Gümligen (BE) : visite d’un centre géré par l’Armée du salut

jeudi 24 septembre 2015

L’Armée du salut (ADS) a commencé mardi 22 septembre à accueillir des migrants dans l’ancienne caserne des pompiers de la ville de Berne, reconvertie en centre d’accueil. Un travail salué par les autorités communales. Il s’agit du treizième centre d’accueil pour migrants géré par l’ADS dans ce canton. Reportage par écrit et dimanche soir sur RTS La Première à 19h.

Franziska Teuscher, conseillère communale en charge notamment du secteur de l’asile, salue l’engagement de l’Armée du salut sur le dossier de la migration : « Dans la ville de Berne, c’est elle qui est responsable de ces centres d’accueil pour migrants. Son engagement et son respect pour les êtres humains est très important. De même que sa très bonne coopération avec les bénévoles et les différents quartiers de la ville. »

Dans le canton de Berne, l’ADS gère 13 centres sur près de 30. L’un des derniers qui a ouvert sous sa bannière il y a moins de 2 mois compte quelque 90 personnes dans l’abri PC de Gümlingen. L’écriteau qui signale sa présence se fait discret à côté des rames du tram numéro 6. Ce jour-là, il pleut et aucun migrant ne prend l’air. Le passage en béton qui descend en direction de l’entrée de ce lieu de vie mène le quidam face à une représentation surprenante peinte à même le mur : un homme en rouge, avec une croix suisse sur le corps, tend le bras comme une invitation à entrer, et souligne le mot : « Willkommen ».

Quotidien sous terre

A l’intérieur, il fait chaud et l’air se fait rare. Laura Münger, 31 ans, est à la tête de la structure. « Les débuts n’ont pas été faciles. Les centres doivent ouvrir tout de suite. Les lits, l’unique salle de douches, l’infrastructure pour se faire à manger étaient en place ; mais pas l’organisation du quotidien comme les possibilités de s’occuper à l’extérieur du centre. »

Plusieurs de ces résidents ont fait des expériences de prison en Libye, par exemple, où ils étaient détenus déjà sous terre, explique-t-elle. « Quand quelqu’un me dit que cela fait un mois qu’il est ici sans parvenir à dormir la nuit parce qu’il pense aux tortures subies, il faut trouver des solutions individuelles. »

L’équipe en place met actuellement l’accent sur l’occupation. De fait, sans lumière naturelle, les résidents ne savent pas si c’est le jour ou la nuit. « Ils doivent trouver une raison de se lever le matin, avoir quelque chose à faire la journée pour être un peu fatigué le soir et se coucher », commente Laura Münger. Des travaux de nettoyage rythment le temps, trois fois par jour. « On essaie de faire du football à midi. Plus tard, on fera des entraînements de course, pour participer à des semi-marathons par exemple. Et puis des cours d’allemand seront mis sur pied. »

Les migrants, des personnes vulnérables

Les relations avec la commune de Muri-Gümlingen sont bonnes. Ses autorités ont même offert aux migrants la possibilité de réaliser de petits travaux d’entretien. Des bénévoles sont venus apporter des habits, et leurs services pour des cours de langue à ces migrants qui proviennent pour la grande majorité d’entre eux d’Erythrée.

Mais pourquoi l’Armée du Salut s’est-elle pareillement engagée sur ce terrain de la migration ? « Ils font partie des plus vulnérables et on s’occupe de toute personne en situation de crise », déclare Dominik Waefler, responsable de tous les centres d’accueil pour migrants gérés par l’ADS en Suisse. L’organisation fait surtout partie d’un réseau d’institutions qui s’occupent d’autres personnes fragilisées, ce qui confère de belles synergies à même de favoriser l’intégration de cette population, estime Dominik Waefler, pour qui les compétences créées il y a 125 ans par l’ADS profitent aux migrants. « C’est le cas notamment des cours qu’on a mis en place en Suisse pour appréhender le marché du travail. »

L’Armée du Salut s’occupe aujourd’hui en Suisse de près de 2'500 migrants provenant d’une cinquantaine de pays.

Gabrielle Desarzens

Dimanche 27 septembre sur RTS La Première à 19h, Hautes Fréquences propose une émission spéciale sur les migrants.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

  • Un·e responsable des finances (10%)

    Lun 29 janvier 2024

    Plus grande fédération d’Eglises évangéliques en Suisse romande, la FREE offre un cadre de travail dynamique et défiant, en lien étroit avec les autres acteurs du milieu chrétien évangélique romand, suisse et international. Dans ce cadre, la FREE recherche un·e responsable des finances.

  • Rencontre générale : une fédération utile

    Mer 29 novembre 2023

    La Rencontre générale du 25 novembre 2023 a permis de remercier Stéphane Bossel pour 23 ans d’engagements divers et importants dans la FREE. Elle a aussi permis à l’équipe de direction de partager quelques priorités, notamment le sens, les valeurs et la plus-value que la FREE peut offrir aux Eglises.

  • Rencontre générale de la FREE : l’équipe de direction souffle sa première bougie

    Sam 08 avril 2023

    La Rencontre générale de la FREE, qui a eu lieu le 1er avril 2023 à Aigle, a permis à la nouvelle équipe de direction de dresser un bilan, après tout juste une année de fonctionnement. Et ce qui saute aux yeux, c’est le grand nombre des défis à relever.

  • FREE : une première « Journée stratégique »

    Ven 03 février 2023

    Les personnes qui exercent un rôle dans la FREE se sont réunies en janvier pour réfléchir à la mise en œuvre de la nouvelle « gouvernance à autorité distribuée » (1). Retour sur une « Journée stratégique » conviviale et studieuse.

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !