« Quelqu’un te cherche ! »

jeudi 01 juillet 2021

Membre de l’église La Passerelle à Vevey (FREE), Katia Baechler, 44 ans, vient de sortir son premier roman. Elle y parle d’amour, d’espérance et de foi. « Parce que je crois que Dieu peut encore rencontrer chacun là où il se trouve », dit-elle jeudi 1er juillet sur la terrasse de sa maison.

C’est un roman qui s’articule autour des versets de l’Ecclésiaste qui rappellent qu’« il y a un temps pour tout »… et qui oscille entre deux trajectoires de vie, celle de Noa, la trentaine, et de Benjamin, la quarantaine, deux personnages qui ont chacun perdu un être cher. Et qui ont tendance à placer Dieu au banc des accusés. Car, lit-on à la page 152 : « Parfois, c’est plus facile d’en vouloir à Dieu que d’accepter les douleurs de la vie. On dit bien souvent qu’on ne croit pas en Dieu, mais on veut bien qu’il existe pour lui faire porter tout ce qui cafouille dans ce monde. En fait, on passe peut-être bien souvent à côté de lui en détournant la tête, parce que c’est plus facile de lui en vouloir que de le regarder en face. »

Il s’agit du premier livre de Katia Baechler, enseignante, épouse et mère de trois enfants.

  • Quelle est la part autobiographique de votre roman ?

Ce livre est truffé de petites anecdotes de ma vie. Je me reconnais dans la sensibilité de Noa : comme elle, je déteste le téléphone… J’aime beaucoup toute la complexité de l’être humain, la quête de sens qui l’habite, et mes personnages en sont je pense le reflet.

  • La colère est très présente dans vos pages. Etes-vous une femme fâchée ?

J’ai en moi une forme de colère. Surtout face aux blessures que peuvent éprouver des personnes, coincées par exemple dans des rapports de pouvoir. J’ai du mal aussi avec le manque de respect pour la différence. Mais je ne sais souvent pas quoi faire de ma colère !

  • A un moment donné, l’héroïne de votre livre, Noa, se souvient de ce verset qui parle de foi, d’espérance et d’amour. Elle n’a alors pas encore trouvé ou retrouvé la foi. Est-ce que c’est selon vous la choses la plus difficile à trouver ?

Je crois que oui. Quand j’ai écrit ce livre, j’avais rencontré déjà plusieurs personnes en colère autour de moi qui me disaient vouloir croire, sans y parvenir. Comme chrétienne, je sens que la foi tient souvent à peu de chose, qu’elle est mystérieuse. Mais je crois que Dieu peut se révéler à chacun au temps opportun, de la façon la plus délicate et qui corresponde à la personne.

  • Quel message voulez-vous transmettre ?

J’aimerais que les gens s’ouvrent et se demandent : « Qu’est-ce que Dieu veut me dire, dans mon histoire de vie ? », rappeler qu’il y a un temps pour cette ouverture… et toujours une espérance. J’ai titré ce livre « Après l’automne, le printemps », car je crois beaucoup à l’image de la sève qui remonte dans l’arbre, même si celui-ci semble mort. Je connais bien les hivers et les automnes, mais dans ces saisons-là, j'aime croire que demain peut être fécond.

  • Noa s’exclame vouloir être « trouvée » par Dieu… Qu’est-ce que cela signifie ?

Cela signifie que l’on peut avoir parfois l’impression de chercher Dieu sans qu’Il ne dise rien. Cela m’est déjà arrivé. Ou je prie pour des personnes, sans que rien ne se passe. Je crie alors : « Seigneur, mais trouve-nous ! » Et c’est alors l’apaisement. Je pense souvent à Elie qui a cherché Dieu dans la tempête ou le tremblement de terre. Et qui Le rencontre dans un souffle.  On cherche souvent Dieu dans le ressenti, l’extraordinaire… Je crois qu’il nous faut être attentif au silence. Et aux petites choses.

  • Votre roman se termine sur une mise en valeur du mariage, des enfants… C’est voulu ?

C’est drôle que vous me disiez cela. Mais oui, j’ai sans doute voulu défendre aussi cette valeur du mariage qui implique une fidélité, un engagement. Et défendre le fait d’avoir des enfants aujourd’hui. Car on peut avoir de l’espérance et on a besoin de la famille. On a besoin d’aimer et d’être aimé ! Et puis il s’agit de transmettre cet amour. Comme aussi la foi et l’espérance. Mais surtout l’amour, qui est universel. Et qui porte le monde, la vie !

Propos recueillis par Gabrielle Desarzens

« Après l’automne, le printemps », de Katia Magali Baechler, éditions Prétexte : 2021, 344 pages. CH 19.-

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Anaël Bussy vient de démarrer comme ébéniste indépendant à Chevilly, près de La Sarraz. Parmi ses premières réalisations, des plateaux en bois, destinés à la distribution de la Sainte-Cène.

    vendredi 20 mai 2022
  • Souffrance psychique : faire voir le bout du tunnel

    Souffrance psychique : faire voir le bout du tunnel

    Les maladies psychiques n’épargnent pas les chrétiens. Après avoir traversé deux épisodes de décompensations et deux hospitalisations, Emmanuelle De Keuster de l’église évangélique d’Echallens (FREE) a ressenti le besoin d’exprimer son vécu à travers un CD et d’aller à la rencontre de personnes en souffrance psychique.

    lundi 04 avril 2022
  • Un accueil communautaire en devenir sur la Riviera lémanique

    Un accueil communautaire en devenir sur la Riviera lémanique

    De la chapelle de Villard (FREE) à celle, toute monacale, des clarisses de Jongny : Maude Zolliker, 28 ans, nourrit avec 5 autres jeunes adultes le projet d’ouvrir une communauté d’accueil sur le domaine de la Grant Part jusque-là animé uniquement par les Sœurs. Une façon pour elle de vivre sa foi « concrètement ».

    mercredi 02 février 2022
  • « Le handicap n’est pas une punition ! »

    « Le handicap n’est pas une punition ! »

    Membre de l’Eglise évangélique de Gimel (FREE), Sylvie Gallay, 53 ans, a deux enfants, dont un fils aîné de 24 ans atteint d’autisme et d’épilepsie grave. Cette enseignante de formation appelle de ses vœux un accueil des personnes en situation de handicap non seulement à l’école, mais également au sein de nos Eglises. « Le handicap n’est pas une punition », estime-t-elle.

    vendredi 09 juillet 2021

eglisesfree.ch

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

LAFREE.INFO

  • Crises climatique et énergétique : les chrétiens appelés à une réponse communautaire, et pas seulement individuelle

    Ven 23 septembre 2022

    Le 15 septembre, deux Eglises évangéliques de Nyon ont invité Laurent Balsiger, député vaudois et directeur de la Société électrique des forces de l’Aubonne, pour une conférence intitulée « Crise énergétique, enjeux et solutions ».

  • La HET-PRO remet son tout premier Master

    Ven 23 septembre 2022

    La Haute école de théologie (HET-PRO), à Saint-Légier, vient de remettre son tout premier Master of Art en théologie appliquée (1). Cinq ans après son ouverture, cette école franchit ainsi une étape importante de son développement.

  • Timothy Cho : de l’enfer nord-coréen à la liberté

    Jeu 15 septembre 2022

    « J’étais un nobody dans un pays assimilable à une immense prison ». Timothy Cho, 34 ans, a réussi à s’évader de Corée du Nord, a entendu parler du Dieu des chrétiens au fil de ses évasions, et vit depuis 14 ans en Grande Bretagne. Il sera l’un des invités remarqués de la Journée annuelle de Portes Ouvertes Suisse samedi 24 septembre à Yverdon-les-Bains.

  • Shireen Abu Akleh : la mort d’une icône chrétienne

    Mer 07 septembre 2022

    Lundi 5 septembre, l’armée israélienne a avoué du bout des lèvres avoir tué la journaliste palestinienne Shireen Abu Akleh. Son décès met en lumière la minorité chrétienne palestinienne.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !