaud et très humide calme notre énergie dès le matin, les absences de réseaux téléphoniques, de connexion internet, d’infrastructures et les problèmes logistiques nous font relativiser nos ambitions du jour. Les Malgaches parlent de la vie « mora mora », « doucement doucement » à juste titre. S’il y a bien une chose que j’ai apprise ici, c’est la patience, avec les gens, le matériel, les transports, mais aussi avec moi-même.
Noémie Arnold (communications sur le terrain et implication des bénéficiaires)



Un job diversifié
En arrivant à Madagascar, ma première difficulté a été de m’imprégner d’un projet qui s’inscrit sur le long terme. Nous devons maintenant rendre des comptes aux donateurs et clore des travaux en cours. En tant que manager, je dois chercher à m’intégrer le plus élégamment possible, bien comprendre comment les choses marchent et ne pas vouloir tout changer.
J’ai énormément de plaisir à faire ce que je fais car c’est diversifié : gérer une équipe dans un bureau, planifier des formations, trouver des solutions à des problèmes en équipe parce qu’on ne résout pas un problème seul. J’ai aussi l’opportunité d’aller surveiller les chantiers sur le terrain, de faire des études de faisabilité avant d’entamer une construction, et de rencontrer les bénéficiaires.
Eric Arnold
(constructions et promotion de l’hygiène)

Pour plus d’infos sur Noémie et Eric Arnold à Madagascar

 

  • Encadré 1:

    Encourager, accompagner, former...
    L’approche de Medair à Madagascar pourrait se résumer ainsi : encourager, accompagner, former, responsabiliser, travailler main dans la main. Loin d’imposer des solutions toutes faites, nous voulons chercher ensemble des solutions qui correspondent au contexte, à la culture et aux besoins. Cela prend du temps, de l’énergie, et coûte relativement cher, mais je suis convaincu que c’est avancer dans la bonne direction.
    Medair s’est donné six valeurs qui dirigent notre action : l’espoir, la redevabilité, la foi, la compassion, l’intégrité et la dignité. Toutes ces valeurs correspondent à ma vision de l’aide, mais celle qui me parle particulièrement ces temps, c’est l’espoir. En effet, je crois que cette manière de faire apporte de l’espoir.
    Quand les cyclones frappent année après année, quand les crises politiques se succèdent, tout s’effondre à chaque fois. Dans ces situations de crise, on a parfois besoin d’un coup de pouce pour repartir. A mon sens, Medair apporte ce coup de pouce qui redonne espoir.
    Yves-Pascal Suter, responsable du projet

  • Encadré 2:

    De l’eau propre... source de Vie ?
    Comment résumer en quelques phrases ce que nous vivons à Maroantsetra depuis neuf mois ? Pour une visuelle comme moi, c’est d’abord l’envie de partager des images :

    • Celles de ces enfants, omniprésents et toujours souriants, même sous la pluie, jouant dans de grosses flaques d’eau faisant office de pataugeoire, souriants malgré quelques cheveux décolorés par la malnutrition ou un ventre étrangement gonflé, signe de la présence de vers ou de bactéries dus au manque d’hygiène.
    • Celles de ces villageois avec leurs enfants dans les bras ou sur le dos, réunis autour d’une grande feuille de papier pour réfléchir aux contaminations possibles de l’eau, depuis le lieu de puisage jusqu’au stockage dans la maison. On discute, on écrit, on partage… Je vois une communauté en action, réfléchissant à leur mode de vie, élaborant petit à petit des gestes qu’il faudra mettre en pratique au quotidien.
    • Celles de notre travail qui me parle de Dieu, de son désir que chaque être humain vive dignement. L’équipe travaille dur pour permettre aux habitants de cette région d’avoir accès à de l’eau propre, mais nous prions également pour qu’ils découvrent Celui qui est la source d’eau de vie, non pas d’un alcool illusoire, mais la source d’une Vie féconde et éternelle.

    Noémie Suter

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

  • Rencontre générale : une fédération utile

    Mer 29 novembre 2023

    La Rencontre générale du 25 novembre 2023 a permis de remercier Stéphane Bossel pour 23 ans d’engagements divers et importants dans la FREE. Elle a aussi permis à l’équipe de direction de partager quelques priorités, notamment le sens, les valeurs et la plus-value que la FREE peut offrir aux Eglises.

  • Rencontre générale de la FREE : l’équipe de direction souffle sa première bougie

    Sam 08 avril 2023

    La Rencontre générale de la FREE, qui a eu lieu le 1er avril 2023 à Aigle, a permis à la nouvelle équipe de direction de dresser un bilan, après tout juste une année de fonctionnement. Et ce qui saute aux yeux, c’est le grand nombre des défis à relever.

  • FREE : une première « Journée stratégique »

    Ven 03 février 2023

    Les personnes qui exercent un rôle dans la FREE se sont réunies en janvier pour réfléchir à la mise en œuvre de la nouvelle « gouvernance à autorité distribuée » (1). Retour sur une « Journée stratégique » conviviale et studieuse.

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !