« Auras-tu été toi ? »

lundi 20 juin 2022

Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

Un cartable dans les mains avec plusieurs de ses travaux, Francine Carrillo les commente : « Ça c’est le fameux « aleph », la lettre qui désigne le divin, la première lettre de l’alphabet hébraïque. C’est une lettre muette et indispensable à la constitution des mots. Et c’est déjà plein de symboles pour moi ! » Elle retire une autre de ses œuvres et poursuit : « Là, j’ai fait un essai avec 4 lettres qu’on prononce « Oulaï » et qui, en hébreu, veulent dire « peut-être ». Et ce « peut-être » est un des noms de Dieu dans la kabbale. Pour moi, ce divin comme possibilité d’être qui nous rejoint, c’est très fondamental. » Installée depuis 6 ans à La Sage, à 1700 mètres d’altitude dans le val d’Hérens, Francine Carrillo se met ensuite à sa table de travail et calligraphie le mot « Ruah », formé de trois consonnes, « qui signifie l’haleine de vie que Dieu a insufflé en Adam, mais qui signifie aussi le souffle qui, avant la création du monde, planait sur les eaux. »

Pouvoir évocateur des mots

La pasteure et théologienne dit avoir toujours été fascinée par l’esthétisme de ces lettres. Puis elle a fait un stage avec une calligraphe juive qui lui a donné le goût de se mettre à ce travail qui, pour elle, est une manière de méditer. « C’est une belle façon de m’asseoir et de faire silence, confie-t-elle. Et de laisser le travail se faire par la main et pas seulement par la tête. Ce qui m’attire beaucoup dans l’hébreu, finalement, c’est ce pouvoir évocateur des mots qui contiennent tous un appel à déchiffrer leur énigme et un appel à les mettre en lien les uns avec les autres pour qu’ils produisent du sens. Car le sens, dans la tradition juive, n’est jamais déjà là dans le texte : il advient par le fait de notre lecture. C’est dire que par notre propre voix, notre interprétation, nous faisons parler les textes. Et que ceux-ci comprennent donc une puissance d’évocation et d’étonnement qui nous tiennent en vie ! »

Être soi

Francine Carrillo 2Cette puissance de questionnements, Francine Carrillo la trouve moins dans le christianisme, « qui a parfois tendance à s’asseoir sur des vérités établies, voire des dogmes ». Mais dans les deux traditions, il y a pour elle des perles qui donnent sens à ce combat pour un monde plus humain. A l’heure où l’horizon semble barré, le judaïsme débouche toujours sur « une éthique de l’action contre tout enfermement. En ce sens, le christianisme ne peut pas faire l’économie de sa racine juive », estime-t-elle. Et de citer cette histoire d’un rabbin qui disait, avant sa mort, que dans le monde qui vient, on n’allait pas lui demander pourquoi il n’avait pas été Moïse ou une grande figure, mais pourquoi il n’avait pas été lui-même, avec le nom qu’il portait. « Après, les chemins empruntés pour faire valoir ses aptitudes reviennent à chacun. Mais pour moi, ils passent actuellement par ce travail sur les lettres et sur l’hébreu ! »

Chercher sa vérité

A parler des jeunes, Francine Carrillo les invite à chercher en eux-mêmes leur vérité et qu’ils soient fidèles à cette « lumière intérieure », dont parle la tradition hassidique. « Dans le mot « Ruah », il y a cette dernière lettre qui signifie l’énergie de la vie, mais en même temps les obstacles que celle-ci rencontre. Donc il ne faut pas croire que tout va être simple, mais il faut travailler en même temps avec cette énergie de vie qui nous habite et qui nous donne le courage d’être et de résister à ce qui nous aliène. »

Gabrielle Desarzens

Une émission radio 

Francine Carrillo a publié de nombreux ouvrages, dont « Une parole au vif de l’humain », éditions Ouverture : 2021, « J’aimerais que vivre tu apprennes », éditions Labor et Fides : 2020 en réédition, ou « Rahab la spacieuse », éditions Ouverture : 2020.

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !