L’Eglise-café s'est invitée au Forum des implanteurs

lundi 02 février 2015 icon-comments 2

Le Forum des implanteurs d'Eglises, qui s'est déroulé le 31 janvier dernier à l'Institut biblique et missionnaire Emmaüs, a donné la parole à Bob Hopkins. Ce spécialiste britannique de l'implantation de nouvelles Eglises en phase avec les cultures qui cohabitent en Europe, a emmené son public vers le futur.

« En Europe, le dimanche est le jour destiné aux achats, aux loisirs et à la famille, explique Bob Hopkins, un responsable du mouvement Fresh Expressions. Ce jour n'est pas forcément bon pour inviter des non-chrétiens à rejoindre un culte. » L'orateur principal du Forum des implanteurs d'Eglises qui s'est tenu le 31 janvier à l'Institut biblique et missionnaire Emmaüs, à Saint-Légier, nous invite à nous mettre à l'écoute d'une société qui a radicalement changé.
Par le passé, l'Eglise se trouvait au centre de la société, et la société s'adaptait à l’Eglise. Aujourd'hui, au contraire, c'est l’Eglise qui doit s'adapter à la société ou disparaître. Les chrétiens doivent donc prendre le temps de se mettre à l'écoute de Dieu, puis de la société dans laquelle ils vivent, afin de dire l'Evangile avec des chances d'être compris.
« L'un des grands changements intervenus durant ces dernières décennies, explique Bob Hopkins, c'est que notre société est devenue pluraliste et que les gens fonctionnent en réseaux. » Cela implique que les Eglises ne s'adressent plus à un groupe homogène, mais à des cultures distinctes, souvent très différentes les unes des autres.
Un autre changement radical est le rapport de la société aux Eglises. En Europe, très peu de personnes conservent des contacts réguliers avec une communauté chrétienne. La majorité de la population ne sait rien, ni des Eglises, ni de la Bible, ni de la foi.

Il va falloir tout changer !
Cette nouvelle réalité fait dire à Bob Hopkins que nous allons devoir tout changer : « Il faut changer les jours et les heures des rencontres, les personnes qui conduisent les activités, les bâtiments, les types de rencontres, la taille des groupes. » Aux côtés d'Eglises plus traditionnelles ou généralistes vont se développer des communautés plus spécialisées : pour les hommes, pour les familles, pour les étrangers, pour les fêtards noctambules, pour les personnes en recherche de Dieu, pour les réseaux sociaux, pour les quartiers neufs de nos villes. Fresh Expressions est l'un des mouvements qui accompagnent cette révolution.
Un exemple d'évolution sur le modèle Fresh Expressions : l’Eglise-café. « La cultre-café est très importante en Europe, souligne Bob Hopkins. C'est une manière privilégiée de se rencontrer. Etablissons donc des cafés dans nos chapelles, ou au moins dans le hall d'entrée. Organisons des rencontres dans des salles polyvalentes avec café, cours de danse, clubs de photographie ou ateliers de bricolage. Allons plus loin et créons des communautés dans de véritables cafés que nous louons ou achetons. »

Claude-Alain Baehler

  • Encadré 1:

    Bob et Mary Hopkins

    Bob et Mary Hopkins habitent Sheffield, à une cinquantaine de kilomètres à l'est de Manchester. Ils ont une solide expérience pratique de la mission et de l’implantation d’Eglises dans des milieux très divers. Durant 19 ans, ils ont été à la tête de Anglican Church Planting Initiative, un mouvement d'implantation d'Eglises anglican. Ils ont également travaillé 14 ans au sein du conseil de la paroisse de Saint-Thomas, à Sheffield. Depuis 2004, ils ont rejoint l'équipe du mouvement Fresh Expressions.

    Créé en 2004, le mouvement Fresh Expressions – expression fraîche, renouvelée – encourage le développement de nouvelles formes d'Eglises adaptées à un monde en évolution rapide. Issu de l’Eglise d'Angleterre et de l’Eglise méthodiste, Fresh Expressions s'adresse aux chrétiens et aux Eglises de toutes dénominations. Il vise autant la transformation de communautés existantes que l'implantation de nouvelles Eglises.

    Fresh Expressions fonctionne selon quelques principes prioritaires. Il rappelle que la foi et l'écoute de Dieu passent avant les structures et les méthodes. Il encourage les chrétiens à prendre le temps de comprendre la culture dans laquelle ils sont témoins de l'Evangile. Il vise à la formation de disciples.

  • Encadré 2:

    Quelques exemples d'implantations d'Eglises

    Durant la journée, trois projets d'implantation d'Eglises ont été présentés.

    Quartier libre – Didier Crelier, le responsable des rencontres pour enfants Quartier libre, a expliqué que quelque 90 groupes fonctionnent actuellement en Suisse, en France et en Belgique. Les rencontres ont lieu « sous les balcons », dans les quartiers, afin que les parents voient ce qui s'y passe. Quartier libre propose non seulement le message de l'Evangile, mais aussi un enseignement qui contribue au développement et à l'épanouissement des enfants.
    Quartier libre est actuellement un outil missionnaire pour les Eglises, ainsi qu'une interface entre les Eglises et la société. Mais ses responsables cherchent des solutions afin que le mouvement contribue de manière plus directe à l'implantation de nouvelles Eglises.

    1 pour 10'000 – Daniel Liechti, le vice-président du Conseil national des évangéliques de France (CNEF), a présenté le projet 1 pour 10'000 qui vise à implanter quelque 4000 nouvelles communautés en France. Actuellement, une nouvelle Eglise est créée tous les dix jours dans ce pays. Il s'agit d'augmenter notablement la cadence afin d'atteindre le but fixé dans des délais raisonnables.
    L'objectif 1 pour 10'000 est soutenu par toutes les dénominations affiliées au CNEF, l’instance faîtière des évangéliques français. L'une des priorités du projet est la formation de chrétiens qui ont reçu un appel pour l'implantation d'Eglises.

    Le Tag – Emmanuel Schmid, l'un des responsables de l’Eglise « itinérante » Le Tag (FREE), a fait le point de la situation. Il s'est réjoui : « Le principal point positif ce cette expérience, c'est la convivialité. Les gens aiment se retrouver. » La communauté continue de ne surtout pas se réunir le dimanche ; un jour qui, selon Emanuel Schmid, « ne convient justement pas à 95 % des Suisses ».
    L'un des objectifs du Tag était de libérer les chrétiens afin qu'ils disposent de temps pour aller à la rencontre de non-chrétiens. Cela fonctionne plutôt bien, mais pose de nouveaux problèmes : comment trouver le bon moment et la bonne occasion pour parler de foi avec ces nouveaux amis ?

2 réactions

  • Desinde Stéphane mercredi, 18 février 2015 16:30

    Des perspectives réjouissantes pour le royaume sont présenté ici! La vision de la plupart des communautés est de rejoindre les non-églisés. La plupart des communautés, portent de multiples projets, innovent, bougent et mettent aux défis leurs membres à bouger. L'église se tournent résolument sur l'extérieur, gloire à Dieu! Dans le même temps, en s'attachant à toucher la population, l'église oublie peut être l'une de ses missions, celle d'édifier le corps du Christ. Devrons-nous en arriver à "oublier" d'une certaine manière, les besoins inhérents à la vie de la communauté et à la communion fraternelle de ceux de l'intérieur pour tout sacrifier à la croissance? Comment cheminer en parallèle pour voir grandir et solidifier le corps du Christ et dans le même temps nous tourner vers l'extérieur...Et s'il n'y avait que l'Amour et la grâce pour réussir ce pari?

  • Pellerin Marie-Claude dimanche, 22 février 2015 15:38

    Bravo pour ces belles initiatives de rejoindre nos soeurs et frères en humanité autour d'un café (forum) !

    En Suisse romande, dans 18 localités et depuis bientôt 30 ans, des femmes de différentes églises et communautés vivent, dans des lieux publics (souvent grandes salles communales), des matinées leur permettant d'inviter leurs amies, voisines ou connaissances, à se rencontrer pour discuter de différents sujets d'actualité.
    Sous le nom "Petits Déjeuners Contacts", des conférences sur des thèmes variés ainsi que des témoignages personnels sont suivis de discussions libres autour de la table. Le désir prioritaire de ces Petits Déj. est d’entrer en dialogue avec des femmes qui s’interrogent sur Dieu et sur la foi chrétienne.
    Mais... un p'tit tour dans leur site vous en dira d'avantage : http://www.petits-dej.ch

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

  • Un·e responsable des finances (10%)

    Lun 29 janvier 2024

    Plus grande fédération d’Eglises évangéliques en Suisse romande, la FREE offre un cadre de travail dynamique et défiant, en lien étroit avec les autres acteurs du milieu chrétien évangélique romand, suisse et international. Dans ce cadre, la FREE recherche un·e responsable des finances.

  • Rencontre générale : une fédération utile

    Mer 29 novembre 2023

    La Rencontre générale du 25 novembre 2023 a permis de remercier Stéphane Bossel pour 23 ans d’engagements divers et importants dans la FREE. Elle a aussi permis à l’équipe de direction de partager quelques priorités, notamment le sens, les valeurs et la plus-value que la FREE peut offrir aux Eglises.

  • Rencontre générale de la FREE : l’équipe de direction souffle sa première bougie

    Sam 08 avril 2023

    La Rencontre générale de la FREE, qui a eu lieu le 1er avril 2023 à Aigle, a permis à la nouvelle équipe de direction de dresser un bilan, après tout juste une année de fonctionnement. Et ce qui saute aux yeux, c’est le grand nombre des défis à relever.

  • FREE : une première « Journée stratégique »

    Ven 03 février 2023

    Les personnes qui exercent un rôle dans la FREE se sont réunies en janvier pour réfléchir à la mise en œuvre de la nouvelle « gouvernance à autorité distribuée » (1). Retour sur une « Journée stratégique » conviviale et studieuse.

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !