« Quelqu’un te cherche ! »

jeudi 01 juillet 2021

Membre de l’église La Passerelle à Vevey (FREE), Katia Baechler, 44 ans, vient de sortir son premier roman. Elle y parle d’amour, d’espérance et de foi. « Parce que je crois que Dieu peut encore rencontrer chacun là où il se trouve », dit-elle jeudi 1er juillet sur la terrasse de sa maison.

C’est un roman qui s’articule autour des versets de l’Ecclésiaste qui rappellent qu’« il y a un temps pour tout »… et qui oscille entre deux trajectoires de vie, celle de Noa, la trentaine, et de Benjamin, la quarantaine, deux personnages qui ont chacun perdu un être cher. Et qui ont tendance à placer Dieu au banc des accusés. Car, lit-on à la page 152 : « Parfois, c’est plus facile d’en vouloir à Dieu que d’accepter les douleurs de la vie. On dit bien souvent qu’on ne croit pas en Dieu, mais on veut bien qu’il existe pour lui faire porter tout ce qui cafouille dans ce monde. En fait, on passe peut-être bien souvent à côté de lui en détournant la tête, parce que c’est plus facile de lui en vouloir que de le regarder en face. »

Il s’agit du premier livre de Katia Baechler, enseignante, épouse et mère de trois enfants.

  • Quelle est la part autobiographique de votre roman ?

Ce livre est truffé de petites anecdotes de ma vie. Je me reconnais dans la sensibilité de Noa : comme elle, je déteste le téléphone… J’aime beaucoup toute la complexité de l’être humain, la quête de sens qui l’habite, et mes personnages en sont je pense le reflet.

  • La colère est très présente dans vos pages. Etes-vous une femme fâchée ?

J’ai en moi une forme de colère. Surtout face aux blessures que peuvent éprouver des personnes, coincées par exemple dans des rapports de pouvoir. J’ai du mal aussi avec le manque de respect pour la différence. Mais je ne sais souvent pas quoi faire de ma colère !

  • A un moment donné, l’héroïne de votre livre, Noa, se souvient de ce verset qui parle de foi, d’espérance et d’amour. Elle n’a alors pas encore trouvé ou retrouvé la foi. Est-ce que c’est selon vous la choses la plus difficile à trouver ?

Je crois que oui. Quand j’ai écrit ce livre, j’avais rencontré déjà plusieurs personnes en colère autour de moi qui me disaient vouloir croire, sans y parvenir. Comme chrétienne, je sens que la foi tient souvent à peu de chose, qu’elle est mystérieuse. Mais je crois que Dieu peut se révéler à chacun au temps opportun, de la façon la plus délicate et qui corresponde à la personne.

  • Quel message voulez-vous transmettre ?

J’aimerais que les gens s’ouvrent et se demandent : « Qu’est-ce que Dieu veut me dire, dans mon histoire de vie ? », rappeler qu’il y a un temps pour cette ouverture… et toujours une espérance. J’ai titré ce livre « Après l’automne, le printemps », car je crois beaucoup à l’image de la sève qui remonte dans l’arbre, même si celui-ci semble mort. Je connais bien les hivers et les automnes, mais dans ces saisons-là, j'aime croire que demain peut être fécond.

  • Noa s’exclame vouloir être « trouvée » par Dieu… Qu’est-ce que cela signifie ?

Cela signifie que l’on peut avoir parfois l’impression de chercher Dieu sans qu’Il ne dise rien. Cela m’est déjà arrivé. Ou je prie pour des personnes, sans que rien ne se passe. Je crie alors : « Seigneur, mais trouve-nous ! » Et c’est alors l’apaisement. Je pense souvent à Elie qui a cherché Dieu dans la tempête ou le tremblement de terre. Et qui Le rencontre dans un souffle.  On cherche souvent Dieu dans le ressenti, l’extraordinaire… Je crois qu’il nous faut être attentif au silence. Et aux petites choses.

  • Votre roman se termine sur une mise en valeur du mariage, des enfants… C’est voulu ?

C’est drôle que vous me disiez cela. Mais oui, j’ai sans doute voulu défendre aussi cette valeur du mariage qui implique une fidélité, un engagement. Et défendre le fait d’avoir des enfants aujourd’hui. Car on peut avoir de l’espérance et on a besoin de la famille. On a besoin d’aimer et d’être aimé ! Et puis il s’agit de transmettre cet amour. Comme aussi la foi et l’espérance. Mais surtout l’amour, qui est universel. Et qui porte le monde, la vie !

Propos recueillis par Gabrielle Desarzens

« Après l’automne, le printemps », de Katia Magali Baechler, éditions Prétexte : 2021, 344 pages. CH 19.-

Publicité
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « Les chrétiens ne sont pas là pour gagner une loi ! »

    « Les chrétiens ne sont pas là pour gagner une loi ! »

    En octobre dernier, le verdict du Tribunal constitutionnel polonais rendant l’avortement quasi illégal a provoqué de nouvelles grandes manifestations dans le pays. Pasteur dans la plus ancienne église évangélique de Varsovie, Samuel Skrzypkowski, 31 ans, nous donne son regard sur la crise traversée actuellement par la Pologne sur le sujet.

    jeudi 02 septembre 2021

eglisesfree.ch

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

LAFREE.INFO

  • Quand culture, genre et foi s’entrechoquent

    Ven 20 mai 2022

    Marie-Noëlle Yoder, 41 ans, est théologienne, thérapeute, éducatrice, pasteure, mère de famille et directrice du département francophone du centre de formation du Bienenberg. En octobre dernier, invitée par une paroisse de l’Eglise évangélique libre de Genève, elle a animé deux rencontres autour du thème : « Questions de genre. Quand culture, genre et foi s’entrechoquent ». Dans la foulée de ces rencontres, elle a accordé une interview à Sandrine Roulet.

  • Découvre les enfants de la Bible 4 : Samuel

    Ven 20 mai 2022

    La lumière de Samuel... Découvre tout cela dans la vidéo !

  • Des aumôniers juifs et musulmans à l’Armée suisse

    Jeu 12 mai 2022

    Les premiers aumônier juifs et musulmans sont intégrés à l’armée suisse dès ce vendredi 13 mai, après une formation de trois semaines. Ils pourraient entrer en fonction cet été déjà.

  • Les motards chrétiens neuchâtelois vous convient sans chichi

    Mar 10 mai 2022

    Samedi 21 mai à Colombier, les motards chrétiens neuchâtelois organisent une « fiesta ». « Pour montrer que nous ne sommes pas tous des grenouilles de bénitier », lance Alexandre Romanens, un des membres de l’association Roc n’road. Explications.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !