La Suissesse Béatrice Stockly depuis 16 mois entre les mains de djihadistes

mardi 02 mai 2017

Différents groupes djihadistes installés dans le nord du Mali et la région sahélienne ont récemment fusionné et créé « le groupe de soutien à l’islam et aux musulmans », a indiqué à notre rédaction lundi 1er mai à Bamako un pasteur évangélique. Béatrice Stockly serait désormais entre leurs mains et non plus entre celles du seul groupe AQMI.

Des mouvements islamistes installés au nord du Mali ont récemment créé une nouvelle alliance dénommée « Groupe – ou mouvement – de soutien à l’islam et aux musulmans ». La nouvelle de cette fusion, rapportée lundi 1er mai au téléphone par un pasteur évangélique, qui souhaite garder l’anonymat pour des raisons de sécurité, avait été relayée précédemment par l’Agence mauritanienne d’information. Les djihadistes auraient installé à leur tête le Touareg malien Iyad Ag Ghali, du groupe Ansar Dine. Le groupe AQMI (Al Qaïda au Maghreb islamique), qui détenait la Suissesse, participerait à cette alliance. De fait, la Bâloise serait donc désormais entre les mains de ce nouveau groupe et non plus entre celles des seuls djihadistes d’AQMI.

Les autorités maliennes reconnaissent qu’Iyad Ag Ghali est incontournable dans le processus de paix et de sécurité au Mali et aimeraient pouvoir traiter avec lui pour ramener la quiétude dans le pays, a déclaré le journaliste Amadou Bamba Niang dans Malijet, un média d’information sur internet.

Etat d’urgence et insécurité

Le Mali est toujours sous autorité intérimaire, et le pays encore la proie d’attaques et d’attentats. L’Etat d’urgence en vigueur et qui devait expirer samedi 29 avril a été prolongé de 6 mois, jusqu’au 31 octobre, par l’assemblée nationale, rapporte l’AFP.

Le 10 janvier dernier, AQMI avait diffusé une vidéo de Béatrice Stockly, enlevée un an plus tôt à Tombouctou, dans le nord du Mali. L’otage assurait être entre les mains de ces djihadistes depuis « 360 jours », avant de saluer sa famille et de remercier « le gouvernement suisse pour tous les efforts qui sont faits » pour tenter de la faire libérer. La quadragénaire s’était dite « en bonne santé ».

Gabrielle Desarzens

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

9 décembre

  • «Ma carrière, ma famille, ma foi» avec Sarah Decorvet (One’Talk)
  • «Le confinement se passe comment?» (Ma foi, c’est comme ça)

16 décembre

  • «Femme, business et maternité» avec Ruth Letare (One’Talk)
  • «Peacemakers : un gospel pour la paix» avec Liz McComb (Connexion)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « Le pardon permet la magie de la résilience ! »

    Ven 04 décembre 2020

    Lisa Zbinden, 24 ans, fait son master en études genre à l’Université de Lausanne. Très attentive aux inégalités sexistes, elle a récemment été bouleversée par le témoignage d’une jeune chrétienne victime d’abus. « Mais qui a pardonné et trouvé en Dieu une force de résilience incroyable ! » RÉSILIENCE : un mot à faire valoir dans les parcours de vie les plus douloureux, estime-t-elle.

  • « Je n’aime ni le bonheur qui se vend, ni le 'hold-up' de la joie. La liberté, par contre, j’y crois ! »

    Ven 27 novembre 2020

    Quatre dimanches de l’Avent… et quatre personnes qui prennent la plume pour apporter une réflexion autour d’un mot qu’ils ont choisi. Ce dimanche 29 novembre, Robin Reeve, 56 ans, professeur à la HET-PRO, nous parle de LIBERTÉ. « Car Jésus est venu nous libérer de nos enfermements. »

  • Danser les lettres hébraïques comme une prière

    Lun 16 novembre 2020

    Gestuelle méditative basée sur les lettres hébraïques, la Téhima est enseignée à Renens (VD). Dans cette discipline chorégraphique, le corps se meut telle la plume d’un calligraphe. « Et l’on se trouve à la source du Verbe », explique Marc-Alain Ouaknin, philosophe, écrivain et rabbin français, dimanche 15 novembre, au micro de Gabrielle Desarzens dans l’émission Hautes Fréquences.

  • De multiples paroisses responsables

    Lun 02 novembre 2020

    Les faitières des Eglises de Suisse - dont le Réseau évangélique suisse - soutiennent l’initiative pour des multinationales responsables. Est-ce légitime ? Les églises peuvent-elles ou doivent-elles se mêler de politique ? Si les avis divergent, « le pasteur ou le curé ne doit surtout pas donner de mot d’ordre en matière de votation », a estimé dimanche 1er novembre dans Hautes Fréquences Claude Ruey, ancien conseiller d’Etat PLR. Il votera pourtant oui.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !