Nouvel ecclésiastique enlevé dans la ceinture sahélienne

mercredi 20 mars 2019

Un prêtre burkinabé a été enlevé dimanche 17 mars dans la ceinture sahélienne. Dans cette région, le commerce des otages est fructueux et vise plusieurs personnes liées aux églises. L’évangélique Béatrice Stockly est toujours aux mains des djihadistes depuis le 7 janvier 2016.

Joël Yougbaré, curé de Djibo, a été pris en otage dimanche dans le nord du Burkina Faso, à la frontière malienne, dans une zone devenue le fief de différents groupes djihadistes. Son enlèvement intervient un mois après l’assassinat d’un prêtre espagnol survenu dans l’est du pays, alors qu’en septembre dernier, et au Niger voisin, c’est un missionnaire italien qui était victime de rapt. La Bâloise et missionnaire Béatrice Stockly, enlevée au Mali, est toujours otage – et depuis 3 ans maintenant – du groupe Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI). On est toujours sans nouvelle également du médecin australien Ken Elliott, ainsi que de l’Américain Jeff Woodke, deux évangéliques enlevés également en 2016. Rien de nouveau non plus en ce qui concerne la Française Sophie Pétronin, enlevée la même année au Mali, ou de Gloria Cecilia Narvaez Argoti, une religieuse colombienne, enlevée il y a deux ans, au Mali également.

Le Burkina dans la tourmente djihadiste

Joint à Bamako, la capitale malienne où il est réfugié depuis plusieurs années à cause de la menace terroriste, le pasteur Bouya Yattara de Tombouctou indique qu’« il y a une hausse généralisée de l’insécurité dans toute la région sahélienne ». D’après lui, le Burkina Faso serait aujourd’hui « plus dans le rouge que le Mali ». Peut-être parce que ce pays a trop joué les bons offices dans ces questions liées aux otages, avance-t-il. Lors de son premier enlèvement en 2012, Béatrice Stockly avait d’ailleurs bénéficié de l’intermédiaire des autorités de Ouagadougou pour sa libération.

Des hypothèses en guise d’explication

Mais pourquoi ces enlèvements de personnes liées aux églises ? Deux hypothèses peuvent être avancées. La première c’est que les ravisseurs imaginent que derrière une personnalité ecclésiastique, il y a sans doute une communauté ou une institution prête à payer pour sa libération. La seconde se trouve sans doute dans la revendication vidéo du deuxième enlèvement de Béatrice Stockly, où AQMI faisait clairement référence au ministère de la Suissesse. Il annonçait avoir enlevé « cette mécréante évangélisatrice qui, par son travail, a réussi à faire sortir de l’islam nombre de fils musulmans. »

Gabrielle Desarzens

Une chornique à écouter

Publicité
  • Des multinationales bientôt responsables ?

    Des multinationales bientôt responsables ?

    Le Conseil national a accepté jeudi le contre-projet à l’Initiative pour des multinationales responsables. « C’est une belle victoire d’étape », s’est réjouie vendredi 14 juin Chantal Peyer de Pain Pour le Prochain. « C’est une affaire de justice », avait déclaré avant elle et sur ce dossier Dick Marty, co-président du comité d’initiative.

    vendredi 14 juin 2019
  • « Egalité. Point. Amen. »

    « Egalité. Point. Amen. »

    14 juin, jour de la grève des femmes. Les chrétiennes du pays y participent notamment avec le slogan « Egalité. Point. Amen. » Parce que l’égalité laisse encore beaucoup à désirer dans les Eglises.

    vendredi 14 juin 2019
  • Le christianisme, concurrent du communisme en Chine

    Le christianisme, concurrent du communisme en Chine

    En avril 1989, les manifestations de la place Tian’anmen à Pékin ont été sévèrement réprimées. Trente ans après, le contrôle et la répression de la religion connaît un resserrement généralisé en Chine, où la force des chrétiens reste pourtant impressionnante. Deux émissions radio récemment diffusées sur les ondes de la RTS en rendent compte, avec notament l'intervention de William Frei, ancien consul de Suisse à Shangaï, et de sa femme, Joëlle Marie.

    jeudi 09 mai 2019
  • Aumôniers évangéliques en Suisse romande: faire route avec son prochain

    Aumôniers évangéliques en Suisse romande: faire route avec son prochain

    La première journée de rencontre entre aumôniers évangéliques romands s’est tenue mardi 30 avril à Areuse (NE) en présence d’une vingtaine de professionnels, qui ont fait connaissance et réfléchi ensemble à leur métier en mutation. « La posture du témoin est pour moi fondamentale », leur a déclaré à cette occasion Thierry Collaud, médecin et professeur d’éthique à l’Université de Fribourg, invité pour l’après-midi.

    lundi 06 mai 2019

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !